EDUCATION NATIONALE: LE CAMP OUATTARA ÉTALE SES INCOMPÉTENCES. LA PREUVE

La ministre de l’éducation nationale de Ouattara , kandia Camara a annoncé lors d’une rencontre avec tous les acteurs clefs du système éducatif national, le retour de l’obligation du port de l’uniforme dans les différentes écoles publiques du pays.
La libéralisation de la tenue scolaire que le président Gbagbo avait autorisée pour réduire les charges des parents est entrain d’être remise en cause par le camp Ouattara.

Le parent d’élèves en Côte d’ivoire, sera désormais tenu d’acheter des tenus scolaires pour chacun de ses enfants qu’il voudra mettre à l’école, en plus des fournitures scolaires. Alors que sous le régime du président Gbagbo, les parents étaient non seulement dispensés d’acheter la tenue scolaire, mais à cause de sa politique de gratuité de l’école, ceux-ci recevaient pour leurs progénitures, des livres gratuitement.
Avec Alassane Ouattara ça ne sera pus le cas, comme a annoncé sa ministre de l’éducation nationale en présence de la fédération nationale des établissements privés laïcs de cote d’ivoire (Feneplaci ) , du syndicat national des enseignants du second degré de cote d’ivoire (Synesci) et de l’union des syndicats d’enseignants du privé laïc de cote d’ivoire (Uselci) , le samedi 25juin 2011 .
Sur la question de la libéralisation de l’uniforme, il faut rappeler que s’est en septembre 2002 que la décision avait été prise. Ceci, dans le but de réduire les couts de scolarisation, afin d’alléger les charges financières des parents d’élève et aussi de favoriser l’accès à l’éducation à tous les enfants des couches défavorisées.
En revenant au point de départ, la ministre de Ouattara achève de convaincre que l’égalité des chances promises par son mentor n’est qu’un leurre. C’est le nord de la Côte d’ivoire qui va plus souffrir de cette nouvelle politique, quand on sait le faible taux de scolarisation dans cette région qui lui est pourtant favorable.
Ce n’est pas tout, la ministre de Ouattara qui n’a qu’un bac+2 et qui ne fait qu’étaler son ignorance, vient aussi de prendre une décision illégale en interdisant l’activité syndicale dans les écoles.
En le faisant, elle prend le contre-pied de la loi n° 2000-513 du 1 Aout 2000 portant constitution de la cote d’ivoire , en ses articles 9 et 18 ainsi respectivement libellés : « La liberté de conscience , opinion religieuse ou philosophique sont garanties à tous, sous la réserve du respect de la loi des droits d’autrui de la sécurité nationale et de l’ordre public » et « le droit syndical et le droit de grève sont reconnus aux travailleurs des secteurs public et privé qui les exercent dans les limites déterminées par la loi » comment peut-on savoir qu’un syndicat n’exerce pas dans les limites de la loi si l’on ne le voit pas à l’œuvre ?
D’ailleurs, la ministre de Ouattara n’a même pas songé à associer tous les syndicats du secteur Education /Formation à sa réunion de samedi dernier, pour leur donner les informations ou s’il y a lieu, partager avec eux, sa vision de l’Education nationale. En choisissant des syndicats qui seront des pantins, qu’elle pourrait facilement actionner ou manipuler à souhait ,en cas de besoin , elle risque de s’attirer la foudre de plusieurs autres qui ne rateraient pas l’occasion de lui rendre un exercice des plus mouvementés.

Par thruthway
Publicités