ABIDJAN – La liberté de presse reste précaire à Abidjan, malgré le « semblant » de pluralité observé ces derniers jours avec le retour des journaux d’opposition, a constaté vendredi un journaliste DirectScoop.

« Nous recevons chaque jour des menaces depuis que nous avons décidé de reparaître », a rapporté un journaliste sous le couvert de l’anonymat. « On veut faire croire qu’il y a la liberté de la presse, mais c’est faux », renchérit un autre. Plusieurs journalistes sont ainsi entrés en clandestinité, craignant pour leur vie.
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.