Publicités
Mangou "Putsché" au camp Gallieni

Mangou "Putsché" au camp Gallieni

300px-Mangou
Le 4×4 du chef d’état-major des armées est toujours garé au camp Gallieni, dans le quartier du Plateau. Seulement voilà : sur le pare-chocs, à la place des trois étoiles du général de division, il n’y en a désormais que deux, celles d’un général de brigade.
C’est un fait : le général de division Philippe Mangou a été renversé, sans autre forme de procès, par le général de brigade Soumaïla Bakayoko, chef d’état-major des ex-FAFN. Au lendemain de la chute de Gbagbo, Bakayoko a transféré ses bureaux de Bouaké à Abidjan. Il aurait pu choisir n’importe quel camp militaire d’Abidjan. Son choix s’est porté sur le camp Gallieni. Et dans ce vaste camp d’une dizaine de bâtiments, il aurait pu, à l’instar de Chérif Ousmane, l’ex-comzone de Bouaké, choisir n’importe quel bureau, mais il a préféré celui de Philippe Mangou. Ce dernier est donc un chef d’état-major sans bureau, assis sur un fauteuil très éjectable et, du reste, déjà occupé. Le message est clair : les FAFN ont gagné la guerre. Et les vainqueurs entendent bien le faire comprendre aux vaincus.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :