**Du coté de l’Université de Cocody
– Du matériel volé …La quasi-totalité des portes ont été fracassées.
– Tous les services ont été visités et vidés de leurs matériels informatique et bureautique….
– Les bureaux du service de la comptabilité centrale, abritant le service informatique, ont été saccagés et les machines emportées.
– Le coffre fort de l’université, à la direction des services financiers, a été emporté, ainsi que tout le stock du magasin des fournitures de bureau de la présidence.
– Le standard et l’agence comptable sont détruits ainsi que la scolarité centrale. Le matériel informatique de ce service n’a pas été épargné par les pilleurs.
– Au centre médico-social, tout est sens dessus-dessous. Les équipements ont été saccagés et le matériel emporté.
– Dans les Unités de formation et de recherche(Ufr), la plupart des bureaux des enseignants et du personnel de l’administration ont été pillés. Les ordinateurs et les livres emportés.
**Du coté de l’université d’Abobo-Adjamé le désastre est encore plus grand voire irréparable.


Le Pr Gourène Germain met le pied dans le plat: « L’université de par les points sensibles a été détruite à 70%. Il n’y a plus de mémoire de tous les diplômes de la formation, et la base de données des étudiants depuis que l’université existe a été détruite. Toute la mémoire sur papier, toutes les archives, tout a été détruit. Donc, la mémoire papier n’existe plus. Généralement, quand ce genre de phénomène se passe, on se rabat sur la mémoire électronique. Le bâtiment du service informatique a été visé et la mémoire virtuelle et électronique a aussi été détruite. Aujourd’hui, concrètement, l’université d’Abobo-Adjamé n’existe plus. Nous servons de base de données à la Faculté de médecine en odontostomatologie. Ces étudiants, une fois à l’extérieur de la Côte d’Ivoire, nous demandent d’authentifier leurs diplômes. Aujourd’hui, il n’y a plus de possibilité, plus de références, plus de bases de données. Nous ne pouvons plus authentifier les diplômes. Tous ceux qui ont eu des diplômes à l’Université d’Abobo-Adjamé doivent commencer à s’interroger. En plus de cela, il y a le service financier où tout a été détruit. C’est pour cela je parlais des points les plus sensibles de l’université qui ont été détruits. Le centre de calcul qui est un point aussi sensible, a été détruit. J’ai trouvé les carcasses de certains serveurs de l’université. Ils ont pris soin de les démonter. Cela montre qu’il y a quelque chose qui était visé et là, je ne comprends pas du tout».


– Et le premier responsable de cette université d’ajouter : «On peut envoyer des milliards de Fcfa aujourd’hui, pour acheter tout le matériel, mais où trouver la base de données sur papier et la base de donnée électronique? Depuis la création de l’université d’Abobo-Adjamé en 1996, depuis qu’elle a été coupée du cordon ombilical avec l’université de Cocody, nous avons nos archives à part. Avant 1996, on peut trouver des archives, mais à partir de 1996, on ne peut plus trouver de données puisque tout a été détruit.

– La scolarité n’existe plus que de nom

– Les ordinateurs ont été emportés avant de tout mettre en vrac! Quant au service informatique de ce temple, les pyromanes ont choisi d’y mettre le feu.
– Les dossiers et les informations relatives aux étudiants ont été détruits.
– Les ordinateurs ont été emportés et à l’heure actuelle, on ne peut affirmer avec certitude qui est étudiant et qui ne l’est pas. La mémoire de l’université a été emportée dans les pillages et dans la bataille.
– Aujourd’hui donc, il n’y a pratiquement plus d’administration et d’enseignants sur les universités de Cocody et d’Abobo Adjamé.

Source: FACEBOOK

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.