Pour une commission d’enquête parlementaire sur l’intervention de la force Licorne.

Depuis l’annonce des résultats de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire, le 28 Novembre 2010, le gouvernement français s’est engagé sur la voie de la déraison et de la violence. Il s’est engagé sur la voie de la déraison car il n’avait aucune légitimité pour y jouer les gendarmes. Le gouvernement français s’est engagé sur la voie de la déraison, car le passé colonial de notre pays aurait du inciter nos gouvernants à plus de mesure, à plus de retenue et surtout au respect de la souveraineté de l’État ivoirien. Le gouvernement français s’est engagé sur la voie de la déraison car jouant le rôle du pompier pyromane, il a exacerbé les passions dans un pays au bord de la guerre civile, coupé en deux depuis plus de dix ans. 

Attiser ainsi les haines alors que la situation requérait doigté et diplomatie, était irresponsable et révélateur du peu d’interêt que notre gouvernement avait pour la sécurité de la population ivoirienne et de nos nombreux ressortissants. Le gouvernement français s’est engagé sur la voie de la déraison car l’Afrique a changé, la France peut- être mais les français sûrement, et l’interventionnisme colonial ne peut plus être une option. Notre gouvernement s’est engagé sur la voie de la violence en soutenant un candidat, Mr Ouattara, cornaquant chefs de guerre et milices, peu soucieux des droits de l’homme et des populations ivoiriennes. Notre gouvernement s’est engagé sur la voie de la violence, notre action s’étant révélée des plus hasardeuses puisque « nos alliés » ivoiriens sont responsables de la mort, étrangement passée sous silence, d’un de nos concitoyens. Devant un tel cynisme affiché vis-à-vis de vies humaines, devant un tel mépris des valeurs de notre République et du fonctionnement de nos institutions, devant une propagande médiatique digne des plus belles heures du régime soviétique, nous citoyens français, ne pouvons rester sans agir.
C’est pourquoi, nous soussignés Ahouansou Séyivé, Dia Moukori Harry, Ondoua Patrice*, Sérigne M’Baye Gueye, lançons une pétition exigeant la création sans délai d’une commission d’enquête parlementaire chargée de mettre en lumière la nature de l’engagement militaire français en Côte d’Ivoire. Cette commission devra statuer avec précision sur le rôle joué par l’armée française sur le sol ivoirien. Il est de notre intérêt, à nous français, de ne plus laisser ce genre de pratiques perdurer outre-mer, ce sont de nos relations futures avec l’Afrique dont il est question. Il est de notre intérêt de ne plus laisser œuvrer notre gouvernement avec autant de légèreté, il en va de la sécurité de nos ressortissants en Afrique. Il est de notre intérêt d’exercer un contrôle sur l’action de notre gouvernement et du fonctionnement de nos institutions. Il est de notre interêt de réagir avec vigueur, il en va de notre image de par le monde. Rejoignez notre action et marquez votre attachement à notre République et ses réelles valeurs en signant cette pétition, il est plus que temps de nous faire entendre.

* Représentant Alternatives et Cohérence.
** Cet appel a été formellement adressé au Président de la République, Mr Nicolas Sarkozy, aux responsables des principaux partis politiques français, à tous les parlementaires français (députés et sénateurs). Il a eté également communiqué aux médias français et étrangers, cf liste ci-jointe.
*** Rendez-vous sur http://alternativesetcoherence.blogspot.com/pour retrouver la lettre ouverte adressée à Mr le Président de la République et l’intégralité des courriers envoyés aux responsables politiques, aux parlementaires, aux médias français et étrangers.

pour signer la pétition:

http://www.alternativesetcoherence-actions.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.