Publicités
Ouattara sollicite encore l’ECOMOG

Ouattara sollicite encore l’ECOMOG

Par djaratche le août 5, 2011

Les dessous de sa visite au Nigeria
Ouattara à peine rentré d’une visite des USA , visite qui a été un échec sur tous les plans ( client indésirable à l’Hôtel ‘’Four Season’’ pour cause de manifestation hostile à son endroit, pas d’égard particulier au cours de sa visite, le Président Obama évitant de s’afficher avec un chef rebelle, toute chose intolérable aux USA, retour précipité par les distances prises à son égard par le Congrès, ses anciens amis des Institutions Financières…etc.), Ouattara s’est précipité chez son complice Goodluck au Nigeria sous le prétexte fallacieux d’une invitation de ce dernier. Protocolairement accueilli comme un simple visiteur officiel par le Ministre nigérian des Affaires étrangères. Le plaçant au même rang que Kablan Duncan. Assurément le Président nigérian n’avait pas envie de s’afficher avec quelqu’un qui est subitement devenu la bête noire des organisations internationales des Droits de l’Homme.

En réalité, plusieurs interrogations s’imposent au commun des mortels sur le cas Ouattara. Voici un Prétendu Chef d’Etat dont le pays vient de se sortir d’une crise sans précédent et, qui passe son temps à courir de capitale en capitale sans arrêt comme s’il refusait de toucher de près les affres du coup d’état le plus sanglant de la sous région qu’il venait de perpétrer ou du moins en vérité, une France en mal d’affirmation internationale venait de perpétrer pour lui :
-A-t-il peur d’un mauvais coup de ses partenaires au crime qu’il vient de commettre ou de ses commanditaires d’hier, tous des hommes sans état d’âme ? Il n’aurait d’ailleurs pas tort car ce sont des partenaires sans morale, ni foi.
-S’est-il simplement rendu compte que le manteau qu’il voulait revêtir était trop pesant pour lui ?
-Ou alors a-t-il appris à ses dépends que les milliards de dollars à lui promis par ses commanditaires s’inscrivait dorénavant dans un rêve de chimère ?
En tout cas, une certitude semble aujourd’hui semble s’installer : Si les uns et les autres ne l’ont pas déjà lâché, ils ont à tout le moins pris leur distance vis-à-vis d’un homme qui veut gouverner la Côte d’Ivoire mais est incapable de s’imposer à des gueux qui font la pluie et le beau temps dans un pays qui a toujours été réputé pour sa stabilité et son sérieux. Ouattara est à l’heure actuelle un homme incroyablement isolé et réellement seul à qui ses partisans d’hier semble dire en écho : ‘’tu voulais le pouvoir ? Tu l’as maintenant, débrouille toi seul avec ta merde…’’.
Pire, pris en otage par Soro et ses hommes qui ont tout balisé intelligemment autour de lui en occupant tous les postes stratégiques militairement et politiquement, lâché sans tapage par le chef de canton Bédié qui s’occupe de cultiver son jardin, oublié par ses amis français tenus par l’avènement d’un hypothétique Sarkozy II, après un foiré de Sarkozy I, négligé par Blaise Compaoré dont la maison est en feu, ignoré de Wade dont le navire prend l’eau de toutes parts à la veille de la prochaine présidentielle sénégalaise, Méconnu par Alpha Condé qui ne lui pardonne par ses accointances avec son rival politique Sidia Touré via Mamadi Diané, éloigné de la vieille- mère Sirleaf du Liberia engluée dans ses contradictions d’intrigues politiques à n’en plus en finir, observé de loin par ATT qui veut se réserver une sortie plus qu’honorable au Mali donc refuse de se mouiller avec lui, Surveillé de très près par Atta Mills, très jaloux de la stabilité du Ghana sur laquelle, il veille comme sur la prunelle de ses yeux, OUATTARA est devenu une proie facile pour ses adversaires mais surtout pour ses complices d’hier qui attendent que le fruit se mûrisse un peu plus pour le cueillir.
Aussi l’homme en proie à des incertitudes à des doutes sérieux sur la loyauté de ceux qui ne juraient que par lui, croit trouver son salut dans une fuite en avant en reconstituant sa bande armée mexicaine de mercenaires et de malfrats de l’Ecomog déguisé.
Espérant trouver une oreille compréhensive auprès de son ami le très bien nommé ‘’bonne Chance’’ calamiteusement élu Président dans son pays. Malheureusement ce dernier fait face à un terrorisme qui prend de l’ampleur de jour en jour. Et avec Al Qu’Aïda qui vient de se signaler à ses portes avec fracas préfère lui souhaiter ‘’bonne chance’’. Car, on le voit mal dégarnir son pays qui en a tant besoin par ces temps qui courent.
Voici donc OUATTARA dans de beaux draps avec toutes ses rumeurs de coups d’état qui sous Gbagbo étaient animées par lui-même pour déstabiliser le régime précédent. Juste retour des choses, les mêmes causes produisant les mêmes effets, les petits apprentis sorciers qu’il avait formés à la sale besogne sont devenus de véritables monstres prêts à se substituer au Maître et s’essayer au fait.
Ouattara n’ayant pas obtenu gain de cause à Abuja, lorgne maintenant vers le Tchad où l’homme pense trouver une certaine attention auprès d’Idriss Deby. Mais ‘’les Toubous Tchadiens ne dansent que dans les falaises tchadiennes’’. Les dozos qui ont envahi Abidjan ces derniers temps, ne sont autres que des mercenaires sierra léonais, les fameux ‘’Kamanjors’’, coupeurs de bras. Les dozos, ‘’ les guerriers de la Lumière’’ des FN de Soro à Bouaké commandé par le chef dozo Bamba sont des visages familiers à beaucoup d’Ivoiriens. Or ceux qui arpentent depuis quelques jours les rues d’Abidjan, sont des illustres inconnus qui comme les fameux mercenaires ne peuvent trouver leur chemin tout seul ; ce sont ces égorgeurs et faiseurs de manchots qui ont de nouveau envahi Abidjan. Ouattara n’ayant pas payé les dus des premiers mercenaires transformés en gangsters, pilleurs, racketteurs, s’en méfie et les tient à distance.
Mauvais coup, s’il y a mauvais coup ce ne serait que la conséquence des contradictions internes qui les minent depuis le début de cette crise. Le danger est en leur sein et uniquement là pour l’heure. Ouattara est un danger pour Ouattara. Ni l’Ecomog, ni les dozos ‘’kamanjors’’ ne peuvent lui servir de remparts. Le ver est dans le fruit. Entre les deux grandes factions qui se sont constituées autour de lui ‘’ c’est qui dégainera le premier’’.
Ouattara dans tous les sens hume le mauvais coup, mais reste désemparé sur la manière à parer. Le fait de fuir le défilé des festivités militaires du 7 Août 1960 puisqu’il est annoncé au Tchad pour l’investiture de Deby ce jour est un signe qui ne trompe pas. Comment peut- il abandonner les Ivoiriens à leur sort pour la première fête nationale de son règne ? Comme quoi, Ouattara règne mais ne gouverne pas. Soro ne règne pas, mais gouverne. En d’autres termes, Ouattara règne, Soro gouverne.
GBI
Source : un article de  djaraminandjara
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :