Une sœur en CHRIST a fait, cette semaine, un songe très révélateur des tournures que prendront les prochains évènements en Côte d’Ivoire. Elle me l’a personnellement raconté et j’en suis resté ébahi. Je me suis donc dit qu’il fallait que je le partage avec les frères du groupe.
La bien-aimée sœur, Madame G. raconte : « J’ai fait un songe dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 juillet 2011. Dans ce songe, j’ai demandé à une de mes filles de m’accompagner dans une école primaire non loin de la maison, pour prier. Dans la réalité, j’ai l’habitude d’aller prier ainsi avec mes filles, les unes après les autres. Nous étions donc parties, dans l’espoir de revenir avant la nuit. Finalement, nous avons fait une veillée et sommes revenues à 5 heures du matin. Etant rentrées chez nous, nous avons trouvé notre maison toute en lumière, ce qui contrastait grandement avec la pénombre du dehors. Je suis allée me coucher et ma fille m’a demandé la permission d’accompagner son amie du quartier, que je connais très bien, à la composition parce qu’elle est toute seule. Cette fille, dans la réalité, vient de perdre sa mère, des suites de couches difficiles. Elle est donc orpheline, en ce moment. Elle devait passer l’entrée en 6ème dans le songe.

M’étant donc couchée, dans le songe, je fis un autre songe. Et dans ce dernier songe, je vis qu’il y avait une grande clameur dans la ville. Dans les familles et dans les maisons, il y avait de la musique comme pour une grande fête ; des foules dehors étaient en liesse et un impressionnant défilé militaire, avec un grand nombre d’instruments de musique de fanfare, se déroulait dans la rue. Il y avait de grands cris : « Gbagbo est revenu ! Gbagbo, Gbagbo, Gbagbo ! ».
Et je me suis réveillée de ce songe dans mon songe. M’étant précipitée au salon, toujours dans le songe, j’y trouve un ancien de l’église, habitant le même quartier que nous, devant notre poste téléviseur. Je lui rapporte, toute excitée, ce que je venais de voir en rêve. Il me rétorque : « Mais c’est cette musique-là et cette clameur-là que tu entends en ce moment, dehors. Il y a des foules en liesse en train de célébrer le retour du Président Gbagbo. Il est revenu et il va s’adresser, dans quelques minutes, aux Ivoiriens. C’est pour ne pas rater son allocution que je suis entré chez vous, de peur qu’en me rendant à la maison, je ne manque l’évènement ». J’étais transportée de joie et c’est sur ces faits que je me suis vraiment réveillée de mon sommeil. Nous étions aux environs de 5 heures 30 du matin, le vendredi 22 juillet.
Intriguée par ce que je venais de vivre en rêve, je demande à mon époux : « Est-ce que le concours d’entrée en 6ème a été passée ? ». Tout étonné, il me demande : « Quelle est cette histoire d’entrée en 6ème avec laquelle tu te réveilles de si bon matin ? L’entrée en 6ème n’a pas encore eu lieu ». Quelque peu abattue, je me suis dis : « L’amie de ma fille était en classe de CE2, l’année dernière. Donc cette année, elle est au CM1. Si c’est à sa classe de CM2 que la Côte d’Ivoire sera délivrée, c’est que nous allons encore souffrir une année entière ».
Le jour s’étant levé, je sors donc de la chambre et vais demander à ma fille : « Ton amie du quartier-là, elle n’était pas au CE2, l’année dernière ? Alors, comment se fait-il que dans mon songe, elle passe l’entrée en 6ème ? ». Elle me répond : « Non, maman ! C’est vrai que l’année dernière, elle était au CE2, mais ses résultats étaient si excellents que l’administration de l’école l’a inscrite en classe de CM2, cette année. Donc cette année, elle passe effectivement l’entrée en 6ème ».
Encore plus intriguée, je me rends chez la petite et lui demande : « Chérie, tu passes vraiment l’entrée en 6ème ? ». Elle me répond : « Oui, tantie ! Tantie, pourquoi tu me poses cette question ? DIEU t’aurait-il révélé que je serais admise ? ». « Ne t’inquiète pas ma fille, tu seras admise », lui ai-je répondu. « Mais, quand est-ce que vous allez passer l’examen ? ». « Le 6 septembre, tantie ! ». Franchement ahurissant ! Je l’ai alors quittée, après quelques échanges.
En réfléchissant plus posément à toutes ces choses étonnantes, je me suis rendue compte que peut-être le SEIGNEUR venait ainsi de me révéler la période de la délivrance de la Côte d’Ivoire. Je ne suis pas formelle mais je suis franchement intriguée par ce songe ».
Voici ce que je voulais partager avec vous, chers frères et sœurs du groupe, de la part de notre bien-aimée sœur, Madame G.
Soyez bénis et que DIEU bénisse la Côte d’Ivoire !
Source : Facebook
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.