Du village des vivants au village des morts: un rituels des femmes Gouros en Côte d’Ivoire

Lorsque le soleil se couche sur la savane, la nuit de Knè commence. A Safouafla, en plein coeur de la Côte d’Ivoire, les femmes Gouro chantent et dansent toute la nuit, au rythme des calebasses. Au petit matin, leur masque – le masque Kné – sort et fait fuir les hommes. En effet, ils courent de grands dangers s’ils le croisent.

Les Gouro sont un peuple d’agriculteurs et d’artisans. Parallèlement à l’organisation sociale des hommes, les femmes possèdent une société secrète, le Knè, qui rythme leur vie religieuse, de l’initiation des filles à la mort. La famille maternelle de Gouezou, une agricultrice très considérée, dirige la société. Son importance s’exprime surtout à l’occasion de la mort d’un de ses membres ou lors de funérailles.

La vie quotidienne des femmes Gouro, la mort, le deuil, les grandes funérailles qui sont, elles, célébrées dans la joie forment la substance de ce film. Il est difficile et rare de pouvoir entrer dans l’intimité de la vie des femmes comme celles de la société des Gouro et d’en saisir les secrets.

Pour en comprendre toutes les subtilités, il faut un médiateur privilégié. C’est le cas d’Ariane Deluz, ethnologue, chargée de recherche au laboratoire d’anthropologie du CNRS à Paris et Vaudoise de naissance. Son étude sur l’organisation sociale des Gouro a commencé en 1958.

Émission:Dimanche soir 
Durée:61’07 » 
Date:14.02.1984
Réalisateur:Pierre Barde et Liliane Annen
© 2008 Archives TSR


Publicités