Contribution 

DIEU AURAIT-IL MENTI ? OU, LE PROPHETE KONE MALACHIE AURAIT-IL MENTI AU NOM DE DIEU ?
REPONSES : NON ET NON, que ceux qui ont les l’entendement et de l’intelligence (la crainte de L’ETERNE), lisent entendent et comprennent.
Bien avant de répondre aux questions ci-dessus, j’aimerais adresser mes premiers mots à L’ETERNEL DES ARMEES en ces termes : SEIGNEUR DIEU TOUT PUISSANT, je sais que Tu demeures à jamais le même, juste et miséricordieux. SEIGNEUR j’aimerais que Tu pardonnes mon intention de m’établir comme ton avocat devant la tristesse, la détresse et la foi en lambeau de bon nombre d’entre nous suite à ce qu’on appelle aujourd’hui la non réalisation des prophéties de ton serviteur le Prophète KONE MALACHIE. Oui Toi maîtrise de toute chose, devrons-nous attendre que tu suscites des pierres du fait de notre silence et de notre peur pour la délivrance de notre pays? Merci SEIGNEUR.

DIEU AURAIT-IL MENTI ? OU, DIEU SERAIT-IL UN MENTEUR ?
BIEN QUE NON !
Non, le Dieu d’Abraham le père de la foi, n’est pas un menteur et il ne saurait donc mentir. Notre Dieu, qui à travers sa Parole se révèle comme un Dieu des promesses faites et réalisées, ne peut être coupable d’un quelconque mensonge. Il a promis à Abraham et en son temps les promesses se sont réalisées. Regardez avec moi comment il a travaillé avec son serviteur Moïse. Avant toute action il prenait la peine d’avertir Moïse et Moïse à son tour informait le peuple par Aaron son frère, en prenant ainsi le peuple comme témoin de ses actions qu’il accomplissait dans le temps. Ce Dieu là, le véritable, qui ne change jamais ne saurait être convaincu de mensonge. Et de nos jours, sa Parole révélée depuis plus de deux mille ans reste d’actualité. Oui notre DIEU, le DIEU d’Israël n’est pas un menteur et il ne saurait mentir.
Afin d’avoir une nette idée de notre sujet essayons ensemble de réfléchir sur la fonction de prophète car c’est bien de cela qu’il s’agit, en nous aidant des écrits de Florent VARAK, Pasteur à Villeurbanne qui est un spécialiste dans ce domaine.
LA FONCTION DE PROPHETE
Retenons que trois termes hébreux sont utilisés dans l’Ancien Testament pour décrire le prophète. Ces termes ont la même signification, comme le montre 1 Chron. 29.29 où ils sont tous trois mentionnés côte à côte. (1) L’utilisation de nabî’ est la plus fréquente. Le sens de ce mot est donné par le dialogue entre Dieu et Moïse. Ce dernier ne voulant pas aller parler au Pharaon à cause d’un handicap physique, Dieu fait d’Aaron son prophète, c’est-à-dire son porte-parole (Ex. 7.1, comp. Ex. 4.10-16). Ce terme peut décrire aussi bien les vrais que les faux prophètes, comme en Deut. 13.1-5 par exemple. En résumé le Prophète est un porte-parole de DIEU.
Une citation d’Amos va nous aider à affiner notre définition : « Ainsi le Seigneur, l’Eternel, ne fait rien sans avoir révélé son secret à ses serviteurs, les prophètes » (Am. 3.7). Le prophète est un homme que Dieu a instruit sur un événement passé, présent ou futur et qui révèle un message divin aux hommes. Il est investi de la mission d’annoncer ce qu’il a reçu de Dieu (cf. Ezé. 2 ; 1 Rois 22.14).
Le ministère des prophètes n’est pas homogène. Certains, comme Elie et Elisée furent revêtus de puissance pour accomplir des miracles. D’autres, comme Jérémie ou Jean-Baptiste (2) ne firent aucun prodige. Leur ministère pouvait avoir une portée essentiellement locale (comme Jonas) ou bien internationale (comme Daniel ou Jérémie — Jér. 46.1).
Remarquons également qu’il n’y a pas de différence entre l’autorité d’une prophétie, et celle des paroles d’un prophète. La prophétie est le fruit d’une activité divine au travers d’un homme qui n’est pas nécessairement reconnu comme prophète. Amos nous dit qu’il n’était « ni prophète ni fils de prophète » (dans le sens d’une responsabilité « professionnelle »), mais que Dieu lui avait ordonné de parler (Am. 7.14-15). Ses paroles ont une valeur égale aux dires des prophètes officiellement reconnus, comme Samuel par exemple (1 Sam. 3.20). En fait, il semble que le plus important soit le résultat. Des hommes pécheurs ont correctement prophétisé (Balaam, etc.), et même des incroyants (voir Gen. 41 pour Pharaon, Dan. 2 pour Neboukadnetsar). Mais parce que la source de la prophétie était divine, ils dirent des choses exactes…
Enfin, il n’y a pas de différence d’autorité selon le mode des révélations. Visions et paroles directes ont la même portée (comp. Zach. 1.1 et Zach. 1.7). Nous ne trouvons aucune différence qualitative entre vision et interprétation ; toutes deux sont divines (comp. Zach. 5.2 et 5.3-4 ; Dan. 2.3 et 2.36, etc.). 
Mais s’il existe des prophètes, il doit en exister aussi des faux. Alors comment donc les différencier ?
LE DISCERNEMENT DES FAUX PROPHETES
Il y a toujours eu de faux porte-parole. Certains mentaient sciemment (1 Rois 13.18 ; Néh. 6.12 ; Jér. 6.13), d’autres s’étaient laissé séduire par des esprits (1 Rois 22.23 ; Jér. 23.13), d’autres encore prophétisaient selon leur imagination (Jér. 5.13 ; Ezé. 13.2-9). Parfois, c’est le peuple de Dieu qui réclamait des sornettes (Es. 30.10 ; Jér. 5.31) ! Ce passé prophétique tumultueux doit rassurer les enfants du Seigneur qui de tout temps luttent contre les créateurs de mensonges (comp. avec Act. 20.30, Ap. 2.20). Mais si le ménage avait été fait lorsque c’était nécessaire, Jérémie n’aurait pas tant souffert de leurs bêtises (Jér. 14.13-14).
Afin d’éviter de tels dommages, Dieu a donné des critères d’évaluation des prophètes authentiques. Ils se trouvent en deux passages clés de la Loi. Deutéronome 13.2-4 exige une exactitude doctrinale du contenu prophétique, même si le prophète accomplit un « signe ou un prodige ». Deutéronome 18.15-22 exige la même chose mais propose un test supplémentaire : l’accomplissement précis de ce qui est annoncé. La peine de mort devait être appliquée aux contrevenants. Ce ne sont pas les prophéties qui devaient être « effacées, » mais l’homme, qui a osé parler « par audace ». L’authenticité de la prophétie ne dépendait pas non plus du rang prophétique de son auteur. Ainsi Deut. 34.10 dit : « Il ne s’est plus levé en Israël de prophète comme Moïse, que l’Eternel connaissait face à face. » Mais tous les vrais prophètes avaient le même degré d’autorité. Ils pouvaient tous dire « Ainsi parle l’Eternel » (Juges 6.8).
LE CARACTERE SPORADIQUE DE LA PROPHETIE
Dieu n’a pas parlé de manière homogène au cours de l’histoire de l’Ancien Testament. A certaines périodes, Dieu a parlé moins souvent qu’à d’autres (1 Sam. 3.1). Le Seigneur ne s’est adressé que deux fois à Aggée (Agg. 2.20). Quatre cents ans séparent Malachie de Jean-Baptiste. Entre les deux, un écrit de l’époque nous dit : « Il sévit alors en Israël une oppression telle qu’il ne s’en était pas produit de pareille depuis le jour où l’on n’y avait plus vu de prophète. » (3)Dieu n’a pas toujours parlé avec la même abondance !
Au regard de ce qui précède, devons nous jeter des pierres au Prophète KONE MALACHIE ?
LE PROPHETE KONE MALACHIE AURAIT-IL MENTI AU NOM DE DIEU ?
BIEN QUE NON !
N’ignorant pas la nature humaine du Prophète et les écrits ci-dessus, je sais que ma réponse va choquer plus d’un. Encore une fois sachant la réalité de la Côte d’Ivoire à l’heure même où je suis en train de taper ces mots, ma réponse, oui ma réponse va encore plus choquer. Parce que si l’on tient uniquement compte de la procédure d’identification du faux prophète telle que notée ci-dessus nous conclurions sans hésiter que le Prophète KONE MALACHIE est un faux prophète. Mais je vous invite à aller plus loin.
Dans un premier temps, prenons la première prophétie qui l’a rendu si célèbre, oui cette prophétie qui a fait le tour de tous avant le kidnapping de notre président Laurent Gbagbo. Si nous faisons la relecture de cette prophétie nous remarquerons qu’elle s’est réalisée jusqu’à une certaine étape. Ce qui a d’ailleurs conduit la population a crié haut et fort et je cite : « L’ETERNEL DES ARMEES COMBAT POUR NOUS », de telle sorte que l’ennemi recherchait L’ETERNEL pour sa capture.
Alors qu’est ce qui n’a pas marché ?
Je vous invite à rester dans la Bible et surtout que ceux qui ont les oreilles pour entendre, entendent car le secret de la délivrance de la Côte d’Ivoire notre pays va nous être révélé. Prenons pour commencer la définition de la foi dans le livre des Hébreux (11.1) et je cite «… La foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas ». Cette définition décompose la foi en deux parties distinctes, une partie purement abstraite et une partie purement matérielle et donc palpable qui n’est que la matérialisation de la première partie. Pour faire simple, avec la foi quand on pense par exemple au pain qu’on ne possède pas et qu’on est convaincu en esprit qu’on l’aura, à un certain moment cette pensée positive doit devenir réalité et on doit finir par posséder ce pain de nos rêves, d’où les termes bien choisis de « démonstration des choses qu’on ne voit pas » c’est-à-dire rendre réel, visible et palpable. Il y a donc une nécessité d’actions pour y arriver. Je voudrais ici remercier L’ETERNEL de m’avoir permis de parcourir le monde et de faire le constat suivant. L’Afrique est le continent où l’on prie le plus, mais malheureusement le continent où la pauvreté est un quotidien. C’est aussi le continent où l’on ne cesse de répéter aux chrétiens qu’ils ne sont pas la queue mais plutôt la tête, mais malheureusement ils restent à la queue et ne cessent de se confondre à la queue.
Pourquoi ça en est-il ainsi ?
Tout simplement parce que c’est le continent où l’on est convaincu que seule la prière suffit. Et bien que non, la prière est primordiale mais elle n’est pas suffisante, nous devons y associer des actions. Je vais vous prendre l’exemple d’un frère au chômage qui prie pour un travail et qui n’envoie de cv aux recruteurs. Un autre exemple une sœur qui prie pour avoir un mari et qui passe tout son temps dans la maison, mais comment se ferait-elle voir pour espérer plaire à un homme ?
Et si nous ramenions ces exemples à la récente histoire de la Côte d’Ivoire, pour vous dire pourquoi le Prophète KONE MALACHIE n’est pas un faux prophète. Prenons la guerre à son début : 19 septembre 2002, vous remarquerez avec moi, que nos soldats surpris par les ennemis ont accepté de se battre ils ont repoussé l’ennemi. 2004, nos soldats attaquent et écrasent l’ennemi les français s’y mêlent mais le peuple entier y fait face en prière et en action la grande France recule. 2010, malgré une armée très réduite (Exemple de Gédéon dans la Bible : Juges 6) nos soldats gagnent la grande bataille d’Abidjan et presque la guerre, puis la France s’y mêle, nous arrêtons de nous battre et nous perdons. Vous retenez avec moi que, chaque fois que nos soldats ont accepté de faire face, nous avons vaincu. Souvenez-vous, des exemples de Josué, du Roi David, Gédéon, … dans la BIBLE. Avant d’aller en guerre ils consultaient L’ETERNEL DES ARMEES LE DIEU D’ISRAEL, très souvent avec cette phrase « Seigneur si je les poursuis est ce que je les vaincrai… » et L’ETERNEL répondais toujours « … Poursuis voici je les livre entre tes mains… ». Dès cet instant David ou Josué, etc. rentraient en action et allaient à la bataille pour vaincre, contrairement à nous qui fuyons les combats et espérons les gagner dans notre fuite.
Chers compatriotes, spirituellement, nous avons la victoire de notre côté, mais physiquement nous sommes vaincus car nous refusons de nous battre. Ainsi vous remarqueriez que la première partie de la première prophétie du Prophète Malachie s’est réalisée parce que nous étions au combat.
Ce que L’ETERNEL nous annonce par le Prophète KONE MALACHIE et donc son porte-parole, c’est que si nous poursuivons, non seulement nous rattraperons nos ennemis mais mieux nous les vaincrons. Le Prophète MALACHIE nous indique aussi par les dates qu’il annonce, le bon moment où l’ennemi est vulnérable, et les prophéties qu’il donne sont certes pour tout le peuple mais plus particulièrement pour les soldats que L’ETERNEL a choisis comme au temps de Gédéon. A nos soldats donc de prendre l’initiative et leurs responsabilités, et l’armée des Anges de Dieu viendra en complément pour créer le surnombre. Souvenez-vous de la victoire de David sur Goliath (voir bible : 1 Samuel 17), alors que dans le monde spirituel Israël avait la victoire personne parmi les soldats d’Israël, mais vraiment personne n’osait par peur. Il a fallut que David qui n’était pas formé au maniement des armes de guerre et qui n’était qu’un gamin, pour vaincre l’armée des philistins. Ce message est particulièrement pour le Com-théâtre. En effet, les prophéties du Prophète MALACHIE sont pour vous, n’ayez crainte de votre nombre, seul vos actions créeront le surnombre et la victoire et même aux premières le peuple vous rejoindra comme un seul dans les rues sans que vous n’y compreniez rien. Ainsi est DIEU.
A mes frère Ivoiriens, je dis ceci, et retenez le, le Prophète KONE MALACHIE n’est un pas un menteur mieux, il n’est pas un faux prophète, seulement que l’ETERNEL cherche parmi nous un homme comme DAVID pour vaincre le géant Goliath les philistins (voir dans la Bible : 1 Samuel 17) qui ont envahi le pays et se moquent non seulement de sa grandeur, mais aussi sont en train d’humilier, de dépouiller et d’endeuiller la Côte D’Ivoire par leurs pratiques mystiques, et chaque jour qui passe, qui sont en train de faire germer l’incrédulité, et l’abandon de la foi en se basant sur le non-accomplissement dans le temps des paroles de L’ETERNEL.
Chers soldats, chers frères DIEU cherche parmi nous un homme comme DAVID pour délivrer la Côte d’Ivoire par ses mains, retenez que la délivrance est déjà accompli dans le ciel, il ne reste plus qu’à le démontrer parmi nous et donc à le rendre visible. Tel est en substance le contenu des messages du Prophète KONE MALACHIE. Cessons donc de nous comporter comme les israélites qui ont tourné en round dans le désert pendant quarante ans, alors qu’ils avaient été jusqu’à la porte de Canaan. Juste parce que dix des douze espions ont eu peur des cananéens juste par apparence et ont douté de la prophétie de L’ETERNEL qui leur promettait la victoire sur les habitants de Cananéens qui avaient l’apparence de géants.
En conclusion, je réponds d’un que DIEU n’est pas un menteur, de deux le Prophète KONE MALACHIE n’est pas un faux Prophète il n’aurait donc pas menti au nom de L’ETERNEL LE DIEU TOUT PUISSANT en qui, il n’existe aucune graine de mal.
PUISSE L’ETERNEL NOUS GARDER ET NOUS GUIDER
ET PUISSE SA MAIN DEMEURER SUR LA CÔTE D’IVOIRE
Sincèrement votre,
JOSUE LE CONQUERANT
Publicités

Laisser un commentaire