Publicités
L’Ivoirité ou le gros mensonge de ouattara pour tuer le peuple ivoirien

L’Ivoirité ou le gros mensonge de ouattara pour tuer le peuple ivoirien

Visite du Panel au Golf. Depuis plus d’une décennie, le peuple Ivoirien connu pour son hospitalité qui a fait de la Côte d’ivoire l’un des pays au taux d’étrangers le plus élevé au monde, a été traité de peuple xénophobe et massacré par la suite par alassane dramane et sa clique de suiveurs. Le temps est passé et nous constatons qu’il n’y a rien de nouveau sur cette terre, mais que l’histoire ne fait que se répéter.

Les mensonges de ouattara pour tuer le peuple ivoirien, comme les mensonges de bush pour tuer le peuple Irakien…
Le 20 Mars 2003, Georges Bush sur la base d’un mensonge grotesque et international, a entamé un bombardement du peuple Irakien. Quelques mois auparavant ce voyou de bush a fait croire au monde entier que Saddam Hussein détenait des armes de destruction massive (armes biologiques) et qu’il fallait aller les chercher.
Très rapidement, bush a mobilisé les alliés du mal pour détruire l’Irak sous les feux de bombardements qui ont plongé le peuple Irakien dans un chaos digne de l’apocalypse.
N’ayant pas trouvé une seule arme de destruction massive en Irak, georges bush le genocidaire, en parfait disciple de Satan, s’est tout de même donné le plaisir de tuer massivement ce digne peuple Irakien.
Le bilan de cette aventure digne du nazi hitler s’est soldé par la mort de 109302 personnes, la pendaison d’un Président sans que georges bush ne soit inquiété d’une poursuite devant le TPI. Georges bush a tué 109302 personnes et reste en liberté au vu et au su du raciste ocampo qui est pourtant prompte à brandir la menace de la tristement célèbre Cour Pénale Internationale, quand il s’agit de dirigeants Africains.
Comme Bush, ouattara dramane, le VAMPIRE DE SINDOU, alias BOUCHER DE SINDOU a parcouru la terre pour diffamer le peuple ivoirien, le traiter de xénophobe, dans le seul but de le diaboliser et retourner contre lui, l’opinion internationale.
Un travail minutieux, une campagne de diffamation bien planifié pour porter l’estocade à ce peuple qui autre fois étais très uni. En grand diviseur, ouattara a détruit en moins d’une décennie le travail de plusieurs générations. Celui qui bien se retourner dans sa tombe, c’est bien le President Feu Felix Houphouët Boigny, bâtisseur de cette nation.
Houphouet a œuvrer pour unir un peuple, ouattara œuvre pour le désunir. Un vrai travail de sabotage depuis 1990 !La campagne de diffamation du VAMPIRE DE SINDOU alias le BOUCHER DE SINDOU, s’est soldé par deux coups d’Etat.
L’un, c’est-à-dire celui de décembre 1999 a réussi, et l’autre, c’est-á-dire celui du 19 Septembre 2002 qui a écoué, s’est transformé en rébellion armée jusqu’en 2010 pour assurer son coup d’Etat électoral du golf hotel..
La diffamation de ouattara et sa clique de suiveur se résumait en un seul mot : L’Ivoirité, définie comme de la xénophobie, voire du racisme.
Depuis l’hors, l’Hospitalité, le vrai visage de la Côte d’ivoire a été balafré pour faire place à la xénophobe dans l’esprit de beaucoup de gens à travers le monde.
Ouattara a parlé…
Les medias nationaux et internationaux à la solde de ses maitres ont répété…
Et voici que le peuple ivoirien «devenu» «xénophobe» et «racisme», lui qui a accueilli sur la terre de ses ancêtres tous les peuples du monde, sans distinction…
Les Libanais, les Nigérians, les Nigériens, les Mauritaniens, les Béninois, les Ghanéen, les Togolais, les Camerounais, les Congolais, les Angolais, les Centrafricains, les Gabonais, la Marocain, les Tunisien etc. ne me diront pas le contraire.
Le Racisme 
Selon le dictionnaire Encarta de Microsoft, le racisme est l’idéologie selon laquelle, une race se croit supérieure à une autre et prône son élimination. Tel que le dictionnaire le définit, qui de la France et des ivoiriens n’aiment pas son prochain au point de l’éliminer ? Je ne crois pas que ce soit les ivoiriens parce que la France a démontré que le peuple ivoirien pouvait disparaître sans que cela ne la trouble. L’embargo sur les médicaments est un exemple qui traduit bien son état d’esprit. On ne peut pas traiter le peuple ivoirien de raciste parce qu’il n’a jamais dit qu’il était supérieur au peuple français et n’avait jamais développé de stratégie pour faire disparaître la France. Nous sommes HOSTILES à la politique française en Côte d’Ivoire et c’est bien cette politique impérialiste que nous dénonçons. Nous dénonçons sa main mise sur la Côte d’Ivoire. Nous voulons une coopération où tout le monde gagne et non une coopération où il y a un qui prend tout et un autre qui n’a rien. Une coopération win-win ou si vous le voulez, une coopération gagnant-gagnant. Nous récusons qu’elle nous impose quelqu’un ou quelque chose parce que nous sommes un peuple souverain et entant que tel, il nous revient de faire notre propre choix.
Si nos frères français vivant en Côte d’Ivoire sont honnêtes, ils reconnaîtront que nous n’avons rien contre eux. Bien au contraire, nous leur accordons de la considération qui n’est pas forcément réciproque. Dans la tête de certains nous sommes des sous-hommes qui ne méritent pas le respect et doivent être traité comme tels.
Il y a des gens qui prêche le faut en disant que c’est le Président Gbagbo a fait tracer la ligne de démarcation pour séparer le nord du sud, afin de maintenir le nord dans la pauvreté(…) Je dirai à ceux là qu’ils ne maîtrisent pas le dossier ivoirien et que dans ce cas, le bon sens voudrait qu’ils se taisent. A moins que leurs démarches ne soient guidée par de la mauvaise foi.
La ligne de démarcation dont certains parlent avec une aussi grande légèreté, a été construite point par point, trait par trait, tiret par tiret par la France. C’est la France qui a divisé la Côte d’Ivoire en deux et non le Président Gbagbo.
On ne peut pas parler de rejet des ivoiriens du nord, s’il y a un tiers qui divise cette population en deux pour assouvir ses plans machiavéliques. La France sachant bien le funeste plan qu’elle préparait pour la Côte d’Ivoire a tracé ce trait pour créer la division entre le nord et le sud. Et cela sous le fallacieux prétexte qu’elle allait chercher ses ressortissants à Bouaké. Ce n’est pas honnête et si on crie pour cela, on n’est pas raciste. Alors un peu de sérieux et sachons de quoi nous parlons.
Il ne faut donc pas se borner au sursaut d’orgueil du digne peuple de Côte d’Ivoire pour conclure que nous sommes racistes.
La Xénophobie, gros mensonge du vampire de Sindou
Quand les ivoiriens crient que ouattara est un vampire qui boit du sang, ce n’est pas une obscénité, c’est la vérité, parce que tout le monde l’a vu tuer la population ivoirienne à coups de canons avec la complicité des français, sous le couvert d’opérations de maintien de paix.A Duékoué, à Yopougon Gesco, à Sakassou (en 2002) en 2004 devant l’hôtel ivoire… ses maîtres français et ses sbires de dozos ont tué la population ivoirienne avec une barbarie digne d’un sanguinaire-né ou de satan en personne. Dire que ouattara est le vampire de sindou, n’est pas une obscénité, c’est la vérité.
Parce que jamais avant lui personne n’avait égorgé un homme devant tout le monde pour recueillir son sang et s’en abreuver. Au nom et au compte de ouattara les chasseurs dozos transformés en rebelles l’ont fait à Bouaké sur la terre des Baoulés leurs hôtes d’hier.
Jamais avant lui, la Côte d’Ivoire est rentrée dans une spirale de violence. Il y a eu certes des remous sociaux dans les années soixante-dix et un peu avant, avec les Guébié, les sanwis mais les choses ne sont pas allées plus loin qu’elles n’ont commencé.
Comprenons par là que notre peuple n’a pas une âme de guerrier, nous ne sommes pas des hommes dont la vie rime avec la violence et la barbarie. La preuve est que, les dozos et autres tueurs, nous n’en avons pas. Nous ne savons chasser l’homme.
Maintenant, est-ce faux de dire que les FRCI sont incultes ? Celui qui me dira le contraire de cette assertion, c’est celui-là même qui considère le bambara comme la langue officielle de la Côte d’Ivoire. Sans m’enorgueillir ni en être fier, jusqu’à la parution de cet article, l’ivoirien parle français et écrit français, mais pas le bambara qui n’est inscrit nulle part comme langue officielle de la Côte d’Ivoire.
De quoi veut-on parler quand on dit que nous crions notre haine aux burkinabè, aux maliens… ?
Nous ne crions pas notre haine au bukinabè ou au sénégalais qui adopte la posture d’un observateur neutre et objectif.
Cependant si un individu est malintentionné, et malhonnête dans sa démarche, qu’il soit burkinabè ou pas, il est tout à fait légitime de lui montrer la place qui est la sienne. Ramener une personne qui s’égare à l’ordre ne saurait être de la xénophobie.
Il y a des intellectuels sénégalais, burkinabè… qui ont compris le stratagème de la France à nous maintenir dans une position de peuple servile et défendent la souveraineté et la dignité de l’homme noir aux côtés des ivoiriens. Est-ce que vis-à-vis de ses frères dignes et compatissants a-t-on entendu dire que l’ivoirien les a rejeté ? Non !
L’ivoirien crie sa colère à celui qui n’a rien compris, mais surtout à l’homme malhonnête, c’est-à-dire à celui qui a bien compris le fond du problème et use de la langue de bois pour distraire les gens. Nous crions notre colère au malien, au guinéen au burkinabé… qui n’accepterait pas qu’on lui fasse ce qu’il est en train de nous faire.
Les sénégalais, les maliens et autres burkinabé seraient-ils xénophobes s’ils disaient aux ivoiriens de ne s’occuper que de ce qui les concerne ? De ne point se mêler à leurs problèmes politiques ? Je ne crois pas.
Maintenant une question: toi qui parle si promptement de xénophobie, accepterais-tu que l’ouvrier agricole qui a travaillé dans la plantation de ton papa, que les siens et toi aviez accueilli, hébergé, nourri se retourne contre vous et vous nargue en s’adjoignant à l’ennemi pour vous tuer ?
Accepterais-tu que celui-là animé d’un esprit on ne peut plus INGRAT, se retourne contre toi en ennemi alors que tu la reçu comme un frère ?
Les burkinabè, les sénégalais, le guinéens, les maliens… ceux que nous avons accueillis à bras ouverts chez nous, se sont associés aux français pour faire de nous leurs ennemis communs et nous tuer…
Si gentille soit-elle, je ne pense pas qu’il y ait une seule personne au monde qui accepterait d’aimer ses bourreaux.
Rejeter ses bourreaux et ceux de ses parents ne sauraient être de la xénophobie!
Si le burkinabè, et les autres avaient eu l’intelligence de dire non, nous ne nous mêlons pas à la politique ivoirienne, personne ne leur aurait rien reproché. La preuve est qu’avant l’arrivée du VAMPIRE DE SINDOU, personne ne s’en prenait aux burkinabè et autres sénégalais, bien que les burkinabè excellaient dans l’art du braquage ou du vol à mains armées… Au contraire, ils étaient bien intégrés en Côte d’Ivoire parce que l’ivoirien est hospitalier.
L’Ingratitude, la « Reconnaissancephobie » et non la Xénophobie 
Ceux qui parlent de xénophobie, font sûrement allusion à la réaction des ivoiriens par rapport à la posture des burkinabè, des guinéens, des maliens…
Tout petit, dans mon village à l’est de la Côte d’Ivoire où il y avait une population très hétéroclite, je ne savais pas qui était ivoirien et qui ne l’était pas. Il en était de même pour les gens autour de moi. Et je crois que dans les autres régions, c’était la même chose. Sinon on aurait entendu que dans telle ou telle partie du pays, les ressortissants de tel pays voisins y sont interdits. C’est dire que la Côte d’Ivoire n’a jamais eu un comportement xénophobe.
Bien au contraire ce sont les gens que nous avons accueillis chez nous qui pour des raisons de survie à la base, parce que venant des pays sahéliens et arides ont développés le réflexe du rejet de l’autre comme dans une jungle. La preuve : les différents monopoles développés dans le commerce. Le marché du bois, du poisson, des tôles, de la viande, le transport… est aux mains de ces personnes qui n’acceptent pas que d’autres personnes viennent, furent-ils ivoirien se mêler à eux.
Selon le dictionnaire Encarta, la xénophobie est un état d’esprit haineux et hostile (à l’étranger). Or en se créant des monopoles, c’est l’étranger qui crée un environnement hostile et haineux vis-à-vis de l’ivoirien. Entre nous, accepteriez-vous que quelqu’un que vous avez accepté sous votre toit vous dise où vous devez poser vos pieds ? Je suis sûr qu’aucun de vous accepteriez cela. Les étrangers que nous avons accueillis, nous ont tout pris et nous disent: taisez-vous, qu’on vous méprise. Alors quand on veut dénoncer cette attitude INGRATE ou de « reconnaissancephobie », ceux-là mêmes qui on développé un climat de haine et d’hostilité dès leur arrivé en Côte d’Ivoire, crient à la xénophobie. C’est trop facile. Car ce n’est pas par xénophobie que l’ivoirien a reçu chez lui l’étranger, mais par pur esprit d’hospitalité qui malheureuse se retourne contre lui. Alors, au lieu de parler de xénophobie de l’Ivoirien, il faut plutôt parler de la «RECONNAISSANCEPHOBIE» (la peur d’être reconaissant) = INGRATITUDE.
Concernant ouattara 
Vous le savez aussi bien que moi qu’il est un “gbin du burkina faso”, qu’il a travaillé pour le burkina dans les institutions financières internationales, alors pourquoi le lui rappeler serait-il acte de xénophobie ? Qu’on me donne le nom d’un seul ivoirien qui a représenté la Côte d’Ivoire auprès des institutions internationales et qui serait devenu président d’un autre pays autre que le sien. Voyez-vous c’est cette malhonnêteté que nous dénonçons.
Quand un individu adopte la posture de ce BOUCHER et VAMPIRE de ouattara, on ne peut que le dénoncer. ouattara est un tueur et vous ne pourrez pas me dire le contraire. Le dénoncer également n’est pas de la xénophobie.
Les ivoiriens ne sont pas des burkinabé, ni des maliens, ou encore moins des guinéens… Pourquoi donc les sénégalais et autres burkinabé seraient-ils des ivoiriens ? Ca aussi, vous ne me direz pas le contraire.
Si le burkinabé, le sénégalais selon le code de la nationalité ivoirienne, devient ivoirien, il est ivoirien au même titre que tout le monde.
Maintenant s’il devient ivoirien et prône la “sénégalité” ou la “burkinalité”, et non l’Ivoirité, il y a problème et dans ce cas ceux qui comme nous se sentent floués ou trahis ont le devoir de réagir comme cela s’entend. Ce n’est pas être xénophobe, ça s’appelle réagir, avoir un sursaut d’orgueil! C’est avoir un sursaut patriotique!
L’Ivvoirité, l’Amour de la chose ivoirienne doit être prônée par tous les Ivoiriens dignes de ce nom : Nés ivoiriens ou naturalisés ivoiriens.
Chez moi à l’Est, il y a un adage qui dit ceci: « Lorsqu’on déteste le poisson, on ne se met pas au bord de l’eau pour le pêcher…»
Celui qui n’aime pas la Côte d’Ivoire et les Ivoiriens et qui ne veut pas entendre parler de la promotion des valeurs ivoiriennes c’est-à-dire l’Ivoirité, qu’il reste loin de la Côte d’ivoire. Ainsi, il se rendra service et nous rendra aussi service.
Les mensonges de ouattara pour tuer le peuple ivoirien, comme les mensonges de bush pour tuer le peuple d’Irak ne sauraient pousser l’ivoirien à se renier.
Quant à notre culture de pays de l’hospitalité, elle demeure en nous et ce n’est pas l’Ingratitude de quiconque qui nous enlèverait cela.
Maintenant que celui qui a les oreilles pour entendre, entende.- vous pouvez tout nous voler, mais le sursaut d’orgueil, vous ne pourrez pas nous le prendre.
Vive la côte d’Ivoire!
Vive les valeurs de la Côte d’Ivoire!
Vive la chose Ivoirienne, alors VIVE L’IVOIRITÉ!
Contribution de Jean-Serge Banima,
Digne fils de l’Est de la Côte d’Ivoire 
source : Jean-Serge Banima /abidjandirect.net
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :