Alors moi je vous demanderais de bien suivre ce fil d’actualité..Lisez attentivement et Remplacer le nom Israël par celui de la côte d’ivoire et communauté Internationale par les autres en insistant sur certains pays..Cette expertise se scindera en trois volets étant donné la longueur du Message. Puisse DIEU nous benir et nous ECLAIRER…..AMEN!!!:Le livre des Lamentations de Jérémie se déroule au moment de la destruction de Jérusalem par l’armée de Nébucadnetsar, roi de Babylone. Il ne décrit pas les ruines de la ville pillée, il dépeint la douleur intense des habitants de Jérusalem terrassés par la violence de l’envahisseur, frappés dans leurs affections les plus profondes.Il nous fait assister au travail de coeur et de conscience par lequel doivent passer ceux qui, à travers une détresse sans précédent, seront conduits vers l’espérance du relèvement.La restauration finale de Jérusalem n’y est pas promise, comme elle l’est dans d’autres passages prophétiques (Ps. 147.2; Zach. 2.4). On y entend l’ardent plaidoyer de ceux qui ont appris à connaître et à partager l’affection du Dieu d’Israël pour la ville où il a mis pour toujours la mémoire de son nom.



Dans les deux premiers chapitres et une partie du chapitre 4, c’est Jérusalem qui parle, ou dont on parle, personnifiée par une femme en détresse, qui expose la profondeur de son affliction. Au chapitre 3, dès les premiers mots, se présente l’homme qui est entré jusqu’au fond de cette affliction : c’est le prophète Jérémie.Pendant 40 ans, il avait averti le peuple rebelle et l’avait pressé de revenir vers l’Éternel avant qu’il ne soit trop tard pour que le jugement soit écarté. Jérusalem et ses habitants ressentaient profondément les douleurs infligées par l’ennemi, tout en reconnaissant que cela venait de l’Éternel.Lui a porté seul toute cette douleur comme un châtiment pénétrant son âme, directement infligé par un Dieu justement courroucé contre son peuple rebelle. En cela Jérémie est un type de Christ qui a traversé ces souffrances d’une façon parfaite et beaucoup plus complète :-d’une part, dans les heures qui ont précédé la croix, et sur la croix, en profonde sympathie avec le résidu juif qui souffrira à la fin, avant d’être délivré,-d’autre part, en portant seul sur la croix pendant les heures de ténèbres le châtiment des péchés; il posait alors le fondement de la délivrance.Le livre des Lamentations, c’est la destruction de Jérusalem par les Chaldéens qui en est le sujet. Les jugements de l’Éternel avaient frappé les dix tribus tombées dans l’idolâtrie, puis Juda et ses rois, mais ils avaient maintenant atteint Jérusalem et son temple, le centre même du culte du vrai Dieu et de l’existence d’Israël.Puisque l’Éternel détruisait ce qu’il avait lui-même établi, on comprend la détresse sans borne de ceux qui s’attachaient de tout leur cœur à ses promesses de bénédictions pour son peuple.Cette détresse les poussait à la repentance pour implorer les compassions de l’Éternel et espérer en lui contre toute espérance. Même si Dieu se tait, il ne peut pas rester indifférent aux souffrances des siens : « Son âme fut en peine de la misère d’Israël » (Jug. 10.16).Si, d’une part, Jérémie est un type de Christ, d’autre part, il représente personnellement le résidu juif de la fin, qui, en intégrité de cœur, confessera les péchés du peuple et, au travers de la grande tribulation finale, attendra la délivrance d’en haut.L’extrême affliction de Jérusalem et de ses habitants• La description d’une ruine complète : v.1-11Le prophète contemple avec stupéfaction la dévastation de Jérusalem, autrefois si peuplée et prospère, maintenant vide et détruite. Sa population décimée est allée en captivité; ceux qui dominaient sont réduits en esclavage.Rien n’a échappé à la destruction et au pillage. Personne n’a trouvé grâce devant les ennemis; même ceux qui auraient dû forcer le respect ou la pitié : sacrificateurs, jeunes filles, enfants, tous ont été victimes de leur cruauté. Jérusalem est abaissée publiquement, abandonnée par tous ceux qui avaient autrefois envié ou partagé sa prospérité. À maintes reprises cet abandon complet est souligné : « Il n’y a personne… » (v.2, 4, 7, 9, 17, 21).Mais, en présence d’un tel spectacle, ce sont les causes de cette désolation qui remplissent le coeur du prophète. « L’Éternel l’a affligée à cause de la multitude de ses transgressions » et « Jérusalem a grièvement péché ».Elle s’est rendue impure en se liant aux nations qui l’ont entraînée dans leur idolâtrie : « Tu t’es prostituée à beaucoup d’amants » (Jér. 3.1; Ézé. 23.11). Maintenant ceux qui la courtisaient se sont changés en ennemis pour l’opprimer et se moquer d’elle.Non seulement la ville a été pillée et détruite, ses habitants menés en captivité, mais les gens des nations sont entrés dans le sanctuaire que l’Éternel avait établi et au sujet duquel il avait lui-même commandé qu’ils n’y entrent pas (Deut. 23.3).Comment l’Éternel resterait-il insensible à une telle profanation? Par deux fois, la douloureuse description du prophète est interrompue par un poignant appel de Jérusalem elle-même sous le poids de l’orgueil cynique de l’ennemi : « Regarde, Éternel, et contemple, car je suis devenue vile ».La montagne sainte, la ville du grand roi (Ps. 48.1, 2), est foulée aux pieds par les nations. Cet appel répété qui monte de la poussière vers un Dieu connu est un soupir de la foi, mais c’est le temps du silence; Dieu se tait (Jér. 11.11; 18.17).Dans tout ce livre, une seule parole est adressée de sa part aux fils d’Israël, après que la repentance a été complète (4.22).Le souvenir des jours heureux est un des sujets de souffrance pour Jérusalem. Quel souvenir rongeant ce sera pour ceux qui seront jetés dans l’étang de feu (Apoc. 20.15), d’avoir entendu, sans la recevoir, la bonne nouvelle du salut gratuitement offert aujourd’hui!

Une publication de C.L

Publicités
Publié dans : Non classé Étiqueté :

Laisser un commentaire