Lopou, village et sous-préfecture situé à 25 kilomètres de Dabou, a fêté de façon singulière et mémorable l’an 51 de la Côte d’Ivoire. En ce dimanche 7aout 2011, Lopou se pare sobrement du drapeau national, deuil national oblige. La cérémonie du jour avait failli être annulée, finalement elle aura lieu, avec la bénédiction du sous-préfet, Mme Kossonou Veh Brigitte.

Les délégations venues des 15 villages de la circonscription prennent d’assaut l’espace de la cérémonie, allant de la souspréfecture à l’église catholique. 

Il y a du beau monde. Prévue pour 8 heures, c’est finalement aux alentours de 10 heures que débutent les festivités. Mme le sous-préfet a, dans son discours, a prôné la paix et la réconciliation entre fils et filles de la Côte d’Ivoire. «Je crois pouvoir affirmer sans risque de me tromper que le premier défi auquel nous avons à faire face est celui de la réconciliation nationale», a-telle souligné. «En réalité, a-t-elle précisé, la réconciliation ne se décrète pas, elle est d’abord et surtout une volonté des parties en présence de faire des concessions et de rapprocher les points de vue. En ce sens, la réconciliation se conçoit dans les cœurs et dans les esprits et se vit dans les actes que chacun de nous devrait poser quotidiennement pour soutenir ce grand chantier du président de la République».

L’ombre du président Gbagbo plane sur la cérémonie
Le point d’orgue de la cérémonie a été les défilés des différentes couches socioprofessionnelles de la circonscription. Les partis et groupements politiques n’étaient
pas en reste. La délégation du Rhdp, composée à peine d’une douzaine de personnes
défile sobrement au son de la fanfare. Ensuite arrive celle de LMP, groupement politique qui a soutenu le président Gbagbo lors de la présidentielle d’octobre 2010.
Moment d’extase, moment d’émotions. La délégation est composée au debut d’un peu plus de 300 personnes, va grossir considérablement. Des hommes, femmes, enfants avec le V de la victoire en l’air, T-shirts et posters à l’effigie du président Gbagbo ne se dénombrent pas comme le montrent lesimages ci-dessous:
Scène émouvante ! Un jeune homme symbolisant le président Gbagbo a les mains liées, à ses côtés, un autre, représentant son épouse Simone, ouvrent le bal, suivis des autres. Scandant des chants de victoire et surtout appelant à la libération de Gbagbo. «On va libérer Gbagbo, on va libérer Gbagbo, on va libérer Gbagbo, on va libérer Gbagbo !».
La foule en liesse acclame sans rompre, en signe d’encouragement et de soutien à la ‘‘revendication’’ de LMP. Des vieilles dames en pleurs, inconsolables, des personnes en transe, des chants de victoire. La file interminable, qui a vu de nouvelles personnes gonfler ses rangs, ne se contente pas de sa simple procession à Lopou. Elle s’ébranle vers Youhoulil et N’Doumikro dans une ambiance de fête, sous les hourra des habitants des villages visités. Certains parmi les invités sont mélancoliques, d’autres sont réconfortés de voir que que Lopou n’a pas oublié Gbagbo, que Dabou n’a pas oublié celui que la population ivoirienne appelle affectueusement le « Woody » et que ces populations espèrent vivement sa libération.
Débutée à 10 heures, la cérémonie s’est terminée vers 15 heures ce dimanche 7 août. Bel hommage pour celui qui a lutté pour la conquête des libertés publiques et l’indépendance véritable de la Côte d’Ivoire.
Par thruthway/cotedivoire-lavraie
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.