Economie ivoirienne, le Président Gbagbo a tout vérrouillé.

par Marc Cadji, vendredi 1 juillet 2011, 17:24

Il faut tirer un chapeau au président Gbagbo et à toute son équipe.
Contrairement à ce que faisaient croire Alassane Ouattara, ses alliés politiques et tous ses soutiens extérieurs, le président Gbagba et son gouvernement ont géré de manière scientifique l’économie de ce pays et tous les contrats signés avec les bailleurs de fonds.

La France qui croyait qu’en renversant le régime légitimement élu et installé un homme à ses ordres, elle pourrait facilement s’accaparer tous les contrats juteux de la Côte d’Ivoire, commence à se rendre à l’évidence que son plan est loin d’être une réussite. La preuve:

Pour remercier son tuteur qui l’a installé de force au pouvoir, Alassane Ouattara a envoyé ses agents sur le terrain pour jeter un regard sur tous les contrats signés par le Président Laurent Gbagbo avec les Russes , les Canadiens , les Chinois , les Australiens et aussi certains pays africains dans tous les domaines surtout dans les secteurs miniers .

Ils sont donc allés chercher des failles dans ces différents contrats pour les annuler et les octroyer à la France .  » Ils sont venus dans une ville de la Côte D’Ivoire où j’étais en mission pour le compte de l’entreprise dans laquelle je travaille, qui est en partenariat avec NEWCREST MINING (qui est la première entreprise aurifère d’Australie) », nous rapporte notre source, un opérateur économique de la place.

« Les installations de NEWCREST dans ladite ville produisent 120 000 onces d’or par an . Malheureusement pour eux ils sont tombés sur des contrats très bien ficelés et signés qui respectent toutes les normes internationales . Ils sont donc retournés sans trouver de failles et ont même dit que ça été le cas dans la plupart des contrats. Ils ont reconnu que le Président Laurent Gbagbo est trop fort (…) Il a tout verrouillé », poursuit-il .

Les contrats qui restent donc à la France sont le port ( BOLLORE ) , l’eau et le courant ( BOUYGUES ) , le troisième pont etc …

on comprend alors le dés-amour qui estentrain de naître entreOuattara et son principal soutien extérieur, qui est la France. Même si celle-ce, trop engagée dans cette crise ivoirienne n’ose pas le dire publiquement au risque de se ridiculiser.Le président Gbagbo, comme aime à dire ses adversaires, reste et demeure un génie politique.

gbagbo sarko_0

 

Publicités