Sidiki Konaté à Divo : “Nous sommes les champions des coups d’Etat”

A la une
Sidiki Konaté à Divo : “Nous sommes les champions des coups d’Etat”
« Nous entendons qu’ils veulent faire un coup d’Etat. Ils ne peuvent pas. On ne peut pas apprendre à un vieux singe à faire des grimaces, car, quand on parle de coup d’Etat, c’est nous. Nous sommes les champions des coups d’Etat ». C’est en ces termes que Sidiki Konaté, ministre du tourisme et de l’artisanat s’est exprimé le dimanche 3 juillet dernier à la mairie de Divo. Il faisait allusion aux militants du FPI et autres proches de Laurent Gbagbo qu’il soupçonne de menacer le régime Ouattara. 
Sidiki Konaté était dans la cité du Djiboua pour présider une cérémonie de réconciliation. Une cérémonie boudée par les autochtones. Ce qui n’a pas empêché le membre du gouvernement Ouattara d’encourager en des termes à peine voilés, les Frci à continuer de commettre les crimes et autres exactions contre les populations locales, surtout les chefs de villages et les militants du Fpi, parti de Laurent Gbagbo. Sous prétexte que ces derniers détiendraient des armes. 
Le ministre Sidiki Konat visiblement en verve a instruit en le préfet Joseph Kpan Droh de veiller lui-même à la réussite de cette opération de perquisition dans la région. « Contrairement à Bédié, Gbagbo est venu au pouvoir et a transformé tous les chefs de villages de la région en des chefs de guerre. Gbagbo donné des armes partout. D’ailleurs, la Crs 3 a été installée ici à Divo par Gbagbo pour tuer les populations Dioula. On sait ce qui s’est passé ici. La Crs ne peut donc pas aller de la région sans vous laisser des armes. Il faut que vous les déposiez au près du préfet ou des Frci. Car, ici à Divo, on n’a pas encore récupéré des armes alors que vous en avez très nombreux. Nous le savons. Il faut les déposer maintenant », a-t-il menacé. Il s’est étonné de ce que les militants proches de Gbagbo à Divo se plaignent du comportement dans la région des Frci. Pour l’orateur, les populations locales et en particulier les militants du Fpi devraient s’attendre avec l’avènement de Ouattara au pouvoir au retour du bâton. Eux qui, selon Sidiki Konaté, auraient malmené de nombreux nordistes à qui ils auraient arraché terres et autres biens pour leur appartenance religieuse, ethnique et politique durant les dix ans que Gbagbo a passé à la tête de la Côte d’Ivoire. 
Face à l’échec de la cérémonie dite de réconciliation, boudée par les populations autochtones, Sidiki Konaté a lancé que le Rhdp n’oblige personne à aller à la réconciliation.  » Nous aussi avons trop souffert quand nous étions à l’hôtel du Golf. Nous n’avions pas de nourriture. Dans tous les cas, retenez que Alassane Ouattara demeure le Président de la Côte d’Ivoire », a t-il laissé entendre. 
Ibo Cheick Oumar
Source :  notrevoie
Publicités