ECLUSIF : UN SOLDAT FRCI FAIT DES RÉVÉLATIONS SUR L’AFFAIRE DES 4 PERSONNES ENLEVÉES À L’HÔTEL NOVOTEL

L’article ci-dessous a été rédigé après plusieurs échanges de mails avec un soldat des ex FAFN devenu aujourd’hui FRCI. Cet homme, victime des fausses promesses des dirigeants actuels de la côte d’ivoire, dit ne pas vouloir laisser les mensonges lancés contre le régime du Président Gbagbo car selon lui il veut avoir la conscience tranquille afin de pouvoir bénéficier du pardon du père céleste. N’ayant pas tous les moyens pour vérifier la véracité de ses dires et après plusieurs concertations, nous avons décidé de soumettre l’article à nos internautes.
Excusez moi si je souhaite rester toujours dans l’anonymat, c’est juste par mesures de précautions afin de préserver la vie de mes proches. Au moment opportun je ferai tomber le masque pour confondre les ennemies du peuple Ivoirien.


Il est grand temps que tout soit dévoilé afin que les vrais coupables soient connus de tous et qu’ils répondent de leurs actes devant la justice et surtout le peuple Ivoirien qui est la plus grande victime. 
Permettez avant tout que je puisse lever toute équivoque pour les fausses accusations qu’on fait peser sur le couple Gbagbo. Ce couple a été dupé par ses proches (collaborateurs, travailleurs, ami(e)s, parents, pasteurs
venues juste profiter de leurs largesses financières). 
Je veux faire des révélations dans l’affaire des 4 personnes enlevées à l’hôtel Novotel. 
En effet, pendant le blocus du golf hôtel les soutiens extérieurs nous ont fournis du matériel de communication de pointe ; ceci nous a permis d’avoir toutes les informations sur le régime légitime GBAGBO. Sa résidence, le palais présidentiel, les ministères et institutions publiques et privées ; tous étaient sur écoute jour et nuit. Les fax, appels, SMS, E-mails… ont tous été interceptés. 
C’est ainsi que le Dimanche 03 Avril vers 16 heures nous avons intercepté une communication entre M. LAMBELIN et un proche du Président qui se trouvait à sa résidence. Il donnait des informations sur tout ce qui se passait dont il était informé depuis son hôtel (Les mouvements et agissements des troupes et informateurs à la solde de la Licorne, et même certains communiqués privés que faisaient certains journalistes sur les évènements). 
Vers 23 heures, il a informé les proches de Gbagbo que l’ONUCI s’apprêtait à déployer ses éléments pour ouvrir de nouveaux fronts afin de permettre à nos forces (FRCI) de se déployer sur les positions des forces régulières. Je vous confirme que nos hommes avaient été repoussés hors de la ville d’Abidjan dès les 1ères heures du fameux « assaut final ». C’est grâce à l’aide de l’ONUCI que nous avons pu nous déployé partout car c’est elle qui assurait notre transport.
Le lundi 04 Avril, jour de son enlèvement, M. Lambellin a donné l’information selon laquelle les forces françaises allaient se déployer pour officiellement prendre part dans cette crise aux cotés de nos forces en donnant dans les moindres détails les sites qu’attaqueront la coalition pour déstabiliser les forces de défenses et de sécurités. 
Les rapports de ces écoutes ont été transmis à nos dirigeants politiques. Ceux-ci ont décidés de mettre hors d’état de nuire cet informateur jugé trop bavard et certains de ses proches sans en informer les autorités françaises et Onusienne de peur qu’elles s’y opposent. Pour cela, nos responsables ont fait appel au Commandant qu’ils ont tué par la suite. Je veux parler du ‘’Général’’ IB pour que très vite certains de ses éléments sûrs et efficaces fassent une descente sur l’hôtel et ramener ses hommes à la base qu’ont avait formé à ELIBOU sur l’autoroute du nord. Sachez que le ‘’Général’’ IB avait ses hommes dans toute la ville grâce à la complicité de la force Onusienne. Ces hommes sont arrivés rapidement sans être vus par les troupes ONU, de la licorne et même des forces régulières. Une fois à l’hôtel, comme ils avaient les descriptions exactes, ils ont directement pris M. Lambellin et ses compagnons, sans toucher les autres alors qu’ils se trouvaient en compagnie de bon nombre de ressortissants français regroupés dans cet hôtel. Cette opération n’a duré que 10 min, car nous l’avons coordonnée. Le 4ème à été pris juste pour distraire l’opinion sinon, il ne représentait aucun danger. Ceux qui sont venu les prendre étais au nombre de 12 dont 3 étaient en position dehors pour la garde. Un est resté dans le char à l’effigie de l’ONUCI qui était à notre disposition afin de mener cette guerre. L’ONUCI nous avait donné de nombreux chars. A la base d’ELIBOU où ils ont séjournés un certain moment avant d’être conduits par la troupe du collègue IB vers sa base à ABOBO-ANYAMA.
Le pouvoir GBAGBO n’a rien à avoir avec ces enlèvements. En plus des personnes qui étaient venues opérer, seulement deux étaient en uniforme de l’armée régulière. Un était dans le char (le pilote) et l’autre était à l’arrière vers l’autre rue pour la surveillance. Ceux qui sont entrés dans l’hôtel étaient en bigarré et ne s’exprimaient pas correctement en français. La plupart de ses éléments ont périt dans l’affrontement qui a opposé les hommes d’IB aux nôtres. Certains sont bel et bien là, mais en cavale de peur d’être retrouvés et tués pour ce qu’ils savent.

source : abidjandirect.net

Par thruthway
Publicités