Simone Gbagbo, battue mais pas violée par les FRCI de Ouattara

Article de Gri-gri international
Vendredi 27 mai, la Première Dame de Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo, par ailleurs députée et responsable du FPI, a été auditionnée à Odienne. En présence de trois avocats : Lucie Bourthoumieux, Serge GBougnon et Ly Ciré Clédor. Selon nos informations, Simone Gbagbo s’est prévalu de son immunité parlementaire. À la question, posée en marge de l’audition, de savoir ce qu’il en était des violences qu’elle a subies, à partir du 11 avril, date de la capture du couple présidentiel et de centaines de dignitaires, officiels et employés, elle a démenti avoir été violée. Elle a en revanche été battue, y compris des coups au visage, avec une férocité inouïe par les FRCI de Ouattara.
Mme Gbagbo a également démenti l’information circulant depuis une dizaine de jours selon laquelle elle aurait été la proie de sadiques habitantes locales, qui auraient fait payer (« 200F CFA », a-t-on pu lire) aux voyeurs le droit de l’observer « à travers les vitres » de sa résidence surveillée. Étonnée, elle s’est demandé d’où pouvaient venir « de telles insanités ».
De la liste des avocats proposés par sa famille, en l’occurrence sa filleMarie-Antoinette Singleton, Simone Gbagbo, enfin, a désigné comme son seul avocat à ce jour Me Ly Ciré Cledor (qui avait, en fait, déjà été mandaté par la soeur du président Gbagbo).
Photo – dr Texte – S.T.
Publicités