Mise à jour le Lundi, 27 Juin 2011 17:14 Ecrit par Narcisse Angan Lundi, 27 Juin 2011 20:00

Une cérémonie qui s’inscrit dans le cadre du « transfert de l’autorité à qui de droit. » C’est ainsi que le général de division Soumaïla Bakayoko a décrit la cérémonie de retrait des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci) des commissariats qui a eu pour épicentre le commissariat 1er arrondissement au Plateau, samedi dernier.
Ce retrait des Frci n’est, toutefois pas un abandon vis-à-vis des obligations de sécurité, a-t-il souligné.

Le général Bakayoko a ainsi indiqué que les Frci pourront appuyer les policiers chaque que besoin sera, sur sollicitation du directeur général de la police nationale, le contrôleur général Bredou M’Bia. Celui-ci a demandé séante tenante que soit organisées des patrouilles quotidiennes de l’armée au Plateau. «Cette commune est le centre des affaires et donc la vitrine du pays. Par conséquent, elle demande une grande protection, en vue de toujours barrer la route à d’éventuels indélicats», a-t-il expliqué.

Il a par ailleurs assuré qu’il oeuvrera à améliorer les relations entre la police et les populations.

82 éléments dont 62 au 1e arrondissement et 20 au poste de police de la Carena, placés sous le commandement du commissaire Touré Mabouga épouse Atchet, ont repris officiellement service avec cette cérémonie.

On notait parmi les hautes autorités militaires, la présence du chef d’état major des armées, le général de corps d’armée Philippe Mangou et des officiers de la mission onusienne basée en Côte d’Ivoire.

Narcisse Angan

Source: fratmat.info
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.