La Marque de la bête

Un député UMPS tire la sonnette d’alarme concernant la future carte d’identité à puces

http://www.dailymotion.com/embed/video/xjs7vf

Un député UMPS tire la sonnette d’alarme… par thanatosdu140

Dans le projet de loi d’Obama sur la santé, HR 3200, à la page 1001, il est prévu que tous les américains seront implantés d’une micro-puce dans la but de créer un registre national.

http://novusordoseclorum.discutforum.com/

La Marque de la Bête
Article de Let Us Reason Ministries
Source http://www.letusreason.org : « The Mark of the Beast. »
Article traduit par Henri Viaud-Murat, publié autrefois sur le site Internet paroledevie.org (site fermé depuis Août 2007).

Beaucoup de choses ont été dites sur la marque de la bête. Cet article fait un point complet sur la question. Il nous montre à quel point la venue de l’Antichrist est proche. Personne ne pourra bientôt plus acheter ni vendre sans porter cette marque. Ceux qui l’auront acceptée iront à la perdition, sans possibilité d’y échapper. Il est encore temps aujourd’hui d’être sauvé en acceptant Christ!

La Marque de la Bête.

Il y a beaucoup de superstition aujourd’hui dans l’Eglise concernant la marque de la bête. On y associe même les cartes de crédit et les numéros de sécurité sociale. Certains vont jusqu’à affirmer que cette marque est associée au jour du culte, quand il n’est pas biblique ! La raison logique et biblique de cet intérêt réside dans la gravité de la condamnation associée à l’acceptation de la marque de la bête, ou au fait d’adorer son image. L’interdiction de commettre un meurtre est un commandement moral. Toutefois, quand ce commandement est violé, on peut être pardonné si l’on se repent. Alors que l’on ne peut plus être pardonné si l’on accepte la marque de la bête. Aucune repentance ne sera accordée à ceux qui auront accepté cette marque. À l’époque de Christ, ceux qui blasphémaient en Israël ne pouvaient pas être pardonnés. Il en sera de même, à la fin des temps, pour ceux qui auront accepté la marque. Cette marque n’est pas apposée sur ceux qui pratiquent le culte le dimanche, comme certains le prétendent. S’il ne s’agissait que de cela, il n’y aurait aucune porte de sortie pour les partisans du sabbat !

Voici ce qui est écrit dans Apocalypse 13:16 : »Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front. » Le mot grec traduit par « sur » est « epi. » La traduction littérale de ce passage est la suivante : « Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main, leur droite ou leur front. La Bible a l’habitude d’utiliser le mot « main » pour désigner diverses parties du corps, par exemple les doigts ou même le front. Quand il est dit que Jésus montra à Ses disciples la trace des clous dans Ses mains, nous savons qu’il s’agissait en fait de Ses poignets et non de Ses paumes. Alors que quand il est parlé de « front, » il s’agit bien du front, de la partie supérieure du visage.

Au verset 17, il est écrit : « …et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom. » Il s’agit du nom d’une personne (« arithmos anthropou »). Le verset 18 dit : « C’est ici la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête. Car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante-six. »

Si personne ne peut plus ni acheter ni vendre sans avoir cette marque, il s’agit certainement d’autre chose que le fait d’aller au culte le dimanche ! Quand on considère la complexité de notre société moderne, si l’on veut disposer d’une pleine liberté pour acheter ou pour vendre, on doit certainement pouvoir disposer d’un moyen numérisé, sinon ce serait impossible à contrôler. Le verset 18 précise bien qu’il s’agit du nombre d’un homme. Il ne s’agit pas simplement d’un titre, d’un rôle ou d’un système. Il s’agit d’un nom, du nom de la bête, c’est-à-dire du nom d’un homme. Le texte grec dit ceci : « Que celui qui a de la raison compte le nombre de la bête. Car c’est le nombre d’un homme. Son nombre est 666 (hexakosioi hexaconta hex). » Il s’agit de trois groupes de nombres successifs : 600, 6 fois 10, 6. La manière dont les choses sont écrites doit nous donner à réfléchir, car il y a sans doute là une signification cachée.

Il ne s’agit donc pas d’une carte, ni d’un empire, ni d’un jour. Il s’agit du nombre d’un homme. La bête est un homme ! Cet homme a un nom ! Ce nom correspond à un nombre précis ! Ce passage d’Apocalypse 13 nous montre qu’il y a trois éléments distincts : la marque, qui peut être une sorte de symbole, le nom de la bête, et la valeur numérique de ce nom.

Il est donc possible de compter le nombre du nom de cet homme pour pouvoir l’identifier ! Dans son livre sur les mots grecs, Robertson écrit ceci : « La marque représente à la fois le nom et le nombre. Le nom et le nombre sont une seule et même chose. Les Grecs pouvaient écrire un nom en chiffres, car ils se servaient des lettres de l’alphabet pour écrire des chiffres. » Swete suggère ceci : « Il s’agit d’une sorte de « gématrie » (science des nombres), connue de l’auteur de l’Apocalypse et de ses lecteurs de la province de l’Asie, mais qui n’était pas compréhensible par tous. » En d’autres termes, il fallait soit être Juif soit connaître l’alphabet hébreu et le système numérique. Ce n’était pas toujours le cas pour les langues latine ou grecque, mais l’hébreu attribue toujours une valeur numérique aux lettres de son alphabet.

Dès à présent, nous pouvons savoir avec précision qui n’est pas l’Antichrist. Et nous ne pouvons pas le savoir tant qu’il n’est pas manifesté. Il y a eu dans le passé un grand nombre de spéculations, dont nous ne devrions pas trop nous soucier, sinon pour nous amuser. Je m’attends à ce que quelqu’un associe ce nombre au bug de l’an 2.000. Vous pouvez être certain que ceux qui décodent les prophéties vont y parvenir !

Les codes barres internationaux comprennent en général deux groupes de (six) chiffres séparés par trois barres verticales doubles, une barre double au début, une au milieu, et une à la fin. Ces barres verticales doubles sont souvent plus longues que les autres barres. Quoi qu’il en soit, elles représentent le code barre correspondant au chiffre 6, ce qui donne un 6 au début, un 6 au milieu, et un 6 à la fin des codes barres. Ces codes barres ont donc déjà intégré le nombre 666. Il se peut que cela ait une signification importante à l’avenir, puisque personne ne pourra ni acheter ni vendre sans ce nombre. Le temps nous le dira. Mais ne disons pas que le système est déjà en place, tant qu’il ne l’est pas encore.

Le quartier général de l’Union Européenne se trouve à Bruxelles, en Belgique. Il dispose d’un énorme système informatique appelé « la bête, » « the beast » en anglais. Il s’agit simplement du sigle B.E.A.S.T., correspondant à « Belgian Electronic Accounting Surveillance Terminal, » (Terminal Electronique Belge de Comptabilité et de Surveillance). Toutefois, la bête (BEAST) de l’Apocalypse est une personne, pas une machine. Ne faisons pas monter en grade cette dernière !

Le problème essentiel à l’avenir reste celui de l’adoration d’une créature au lieu de l’adoration de Dieu. Les gens devront accorder toute leur dévotion à un homme dont le ministère sera bien plus grand que celui de tous les autres faux Christs. Ceux-là ont eu un ministère marqué par des signes et des miracles mensongers. Le ministère de cet homme sera bien plus grand, de sorte que les gens permettront qu’on inscrive sur leur corps soit le nom de cet homme, soit le nombre de son nom. Ce sera le symbole de leur allégeance à la bête.

Car la Marque de la Bête, ce sera exactement cela, un badge permettant de reconnaître les partisans de l’Antichrist, une marque placée ou imprimée sur leur front ou leur main droite. Ce sera une sorte de tatouage ou de gravure, afin d’imprimer une image, la copie exacte d’une réalité.

Dans son livre cité, Robertson écrit aussi : « Une marque signifie quelque chose de gravé. Le même mot grec (charagma) est employé dans Actes 17:29, traduit par « sculpté. » Dans l’Apocalypse, il s’agit d’une marque sur le front, sur la main droite, ou peut-être sur les deux. Les documents officiels ou les papyrus de l’Antiquité portaient le nom et l’image du souverain, ainsi qu’une date. Il s’agissait d’un sceau officiel. La marque (charagma) figurait sur le sceau. Les animaux et les esclaves étaient souvent marqués du nom de leur propriétaire. Dans Galates 6:17, Paul dit qu’il porte dans son corps les marques (stigmata) de Christ. Le roi Ptolémée Philadelphe obligea des Juifs d’Alexandrie à recevoir la marque de Dionysos, afin de prouver qu’ils voulaient lui être fidèles (voir 3 Macchabées 3:29).

Dans sa concordance, Strong précise que « charagma » signifie « marque imprimée » ou « empreinte. » Ce mot est associé à la racine « charasso, » qui signifie « tailler en pointe » (dans le but de gratter quelque chose). Il peut aussi signifier « pieu, » « tav » (la lettre t en hébreu), ou « marque, » comme dans Ezéchiel 9:4 et 6. Quand Ezéchiel reçoit la vision de la destruction des impies, il entend le Seigneur ordonner à un homme vêtu de lin d’inscrire une marque sur le front des justes. Cet homme portait une écritoire à la ceinture. Dieu lui ordonne d’inscrire une marque sur le front de ceux que Dieu voulait épargner et protéger par Sa grâce. Le « tav » apparaît aussi comme « signature apposée sur un document. »

L’équivalent du « t » (tav) hébreu, dans l’alphabet phénicien et sur les monnaies des Macchabées, a la forme d’un T majuscule, qui est en réalité le signe de la Croix. Dans les synodes orientaux, le T était employé comme signature par les évêques qui ne savaient pas lire. Cette Croix (T) était marquée au fer rouge par leurs propriétaires sur le cou ou la cuisse de leurs chevaux et de leurs chameaux. Il se peut que ce T ait été la marque apposée sur le front des justes dans la vision d’Ezéchiel.

Voici le passage complet d’Ezéchiel 9:3-7 : « La gloire du Dieu d’Israël s’éleva du chérubin sur lequel elle était, et se dirigea vers le seuil de la maison ; et il appela l’homme vêtu de lin, et portant une écritoire à la ceinture. L’Eternel lui dit : Passe au milieu de la ville, au milieu de Jérusalem, et fais une marque sur le front des hommes qui soupirent et qui gémissent à cause de toutes les abominations qui s’y commettent. Et, à mes oreilles, il dit aux autres : Passez après lui dans la ville, et frappez ; que votre œil soit sans pitié, et n’ayez point de miséricorde ! Tuez, détruisez les vieillards, les jeunes hommes, les vierges, les enfants et les femmes ; mais n’approchez pas de quiconque aura sur lui la marque ; et commencez par mon sanctuaire ! Ils commencèrent par les anciens qui étaient devant la maison. Il leur dit : Souillez la maison, et remplissez de morts les parvis !… Sortez !… Ils sortirent, et ils frappèrent dans la ville. »

Nous voyons dans ce passage que la marque est apposée par l’homme qui avait une écritoire à la ceinture.

Il se peut que Jean ait reçu une révélation inspirée de l’usage des Tephillim (phylactères) par les Juifs. Les Juifs portent à certaines occasions des phylactères sur leur front et sur leur main.

Cette « marque de la bête » sera nécessaire pour tous les actes de la vie sociale et commerciale. Sur la main droite, elle sera parfaitement visible ou accessible, comme sur le front.

Il est écrit dans Deutéronome 6:5-9 : « Tu aimeras l’Eternel, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. Et ces commandements, que je te donne aujourd’hui, seront dans ton cœur. Tu les inculqueras à tes enfants, et tu en parleras quand tu seras dans ta maison, quand tu iras en voyage, quand tu te coucheras et quand tu te lèveras. Tu les lieras comme un signe sur tes mains, et ils seront comme des fronteaux entre tes yeux. Tu les écriras sur les poteaux de ta maison et sur tes portes. »

Ceci nous explique pourquoi les Juifs utilisent les phylactères. Ce sont des petites boîtes contenant des passages de l’Ecriture, qu’ils lient sur leur front et sur leur main. Tout le monde peut ainsi voir, et eux-mêmes n’oublient jamais, qu’ils se trouvent sous l’autorité de Dieu. Ils attestent ainsi qu’ils obéissent à la Parole de Dieu et qu’ils la gardent toujours avec eux. De même, aujourd’hui encore, les Juifs fixent à l’extérieur de leur maison, près de la porte, des petites boîtes contenant une portion de l’Ecriture. Ces petites boîtes s’appellent des mezuzah. Les Juifs s’embrassent la main et touchent la mezuzah en entrant et en sortant de la maison.

Au lieu d’avoir la Parole de Dieu écrite sur la main ou sur le front, les gens porteront à cet endroit le nom de la bête, ou sa valeur numérique. Il s’agit clairement d’un défi lancé contre la Parole de Dieu. Il est intéressant de noter que la Bible dit que les gens pourront acheter et vendre dès qu’ils auront la marque de la bête. La marque n’est pas encore appliquée dans notre système actuel, parce qu’il doit d’abord y avoir une interdiction, une prohibition. La marque elle-même sera un signe d’allégeance, un acte d’adoration de l’Antichrist, qui sera le faux Messie. On ne peut négliger de remarquer la similitude avec le fait de porter des phylactères dans l’Ancien Testament, ou avec l’écritoire de la vision d’Ezéchiel. La marque permettra de constater que celui qui la porte aura accepté de se placer sous l’autorité de l’Antichrist, et qu’il aura embrassé sa cause.

Nous savons que les anciens Egyptiens se marquaient déjà le corps avec des tatouages. Ils se faisaient aussi des incisions sur la peau, ce qui est un rite païen. La Torah interdit de telles pratiques. Le Seigneur l’a commandé à Moïse dans Sa Loi : « Vous ne couperez point en rond les coins de votre chevelure, et tu ne raseras point les coins de ta barbe. Vous ne ferez point d’incisions dans votre chair pour un mort, et vous n’imprimerez point de figures sur vous. Je suis l’Eternel » (Lévitique 19:27-28). « Vous êtes les enfants de l’Eternel, votre Dieu. Vous ne vous ferez point d’incisions et vous ne vous ferez point de place chauve entre les yeux pour un mort » (Deut. 14:1). Quand le prophète Elie a jeté un défi aux faux prophètes de Baal, ceux-ci ont pratiqué des incisions sur leur corps pour invoquer leurs faux dieux.

La Bible nous interdit donc de pratiquer des incisions rituelles sur notre corps et de se tatouer. La pratique actuelle des tatouages (certains se tatouent même sur tout le corps) prépare donc l’humanité à accepter la marque de la bête. Les gens ne considèrent plus comme étrange le fait d’accepter une marque sur leur corps. Regardez comme il est devenu courant aujourd’hui de se percer la peau, dans différentes parties du corps, pour se mettre des anneaux ou des bijoux !

Aujourd’hui, les gens acceptent de se mettre toutes sortes de tatouages. Cela devient même une mode. Certains tatouages sont vraiment hideux. J’ai vu des gens se mettre des tatouages sur les mains et même au milieu du front. Nous avons l’habitude de porter des chapeaux ou des t-shirts portant le nom de nos équipes sportives favorites. Nous mettons même toutes sortes d’emblèmes sur nos voitures. Les Chrétiens aussi portent des croix ou des t-shirts pour montrer à qui ils appartiennent. Le port d’une marque est bien accepté dans notre culture. Il ne sera donc pas difficile de passer à l’étape suivante, pour accepter une sorte de marque informatisée ou même de tatouage, comme signe d’allégeance au futur chef du Nouvel Ordre Mondial, le représentant du diable sur la terre.

Cette marque sera quelque chose de visible. Elle sera appliquée à l’extérieur et non à l’intérieur du corps. Une fois qu’elle sera acceptée, il n’y aura plus aucun moyen de revenir en arrière. Ce sera quelque chose de tellement évident qu’il faudra littéralement fouler aux pieds le commandement de Jésus pour recevoir la marque. « Le premier (ange) alla, et il versa sa coupe sur la terre. Et un ulcère malin et douloureux frappa les hommes qui avaient la marque de la bête et qui adoraient son image » (Apocalypse 16:2). Les hommes qui auront accepté la marque seront donc littéralement torturés pour l’avoir fait. On ne peut donc pas affirmer que cette marque a déjà été appliquée aujourd’hui.

En 1983, 6.000 Suédois ont participé à une expérience. Ils ont accepté de se laisser appliquer sur le dos de leur main une marque invisible appliquée au laser. Avec les moyens modernes, les ordinateurs et les scanners, c’est quelque chose de facile à réaliser. Les paiements par cartes bancaires sont déjà très communs aux points de vente. Il sera finalement bien plus facile de passer votre main devant un lecteur électronique.

Il se peut que la marque soit un code barre imprimé sur le front, comme l’a déjà montré une photo publiée par le magazine Time. Bien qu’il soit possible d’implanter ou de tatouer des nombres sur notre peau, le nombre qui sera marqué sur la main ou sur le front ne sera pas votre nombre personnel, mais celui de l’Antichrist.

En ce qui concerne la marque sur le front, il est très intéressant de remarquer le rapport existant avec le « troisième œil » de l’illumination spirituelle, dans le mouvement du Nouvel Age. Dans son livre sur la conspiration du Verseau (« The Aquarian Conspiracy – Personal and Social Transformation in the 1980’s »), Marilyn Ferguson a fait entrelacer le 666 sur la couverture. Certains adeptes du Nouvel Age invoquent le 666 au cours de leurs méditations.

La Bible déclare avec certitude que la marque de la bête finira bien par être appliquée un jour. Ce jour-là, le sort éternel de ceux qui recevront cette marque sera également scellé ! Le fait de prendre cette marque prouvera que vous n’appartenez pas au royaume de Dieu, et que vous n’êtes pas inscrit dans le livre de vie de l’Agneau. Ceux qui recevront la marque devront passer par des tourments éternels, en rançon de ce simple acte de désobéissance. C’est l’Ecriture qui l’affirme ! La génération des temps de la fin sera bien plus éprouvée qu’aucune autre génération précédente.

Voici quelle sera leur fin : « Et la bête fut prise, et avec elle le faux prophète, qui avait fait devant elle les prodiges par lesquels il avait séduit ceux qui avaient pris la marque de la bête et adoré son image. Ils furent tous les deux jetés vivants dans l’étang ardent de feu et de soufre » (Apocalypse 19:20).

Ceux qui auront hérité du salut, ceux dont les noms sont inscrits dans le livre de vie de l’Agneau, seront pour toujours avec Jésus. Ils auront toute l’éternité pour voir toutes les merveilles que Dieu tient en réserve pour eux. Il est temps maintenant de prendre une décision pour Christ ! Voulez-vous attendre de vous trouver dans le temps de la Tribulation, et d’être obligé de passer par l’épreuve d’avoir à choisir ou à refuser la marque de la bête ? En la refusant, il vous en coûtera votre vie physique. (NdE : En l’acceptant, il vous en coûtera votre vie éternelle !).

L’une des chansons des Rolling Stones dit : »Le temps travaille pour moi ! » Avez-vous vu récemment à quoi ils ressemblent à présent ? Le temps ne travaille pas pour eux ! La Bible dit que c’est aujourd’hui le jour du salut. Le diable veut toujours nous faire remettre une décision à demain. Le temps ne travaille pas pour nous. Mais il s’écoule rapidement et inexorablement vers l’inéluctable issue future.

Il est écrit dans Jérémie 12:5 : « Si tu cours avec des piétons et qu’ils te fatiguent, comment pourras-tu lutter avec des chevaux ? Et si tu ne te crois en sûreté que dans une contrée paisible, que feras-tu sur les rives orgueilleuses du Jourdain ? »

Si vous ne comprenez pas que vous avez besoin d’être sauvé du péché et de vous décideraujourd’hui de suivre Christ, comment pourrez-vous prendre cette décision, lorsque le monde entier ira dans une direction opposée ? Si vous devez traverser la Tribulation, vous devrez le payer de votre vie.

Aujourd’hui est le jour du salut !

Source : latrompette.net

Publicités