REACTION DU MINISTRE ASSOA ADOU(Que nous vous livrons dans son intégralité)

Dans son adresse à la Nation à la veille du 51éme anniversaire de l’indépendance de notre pays, le président Alassane Ouattara a expressément invité les cadres FPI et LMP exilés au Ghana à rentrer au pays. Je salue cette invitation parce que selon la constitution aucun ivoirien ne doit être contraint à l’exil.
Cependant, j’ai été particulièrement surpris de constater qu’en même temps qu’il nous invite à rentrer en Côte d’Ivoire, il fait inculper formellement les Camarades injustement emprisonnés à travers le pays et des mandats d’arrêt internationaux continuent d’être lancés à l’encontre des pro-Gbagbo. Toute chose qui n’est pas de nature à rassurer sur sa bonne foi. Aussi, je tiens à rappeler fermement les conditions de notre retour: 
  1. Libération de tous les camarades injustement incarcérés à commencer par le Président Laurent Gbagbo et son épouse ;
  2. L’arrêt des poursuites à l’encontre de tous les camarades de La Majorité Présidentielle ;
  3. Le retour de la sécurité sur toute l’étendue du territoire national et la normalisation de la vie publique ;
  4. Le dégel des avoirs illégalement bloqués ;
  5. Libération de tous les domiciles occupés par les FRCI.
  6. Ces conditions me paraissent minimales pour envisager le retour des exilés en Côte d’Ivoire.
LE MINISTRE ASSOA ADOU
Par thruthway/lacôted’ivoirelavraie
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.