OUATTARA, IL Y A DES CHOSES QUON NE DEMANDE PAS A UN PEUPLE !

 

La Chronique de Hassane Magued

La Révolution Permanente N°0031/07/11
Il y a des choses qu’on ne demande pas à un peuple. Comme il y a des choses qu’on ne peut pas demander, même à son pire ennemie. Il peut s’agir de choses contre nature. Il peut s’agir de choses qui vont contre les lois nationales. Il y en a qui offensent la bienséance et constituent une insulte à l’intelligence populaire.
C’est pourquoi, même tenu en captivité, un homme normalement constitué les refusera si vous les lui demandez. Mais vous n’êtes pas un homme normal. Donc vous demandez au peuple ivoirien d’accepter des choses anormales. Des choses insultantes, des choses révoltantes. Alors, je veux couper court avec vous. Trop c’est trop ! Le lion endormi a décidé de se réveiller.Vous avez offensé doublement le peuple de Côte d’Ivoire. Vous avez perdu les élections selon les lois de la Côte d’Ivoire. Et cela à tout point de vue. Comme vous n’avez aucune légitimité, la France a bombardé les Ivoiriens pour vous installer comme un Moro-Naba (roi du Burkina-Faso) en Côte d’Ivoire. Et vous demandez aux Ivoiriens de vous reconnaître comme tel.

Eh bien monsieur le moro-naba, personne n’acceptera de se soumettre à vous, parce que la Côte d’Ivoire n’est pas un royaume du Faso mais une République où pour diriger le peuple, il faut être élu. Alors vous allez être chassé de votre siège d’imposture, moro-naba. Vous demandez par ailleurs aux Ivoiriens de ne pas faire de l’opposition, de se taire sur votre imposture, de refuser de dénoncer la destruction de leurs vies et de leurs biens, puis d’accepter la recolonisation de la Côte d’Ivoire par la France. Vous, étant bien sur dans le rôle “confortable” du collabo imposteur. Vous n’avez vraiment pas d’éthique ! Pour votre imposture, pour votre échec et votre incompétence incongrue, vous aller être dégagé comme vous le méritez.
Pour la recolonisation de la Côte d’Ivoire, nous allons décoloniser ce pays par tous les moyens. Je vous en donne la parole d’honneur des dignes fils de ce pays.Vous voulez garder Laurent GBAGBO et ses camarades de lutte, comme sa famille, dans vos prisons infestes du Nord de la Côte d’Ivoire. Et vous ne voulez pas qu’ils reçoivent la visite de médecins. Et le comble de tout ça, vous demandez aux Ivoiriens de prendre cette humiliation comme une retraite dorée en résidence surveillée. Nos amis, parents et connaissances, que nous soyons amis de la Côte d’Ivoire ou citoyens de ce pays, seront libérés sans état d’âme. En leurs lieux et places, vous serez jetez en prison si vous avez de la chance. Sinon, le jour J, vous découvrirez le confort insoutenable que nous allons vous servir.Et là encore vous me mettez hors de moi. Vous êtes incapable de gérer l’Etat de Côte d’Ivoire, enfin, de ce qui reste encore comme Etat.
Vous ne pouvez ni payer les salaires, ni créer des richesses, ni mettre en cage vos bandits abrutis en armes. Et vous prétendez pouvoir faire mieux. Mieux dans quel sens ? Mais pour qui prenez-vous les fils de ce pays ? Croyez-vous qu’ils se nourrissent de quoi ? De promesses ? De Mensonges ? Vous allez apprendre à les connaître. C’est leurs mêmes bouches qu’ils ont utilisées pour vous tenir des propos tolérants qu’ils vont utiliser pour régler votre cas. Je vous laisse la primeur de faire cette grande découverte.Le comble maintenant. Vous, vous occupez de votre confort au détriment du contribuable ivoirien. Nouvel avion privé. Nouveau véhicule blindé. Des voyages Abidjan-Dakar tous les soirs et matins car vous avez peur de dormir dans la capitale du pays que vous prétendez être le vôtre. Honte à vous ! L’imposture est vraiment un vilain métier. C’est pourquoi il n’y aucune règle dans ce boulot de truand. Mais les Ivoiriens ont une Solution pour vous, Monsieur Solutions. Vous la connaîtrez bientôt. Alors, que croyez-vous que les Ivoiriens vous réserveront très bientôt ? Des applaudissements ? Des fleurs ? Ou bien le feu de leur colère ? Je vous suggère de choisir tous les trois. Car les applaudissements, ce ne sera point pour accepter vos folies meurtrières, mais pour célébrer leur fin brutale. Les, fleurs, je crois que ce sera en votre mémoire, sinon pour les Guerriers de la Révolution Permanente. Et le feu de leur colère, c’est ce dont vous aurez le plus besoin pour vous réchauffer lorsqu’un froid glacial vous envahira.
A très bientôt.
Hassane Magued
Source : Par thruthway 
Publicités