RTI VERITES

Le reporter MAMBO ABBE de la RTI , écrit une lettre à ses collègues des Médias d’Etat Ivoiriens en guise de soutien moral, au moment où nombre d’entre eux sont dans le collimateur des nouvelles autorités Ivoiriennes.

Chères Confrères de la RTI, de Fraternité Matin, de l’AiP et tous les journalistes qui ont servi l’Etat de Côte d’Ivoire.

Devant la diabolisation qui est orchestrée par la nouvelle classe dirigeante à notre sujet, je voudrais partager avec vous quelques phrases.

Je voudrais d’abord exprimer mon soutien à Germain de Guézé et à Serges Boguhet de la RTI qui sont encore en détention; que Dieu les fortifient dans cette épreuve. N’oublions jamais de prier pour eux.

J’exprime également mon soutien à tous ceux qui comme moi, ont vu leurs comptes gelés en guise de représailles alors qu’ils ont des familles, des enfants à bas âge à scolariser, à nourrir et à soigner pour certains.


Je voudrais maintenant protester contre le muselement de certains jourmalistes, et constater par la même occasion l’entorse faite à la liberté d’expression dans mon pays la Côte d’Ivoire et en déduire que le Régime du Président installé militairement par les Autorités Françaises actuelles, M. Alassane Ouattara est un Régime Totalitaire.

Chères collègues, devant toutes les persécutions et autres mauvais traitement dont nous sommes victimes, sachons rester dignes.

Ces actes que je mets sur le compte de l’Infantilisme d’Etat, sont organisés pour justifier la calamité dans laquelle a été mise la Côte d’Ivoire pour satifaire les intérêts d’Etat des uns et les ambitions personnelles des autres.

Depuis 1999 le Médias d’Etat ont joué leur rôle; nous avons fait de notre mieux, au prix de grands sacrifices quelques fois, mais jamais, nous n’avons démissionné.

En effet les Médias que nous sommes en général, avons comme “matière première” l’information. Nous décrivons l’histoire de notre pays qui est écrite par les hommes politiques. Mais particulièrement nous Médias d’Etat, travaillons pour le gouvernement dont nous sommes la propriété.

Qu’il s’agisse des coups d’Etat et des rebellions, nous n’en avons jamais créés. Notre rôle est de les décrire. Ainsi, en Fevrier 1992 sur nos antennes et dans nos colonnes, Laurent Gbagbo “le casseur” a été mis aux arrêts par l’Etat Ivoirien, le Premier Ministre de cette époque, Alassane Ouattara avait organisé une grande conférence de presse largemment relayée à l’époque par nos soins.
En 1999 les mêmes Médias d’Etat ivoiriens s’étaient faits l’Echo du mandat d’arrêt international lancé contre M. Ouattara, ex Premier Ministre, pour fraude sur la nationalité.

Les Médias d’Etat ont joué un grand rôle pour asseoir l’accord politique de Ouagadougou. La caravanne de la paix de Charles Blé Goudé qui a préparé l’arrivée de Guillaume Soro à la Primature et l’accord politique de Ouagadougou ont été largement rélayés par ces mêmes médias d’Etat.

J’ai personnellement effectué de nombreuses missions dans ce cadre, notamment au nord du pays une zone sécuritairement dangereuse. Nous avons donc pris beaucoup de risques et je précise en guise d’exemple qu’ au retour d’une de ces missions mon équipe a été la cible de coupeurs de route.

Pour asseoir l’accord politique de Ouagadougou, j’ai participé à la couverture des combats entre les hommes de Koné Zacharia, rentrés en Dissidence et les combattants de Wattao, avec tous les risques que cela comportait.

Pendant ce temps, les journalistes qui se font passer pour les grands “Ouattaratistes” actuellement, dormaient tranquilement chez eux.

Je prends tous ces exemples pour vous dire de ne point vous sentir coupables à cause des pressions exercées à votre endroit.

N’est-ce pas vous qui avez entièrement couvert la campagne électorale et donné des temps d’expression équitables à chaque candidat.

En suivant leur raisonnement, cela signifierait-t-il que Brou Aka Pascal actuel DG de la RTI a donc été corrompu pour faire la part belle à M.Ouattara lors du face à face GBAGBO-OUATTARA?

Pouvons nous en déduire par conséquent que notre chef d’Etat et son DG de la RTI doivent être soupçonnés de corruption puisque cela semble être une recompense?

Il en est de même pour Beugré Mambé nommé aux premières heures de l’ère Ouattara, Gouverneur d’Abidjan; anciennement Président de la CEI, il avait été épinglé pour fraude massive. Que doit on déduire de sa nommination?

Pour toutes ces analyses, je pense que nous ne devrions pas nous laisser opprimer par les agissement de la nouvelle classe dirigeante sous traitante du régime sarkozy.

Nous avons pleinement joué le rôle qui nous était dévolu.

Ce n’est pas nous qui avons financé les coups d’Etat et la rebellion, comme nous avons pas organisé la flamme de la paix non plus.

Nous décrivons l’actualité, l’ensemble des évennements qui se produisent dans notre environnement.

Même si nous ne pouvons pas exprimer ouvertement notre fièrté pour avoir fait ce que nous devions, faisons le interieurement. Parce qu’au délà de la condition materielle, le bien être est d’abord mental. La force de l’esprit sur la chaire. Comme le prescrivent tous les livres saints.

Il ne doit pas s’agir pour nous de regretter d’avoir fait notre travail.

Qui a détruit la RTI?

Ce sont les rebelles qui ont détruit tous les relais; ce sont les mêmes qui ont pris de force la Télévision de Bouaké pour en faire une télévision pirate de propagande “TV NOTRE PATRIE”. Ils ont également pilonné notre centre emetteur d’Abobo tuant des innocents, l’ONUCI-FM a piraté les ondes de la RTI, les Hélicos Franco-Onusiens ont finalement piloné la maison de la télévision à Cocody.

TCI, est une télévision pirate de propagande sans statut juridique, à laquelle l’on tente d’attribuer un rôle épique.

Je ne pense donc pas que sur les questions de déontologie, d’éthique et de morale professionnelle nous ayons des leçons à recevoir du groupement politique délégué Sarkozy-Ouattara-Soro.

Je ne voudrais même pas parler des médias “pro Sarkozy” qui se font passer pour des chantres du professionnalisme et de la vérité immuable, alors qu’elle reçoivent des dictées du quai d’orsay, elles ont certes une puissance technologique proportionelle aux économies qu’elles servent, mais elles ne sont pas libres de leurs opinions, vous l’avez vous même constaté.

Je voudrais profiter pour faire un commentaire bref sur le magazine “jeune Afrique”.

Je trouve le rôle de cet hebdomadaire, nocif et négationniste pour l’Afrique. Peut-être que ses journalistes sont ils victimes de l’influence de leur dénomination “jeune Afrique”. Mais je voudrais leur rappeler que pour bon nombre d’ Africains, l’Afrique tend vers sa maturité.

Epargnez vos vies et continuez de travailler pour notre nation. Un jour, il fera jour.

MAMBO-ABBE
Publicités