Yopougon : 5 éléments des milices pro ouattara attaquent une cour commune

par La Majorité Présidentielle Gbagbo, samedi 16 juillet 2011, 17:47

Des éléments des milices FRCI se sont,encore une fois,illustrés de manière négative.En effet,les habitants d’une cour commune à Niangon-Lokoua,dans la commune de Yopougon,ont fait les frais de la mauvaise foi de ses soldats d’une autre époque. Ainsi, dans la nuit du 12 au 13 juillet dernier, aux environs de 2 heures du matin, ils ont reçu la visite inopinée de cinq personnes armées de kalachnikovs et portant des treillis. Selon les victimes que nous avons rencontrées, après avoir défoncé la portière, ces militaires voleurs ont frappé à la porte de Zady Vincent. Dès que ce dernier a ouvert la porte, ils se sont jetés sur lui et ont intimé l’ordre de leur donner tout ce que la maison possède comme objets de valeur. Ainsi ont-ils mis la main sur une somme de 15.000 FCFA et un téléphone portable.


Comme ils n’étaient apparemment pas satisfaits de cette somme, ils ont brutalisé la femme du propriétaire de la maison. Lequel propriétaire a été contraint de les suivre chez le voisin. Là-bas, ils lui ont dit de frapper à la porte du voisin qui répond au nom de Gnonsio Prince. Un témoin de la scène explique la mésaventure de M. Gnonsio : «Ce qui m’a étonné, lorsqu’ils sont entrés chez lui, ils ont prononcé son nom et ont dit sa profession. Après quoi, ils lui ont exigé de l’argent. Faute de quoi, ils le tueraient. Il leur a déclaré qu’il ne possède qu’une somme de 1000 FCFA. Plongés dans une colère noire, ils l’ont terrassé dans son salon et se sont mis à le battre. A ce moment, un autre fouillait dans sa chambre à coucher. Il est revenu effectivement avec les 1000 FCFA mais ils se sont emparés de quatre cellulaires. De là, ils l’ont contraint à frapper à la porte du voisin qui se nomme N’Guessan Francis», explique-t-il. Dans la troisième maison, ces malfrats ont eu assez de fortunes car ils ont pu mettre la main sur la somme de 52.600 FCFA et quatre téléphones portables. Mais, avant leur départ, ils avaient voulu abattre l’un des frères du maître des lieux. Parce que celui-ci leur avait donné 600 FCFA. Ce qu’ils ont considéré comme une foutaise. Pour éviter un meurtre dans sa maison, N’Guessan Francis et son frère du nom de Yao Yao Edouard, ont supplié ces bandits qui sont finalement revenus sur leur décision. Au cours de leur opération dans la quatrième maison, le bruit d’un moteur de voiture les a obligés à quitter précipitamment les lieux. Ces éléments reconnus formellement comme étant des FRCI ont stratégiquement opéré dans cette cours. Selon nos sources, deux d’entre eux étaient postés devant le portail tandis que trois pénétraient dans les maisons. Là-bas, le premier se positionnait devant la porte quand le deuxième tenait en respect, avec son arme, les occupants de la maison et le troisième procédait à la fouille des chambres et les autres endroits susceptibles de garder de l’argent ou d’autres objets de valeur. Les victimes ont porté plainte contre X à la brigade de la gendarmerie de Yopougon-Toits rouges.

 Une correspondance de Henri Medi
Source : Facebook
Publicités