La France oublie l’exécution de Philippe Remond Gabriel Hervé

NOTRE VOIE – Dimanche 10 Juillet 2011 – 16:19



Le Président français a salué l’arrestation des présumés tueurs de Yves Lambelin, Pca du groupe Sifca. Ceux-ci sont présentés comme des soldats proches du président Gbagbo. L’assassinat de cet opérateur économique français a été condamné par tous. La semaine dernière, son corps a été rapatrié dans son pays d’origine où il a eu droit à tous les honneurs posthumes. 

A Yamoussoukro, l’on s’étonne que Nicolas Sarkozy ne soit pas intéressé par la mort de Philippe Rémond Gabriel Hervé. Un autre ressortissant français établi en Côte d’Ivoire, il ya une quinzaine d’années. Professeur de sciences industrielles à l’Institut National Polytechnique Félix Houphouët Boigny (INP-HB), il a été tué, en mars dernier, par les FRCI, lorsque la ville est tombée entre leurs mains.

Son tort, c’est qu’il était un farouche supporteur de Gbagbo. Il est même passé à l’émission Raison d’Etat de la RTI, pour dénoncer la recolonisation de la Côte d’Ivoire. 
C’est curieux que, jusqu’à ce jour, personne ne sache ce que devient le corps de Philippe. Le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Me Ahoussou Kouadio Jeannot, très actif dans l’affaire Yves Lambelin, reste muet sur ce dossier. Aucune arrestation, ni d’interpellation. Les tueurs du Français Philippe jouissent d’une immunité totale. Sans que cela n’interpelle l’Elysée. 
Vous avez dit justice ? Eh bien, avec Sarkozy et son copain Ouattara, c’est deux poids, deux mesures en Côte d’Ivoire.

Ouattara Abdul-Mohame
Publicités