LOMÉ-ALERTE! DES ÉTUDIANTS MIS AUX ARRÊTS! LEURS CAMARADES SE RÉVOLTENT!

JEUDI 16 JUIN 2011
La crise reste ouverte à l’Ul (Université de Lomé). Chaque jour qui passe voit s’éloigner une perspective de résolution rapide du différend entre étudiants de l’unique Université publique de la capitale togolaise et les autorités universitaires.

Depuis ce matin les campus sont en ébullition, les étudiants sont sortis nombreux à l’appel de leur syndicat, malgré les arrestations qui ont eu lieu la veille et qui continuent actuellement. On vient de nous signaler à l’instant l’arrêstation des délégués et cela de manière aribitraire.


Le mercredi 15 juin 2011, l’Ag (Assemblée générale) que devait organiser les étudiants regroupés au sein du Meet (Mouvement pour l’épanouissement de l’étudiant togolais) a encore été dispersée à coups de gaz lacrymogène par des forces de l’ordre et a vu l’arrestation du patron de ce Mouvement.

Le 15 juin, les forces de l’ordre qui quadrillent depuis hier les mouvements d’humeur estudiantins ont visiblement voulu étêter les actions du Meet. De l’avis de plusieurs témoins, la répression de l’Ag de ce 15 juin 2011 a été un peu plus violente. Avec à la clé, l’arrestation du président du Meet, Adou Seïbou. « Il a été arrêté sous nos yeux par la gendarmerie et conduit vers une destination inconnue », a raconté le premier vice-président du Meet, M. Awoudi. Cette arrestation est intervenue un peu après 10h15mn, a rajouté la même source. « Nous étions en pleine Ag devant la direction de la Fdd (Faculté de droit), vu que l’amphi dans lequel devait se tenir notre regroupement a été bouclé », décrit M. Awoudi.

A ce sujet, M. Awoudi « a exigé la libération immédiate de son président. Si d’ici 18h, Adou n’est pas élargi, nous promettons d’autres mouvements contestataires. Nous appelons le peuple togolais tout entier à nous apporter son soutien dans ce mouvement contestataire ».

Aux dires de ce même responsable du Meet, 05 blessés sont à dénombrer à l’issue de cette nouvelle répression sur le campus de Lomé, après les tirs de gaz lacrymogène. Hier, au cours d’une précédente Ag du Meet qui s’est terminée en queue de poisson à cause de la répression, des milliers d’apprenants de l’Ul ont ajouté à leurs revendications l’exigence « de la démission du Pr Ahadzi-Nonou, le Président de l’Ul ». Selon Komlavi Kondo (un des responsables du Meet), cette nouvelle réclamation est née quelques jours après les déclarations de M. Ahadzi-Nonou sur Tvt (Télévision nationale). Sur la chaîne nationale ce 11 juin 2011, le président de l’Ul a estimé qu’il n’est pas question d’accepter l’organisation de « sessions spéciales » pour les étudiants en transition entre le système classique et le Lmd (License-Master-Doctorat). Alors même que ce point semblait acquis lors des marchandages du début du mois de juin entre étudiants et autorités togolaises.

Mêmes revendications brandies déjà mardi

Ce 14 juin, le Meet (Mouvement pour l’épanouissement de l’étudiant togolais) a organisé une Ag (Assemblée générale) pour restituer à sa base la quintessence de ses discussions du début du mois avec les autorités togolaises. Au cours de cette séance de retrouvailles entre mandants et mandataires du Meet, il a été signifié aux étudiants de l’Ul que le consensus entre autorités et mouvements estudiantins de début juin n’était pas un accord. Des milliers d’étudiants de l’Ul ont même voulu se rendre à la primature pour faire entendre leurs cris du cœur, après avoir improvisé un bref sit-in devant les locaux de la Daas (Direction des affaires académiques et de la scolarité) de l’Ul. Mais, ils en ont été empêchés.

Par thruthway
Publicités