LE TOUT DERNIER KONE MALACHIE SUR LA FIN DE LA CRISE IVOIRIENNE

KONE MALACHIE.jpg

Nouvelle lettre ouverte du Pasteur Koné Malachie aux Ivoiriens.

Nous avons reçu à notre rédaction une nouvelle prophétie du sieur Koné Malachie que nous avons décidé de partager avec vous. Veuillez noter que nous ne partageons pas forcément les éléments de la réflexion ci-dessous mais accepte par choix éditorial de les mettre à votre disposition afin que chacun puisse y apporter son jugement. Maintenant, lisez cette prophétie et jugez en par vous-mêmes…. Bonne lecture. Sévérin Toche.

La date précise de la guerre des 6 jours et de celle de l’intervention divine spectaculaire, mettant ainsi fin totalement à notre crise. Que toutes les bonnes volontés usent de leurs relations ou de leur influence, pour que ce message passe dans tous les journaux de la place.

Très chers frères et sœurs, ivoiriens et ivoiriennes

Fasse Dieu, Celui que je sers de tout mon cœur, que vous soyez soutenus dans toutes ces épreuves difficiles, auxquelles nous sommes tous confrontés, depuis un certain temps.

Je vous avais promis que j’entrerais en présence du Seigneur, pour y ressortir très certainement avec des nouvelles fraiches du ciel, concernant la fin exacte de cette crise, qui n’aura que trop durée. Et bien, gloire soit rendue à Dieu par Jésus Christ notre Seigneur, qui m’a fait la pure grâce de pénétrer dans « le secret des dieux. » Ecoutez donc à présent, les paroles du Seigneur :

« Moi le Seigneur, J’éprouverai très durement cette nation, et de fond en comble j’y remuerai tous les hommes en trahis, sens dessus-dessous. Je ferrai passer sur ce pays, un grand vent de destruction et j’y anéantirai tous ses exterminateurs. Moi l’Eternel, j’ai fait passer en revue mon armée qui doit combattre et déjà positionnée sur le terrain, elle sera d’un œil sans pitié. »

J’entendis alors une autre voix, comme du milieu de la forêt, et qui disait : « Cachez ici, tous les vrais serviteurs de l’Eternel et tous ses enfants qui se reconnaissent vraiment de lui, jusqu’à ce que la colère divine soit totalement épuisée sur ces fils de la rébellion ». Puis j’entendis encore une autre voix, mais cette fois, comme du milieu d’un océan, et qui proclamait une sorte de verdicts individuels.

A monsieur Alassane Dramane Ouattara

« Je mettrai ma boucle à ta mâchoire et mon mord, sur ton canal buccal. Je t’entrainerai sur des chemins inconnus et je te ferrai passer à l’oubliette, jusqu’à ce que tu disparaisses dans le mystère. »

A monsieur Abdoulaye Wade

« Je te conduirai sur des voies ridicules et je te livrerai à un sarcasme public. Je t’abandonnerai sur un espace plein de ténèbres, où tu ne pourras plus jamais distinguer ta droite de ta gauche »

A monsieur Blaise Compaoré

« Je te ferrai connaitre une autre dimension de désert, et j’enfouirai ton nez dans du sable mouvant. Je te précipiterai dans un lieu secret, et là, je te soumettrai à une corvée, tellement rude, que tu ne pourras même plus faire, la différence entre la nuit et le jour. »

A monsieur Sarkozy

« Toi, j’effacerai ton nom de dessous les cieux et je te transformerai en un souvenir très amer, pour chaque citoyen de ta nation. Je déverserai sur toi une odeur de pourriture et je te rendrai semblable au néant, des maintenant et à jamais »

A tous les rebelles convertis en FRCI

« J’avais dit, qu’avec un peu de patience, le rebelle abandonnerait peut-être sa mauvaise vie et se convertirait à moi de tout son cœur. Je pardonnerais alors ses péchés et je ne me souviendrais plus jamais, de l’ensemble de toutes ses iniquités. Mais le rebelle n’est point revenu à moi et l’homme d’iniquité n’a point abandonné ses mauvaises habitudes. Il n’a point recherché mes faveurs et ne s’est même pas soucié de se réconcilier avec son Créateur. Maintenant, j’en appellerai à toute ma fureur, et je ferrai allusion à toute ma sainte colère. J’épuiserai sur ces méchants, toute l’ardeur de ma vengeance et toute l’énergie de mon courroux. Nul d’entre eux n’échappera, pas même un seul »

A la Côte d’Ivoire toute entière

« Ton bonheur est près de naitre, mais il te faudra encore, assez de force pour l’accouchement. Tu seras encore éprouvée comme par les douleurs de l’enfantement, mais après ces choses, je te glorifierai pour toujours et à jamais. »

A monsieur « point, point, point »

Une voix crie dans le désert « Le temps de ta servitude est fini et la période de ta corvée, totalement achevée. Maintenant, lève les yeux autour et regarde, comment je traiterai rudement tous tes adversaires »

Très chers frères et sœurs, ivoiriens et ivoiriennes,

Je vous donne à présent, la période précise des 6 jours de guerre et la date exacte de l’intervention divine spectaculaire, depuis longtemps annoncée. Sachez donc, que tout cela débutera pendant les vacances, dans la première semaine du mois d’Aout, entre le premier jour et le deuxième, (Lundi 1er ou Mardi 2) et s’achèvera à la fin de la même semaine (Samedi 6 ou Dimanche 7).

Que donc, tous ceux qui adorent le Seul Vrai Dieu, se mettent maintenant en prière pour une protection spéciale et divine, car la catastrophe sera rude, difficile et très pénible pendant les six jours, pour tous ceux qui ne sont pas en Christ Jésus.

Comme je l’avais d’ailleurs, déjà annoncé dans une lettre précédente, adressée à monsieur Sarkozy le président français, nous vivrons 6 jours de véritable enfer, mais le 7eme jour à minuit, l’Eternel Dieu inversera la tendance, sans l’effort d’aucune main humaine. Et puisque, tous ces ennemis de la Côte d’Ivoire tiennent tant, à savoir réellement, qui est vraiment cet Eternel des armées et de quoi peut-il être réellement capable, alors, ils le verront. Ils le verront,

  • LUI, le RESSUSCITÉ GLORIEUX aux siècles des siècles
  • LUI, L’INCONTESTABLE JÉSUS depuis l’aube des temps
  • LUI, le DIEU DES CHRÉTIENS de génération en génération.

OUI, ils le verront, ils le verront dans toute sa réalité, et ils ne se remettront plus jamais de la frayeur, que leur causera la personne du PLUS PUISSANT DES SIÈCLES

Informez les différents responsables des communes d’Abobo, deYopougon, de Koumassi, et surtout de celle du Plateau, de beaucoup prier, afin que quelques chose au moins, reste de leurs communes respectives, après ces différents mouvements.

Que les habitants de Daloa, de Gagnoa, de Lakota, de Divo, deTiassalé, de Dabou et ceux de Bassam, implorent l’Eternel pour sa grâce et pour ses compassions envers eux.

Nota bene

J’ai appris à Grand-Lahou par mes voisins, alors que je revenais de San-Pedro, d’une mission classée top-secret, qu’un journal de la place, aurait titré à sa une, une soi-disant répentance de ma part, avec des paroles de regrets, attribuées à ma personne.

Frères, ne vous laissez pas berner. Personne n’est jamais venue me voir à Grand Lahou, encore moins, jusqu’au lieu où je me trouve. Et sachez-le très bien, je ne me repentirai jamais de la vérité. Même s’il faille que je périsse pour la cause du Seigneur, alors, je périrai.

Votre jeune frère, le pasteur Malachie, l’esclave de Jésus et le défenseur des droits divins.

Publicités