Grève de la faim à Libreville

 LIBREVILLE, 14 juil 2011 (AFP) – Le conseiller de la République gabonais, Roland Désiré Aba’a a entamé jeudi pour la fête du 14 juillet française une grève de la faim à Libreville pour obtenir notamment le départ des forces françaises du Gabon, a constaté un journaliste de l’AFP. Vêtu de l’écharpe tricolore gabonaise (vert, jaune, bleu), membre du Conseil économique et sociale s’est attachée à un drapeau gabonais sur la place de l’Indépendance devant le monument aux morts. « Je veux montrer mon attachement à ma patrie et me libérer de la France. Nous libérer des accords prétendument légaux qui empêchent le développement véritable de notre pays », a-t-il affirmé à l’AFP « Nous sommes devant le monument aux morts (gabonais des guerres mondiales). Si je venais à tomber parce que je veux libérer mon pays des griffes de la France, on me jettera au monument aux morts. Je resterai le temps peut être que ma vie s’en aille. Je ne quitterai ici que quand je verrai l’armée française libérer mon pays », a-t-il ajouté. « On ne comprend pas qu’une armée étrangère soit installée et jouisse librement des richesses comme si elle se trouvait sur son territoire. Nous voulons qu’on revisite en accord gagnant-gagnant les accords sur les industries extractives parce qu’aujourd’hui c’est un partage léonin », affirme-t-il. Le Gabon accueillera samedi le Premier ministre français François Fillon: « Nous avions choisi le 14 juillet, date forte (…) mais c’est bien que le Premier ministre (français) voit que les Gabonais ont conscience que les Gabonais ne profitent pas des accords » » » » . LA LUTTE PEUT PRENDRE PLUSIEURS FORMES !


Source : Facebook
Publicités