Depuis le renversement du président Gbagbo, tous les Ivoiriens qui lui sont favorables vivent un véritable cauchemar. Ils sont enlevés sur dénonciations fantaisistes. Ils sont emprisonnés dans des commissariats de police, dans des brigades de gendarmerie ou encore gardés dans des locaux érigés en lieux de torture. Ceux qui n’ont pas la chance sont physiquement éliminés et aucune trace de leur disparition n’est laissée aux enquêteurs

A Abidjan, de nombreux cadres de Lmp, des jeunes du Cojep de Charles Blé Goudé ne sont plus prêts à regagner leurs domiciles d’avant la crise. Dans les villages, les enlèvements et les libérations contre rançon sont devenus le mode de gouvernement du nouveau régime. Des villages entiers sont abandonnés aux mains des éléments de Frci qui font des descentes musclées et violentent et violent sur leur passage. Des pauvres paysans se replient dans des forêts.

Il faut le dire tout net, toutes ces bandes armées, milices, mercenaires maliens, burkinabè et dozos recrutés ça et là se réclament d’Alassane Ouattara et agissent pour son compte. Ces hommes en arme ne terrorisent que les partisans de Gbagbo comme si c’était un délit ou un crime de lutter au plan purement politique aux côtés de l’ancien président. Sur 14 candidats au départ à la présidentielle, seuls les électeurs de Laurent Gbagbo sont persécutés. Ceux qui évoquaient les escadrons de la mort donnent l’impression d’être à l’aise dans les tueries et tortures de toutes sortes. Les Frci sont-elles les escadrons de la mort au service de leur parrain ? Tout porte à le croire.

Benjamin Koré

Par thruthway

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.