Crises en Côte d’Ivoire/ Les conseils de cheikh Boikary Fofana

Crises en Côte d’Ivoire/ Les conseils de cheikh Boikary Fofana

Publié le samedi 18 juin 2011 | Nord-Sud
© Abidjan.net par Nathan Koné 


Investiture du Président de la République: Yamoussoukro a vécu des moments inoubliables
Samedi 21 mai 2011. Yamoussoukro. Le monde entier, représenté par plus d`une vingtaine de chefs d`état, s`est donné rendez-vous en Côte d`Ivoire pour célébrer la victoire de la démocratie et le sacre du Président Alassane Ouattara. Photo: l`arrivée du chef de la communauté musulmane de Côte d`Ivoire, Cheick Boikary Fofana

Alors que certains continuent de fêter la victoire de leur camp et, que d’autres pleurent toujours la chute de leur leader, le cheikh Boikary Fofana dit « plus jamais ça en Côte d’Ivoire ». Aussi, invité, samedi dernier, à prononcer une conférence sur la réconciliation, a-t-il donné des conseils pour éviter pareille crise à l’avenir. C’était à la zaouia Sonta à l’occasion d’une cérémonie de reconnaissance à Dieu pour la sortie de crise et de prière pour les défunts organisée par la communauté tidjanite du khalife Moustapha Sonta. La reconnaissance à Dieu est, selon le président du Conseil supérieur des imams (Cosim), le premier secret pour éviter pareille crise à l’avenir. Lorsqu’on reconnaît la grâce divine, alors Dieu l’accroît, a-t-il enseigné. C’est pourquoi, il a regretté qu’au lieu de cela, certains préfèrent festoyer. « Si nous nous réjouissons que feront ceux qui ont perdu leurs parents dans cette crise ? », a-t-il interrogé. Autre conseil, la réconciliation avec Dieu et avec les hommes. Et, selon lui, les hommes religieux doivent être les premiers à se réconcilier avec le Créateur. « Certains hommes religieux ont joué un rôle mauvais et très critiquable lors de cette crise », a-t-il analysé. L’imam principal de la mosquée d’Aghien a soutenu que si les fils du pays étaient tous traités de la même façon, le pays aurait pu éviter pareille situation. Il a exhorté à la vérité et à la justice pour que la réconciliation soit réelle. Dans ce sens, il a souhaité qu’il soit dit à la communauté musulmane ce que ses bourreaux lui reprochaient. « Pour qu’on en arrive à une telle haine au point de brûler des gens vivants, c’est qu’on nous reproche de graves choses », a-t-il fait remarquer. Le khalife Moustapha Sonta et d’autres imams ont fait des bénédictions pour le repos des âmes des défunts. Et, ils ont dit merci à Dieu pour avoir évité le pire à la Côte d’Ivoire. Fait remarquable, la cérémonie s’est déroulée avec un respect du timing, inhabituel chez la communauté musulmane. Le khalife a fini ses bénédictions à 17h 04 alors que la fin de la cérémonie était prévue pour 17h 00.

Bamba K. Inza


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils