L’archevêque d’Abidjan, Jean Pierre Kutwa, demande aux jeunes d’être à nouveau des ambassadeurs de la paix et d’éviter d’être des syndicalistes fermés au dialogue et au compromis. Il a fait la recommandation, le lundi de Pentecôte, lors de la traditionnelle rencontre avec les jeunes de l’archidiocèse de la capitale économique ivoirienne. C’était lors de la messe qui s’est déroulée à la paroisse Notre Dame de l’Incarnation, à la Riviera Palmeraie. Il estime que les Ivoiriens n’ont pas le courage d’emprunter le chemin de la paix.

« Soyez vigilants. Ne vous laissez pas emporter par l’engagement politique. Qu’avez-vous fait de votre baptême durant la crise ? Combien parmi vous ont dit avec courage non à la violence, à la tuerie, etc. ? », s’est-il interrogé. Mgr Jean Pierre Kutwa a révélé que la paix échappe aux Ivoiriens, dans le cadre de la crise qui secoue la Côte d’Ivoire, depuis 9 ans, parce qu’ils n’ont pas le courage d’emprunter le chemin de la paix. Pour parvenir à la paix, il recommande aux Ivoiriens en général et aux jeunes en particulier de cultiver l’amour. « L’amour permet de resserrer les liens et rassemble dans une profonde unité. L’amour et la paix vont de paire. La victoire sur notre égoïsme propre, notre amour propre va nous conduire à la paix. C’est en cela qu’il faut accepter les sacrifices », a-t-il conseillé.


L’usage de la répression, l’ordre inspiré par la peur, selon l’archevêque d’Abidjan, ne peuvent en aucun cas être sources de paix dans le pays. Il a déploré que sous le règne du président Laurent Gbagbo, un évènement venait toujours compromettre la paix à chaque fois que les Ivoiriens étaient proches de cet objectif. »Le Christ n’a pas désespéré de notre humanité. De même, je n’ai pas désespéré de vous », a-t-il dit. Et de poursuivre: « Je vous reconduis dans votre mission d’ambassadeur de la paix ». C’est cette mission qu’il avait assignée aux jeunes, lors de la première rencontre en 2010, à la paroisse Saint François Xavier d’Abobo. »Je comptais sur votre jeunesse, dynamisme et générosité dans l’effort et votre foi », a-t-il rappelé.


Mgr Jean Pierre Kutwa a expliqué aux jeunes que c’est par le sérieux dans leur vie qu’ils seront respectés. Et que les Ivoiriens ne doivent pas attendre l’extérieur pour leur développement. « Allons nous continuer d’attendre le Bon Samaritain pour construire la Côte d’Ivoire? N’avons-nous pas de compétences nécessaires au pays? Vous constituez une force mais la discipline doit être la clé de voûte de votre réussite (…) « , a-t-il conseillé. Les jeunes, selon l’archevêque d’Abidjan, doivent refuser les actions qui ne construisent pas. « Cultivez le goût de l’effort », a-t-il ajouté.



Il dit attendre des propositions des jeunes, pour la mi-juillet, en vue de la campagne évangélique prochaine. La devise des jeunes, a-t-il annoncé, est « Tous pour chacun, chacun pour tous et ensemble pour Dieu »
Le prélat n’a pas manqué d’avoir une pensée pieuse pour ceux qui ont tout perdu dans la crise ivoirienne. Ainsi que ceux qui ont perdu la vie alors que la Côte d’Ivoire comptait sur eux pour l’avenir.



Gomon Edmond

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.



L’archevêque d’Abidjan, Jean Pierre Kutwa, demande aux jeunes d’être à nouveau des ambassadeurs de la paix et d’éviter d’être des syndicalistes fermés au dialogue et au compromis. Il a fait la recommandation, le lundi de Pentecôte, lors de la traditionnelle rencontre avec les jeunes de l’archidiocèse de la capitale économique ivoirienne. C’était lors de la messe qui s’est déroulée à la paroisse Notre Dame de l’Incarnation, à la Riviera Palmeraie. Il estime que les Ivoiriens n’ont pas le courage d’emprunter le chemin de la paix.

« Soyez vigilants. Ne vous laissez pas emporter par l’engagement politique. Qu’avez-vous fait de votre baptême durant la crise ? Combien parmi vous ont dit avec courage non à la violence, à la tuerie, etc. ? », s’est-il interrogé. Mgr Jean Pierre Kutwa a révélé que la paix échappe aux Ivoiriens, dans le cadre de la crise qui secoue la Côte d’Ivoire, depuis 9 ans, parce qu’ils n’ont pas le courage d’emprunter le chemin de la paix. Pour parvenir à la paix, il recommande aux Ivoiriens en général et aux jeunes en particulier de cultiver l’amour. « L’amour permet de resserrer les liens et rassemble dans une profonde unité. L’amour et la paix vont de paire. La victoire sur notre égoïsme propre, notre amour propre va nous conduire à la paix. C’est en cela qu’il faut accepter les sacrifices », a-t-il conseillé.


L’usage de la répression, l’ordre inspiré par la peur, selon l’archevêque d’Abidjan, ne peuvent en aucun cas être sources de paix dans le pays. Il a déploré que sous le règne du président Laurent Gbagbo, un évènement venait toujours compromettre la paix à chaque fois que les Ivoiriens étaient proches de cet objectif. »Le Christ n’a pas désespéré de notre humanité. De même, je n’ai pas désespéré de vous », a-t-il dit. Et de poursuivre: « Je vous reconduis dans votre mission d’ambassadeur de la paix ». C’est cette mission qu’il avait assignée aux jeunes, lors de la première rencontre en 2010, à la paroisse Saint François Xavier d’Abobo. »Je comptais sur votre jeunesse, dynamisme et générosité dans l’effort et votre foi », a-t-il rappelé.


Mgr Jean Pierre Kutwa a expliqué aux jeunes que c’est par le sérieux dans leur vie qu’ils seront respectés. Et que les Ivoiriens ne doivent pas attendre l’extérieur pour leur développement. « Allons nous continuer d’attendre le Bon Samaritain pour construire la Côte d’Ivoire? N’avons-nous pas de compétences nécessaires au pays? Vous constituez une force mais la discipline doit être la clé de voûte de votre réussite (…) « , a-t-il conseillé. Les jeunes, selon l’archevêque d’Abidjan, doivent refuser les actions qui ne construisent pas. « Cultivez le goût de l’effort », a-t-il ajouté.



Il dit attendre des propositions des jeunes, pour la mi-juillet, en vue de la campagne évangélique prochaine. La devise des jeunes, a-t-il annoncé, est « Tous pour chacun, chacun pour tous et ensemble pour Dieu »
Le prélat n’a pas manqué d’avoir une pensée pieuse pour ceux qui ont tout perdu dans la crise ivoirienne. Ainsi que ceux qui ont perdu la vie alors que la Côte d’Ivoire comptait sur eux pour l’avenir.



Gomon Edmond

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.