Publicités
Côte d’Ivoire: Quand Ouattara viole impunément les droits de l’homme et du droit international

Côte d’Ivoire: Quand Ouattara viole impunément les droits de l’homme et du droit international


Quels sont les droits des personnes détenues par les les force rebelles de Alassane Ouattara? Quelle est la légalité de leur détention ? Faut-il s’interroger sur un développement des conventions de Genève et une évolution du droit international ?
Depuis un moment, plusieurs organisations de droit de l’homme dénoncent les violations flagrantes des droits de l’homme concernant les proches du Président Laurent Gbagbo par les forces de Ouattara.

Les différents rapports sont cependant presque exclusivement focalisés sur les tueries et épurations ethniques qui ont cour dans le pays. Très peu mentionnent les personnes détenues arbitrairement dans des coins et recoins du pays.

Nous avons à plusieurs reprises déjà attiré l’attention des uns et des autres sur les conditions absolument inhumaines et dégradantes de ces prisonniers de fortune dont personne ne sait les raisons exactes de leur détention.

Nous avons mené des enquêtes sur cette situation incroyable dont personne ne veut parler. Mais avant de dérouler tout le dossier nous vous proposons cette vidéo qui mieux que les mots documente l’abominable situation que des ivoiriens font subir à d’autres sans aucun motif.

Il faut rappeler que le nombre exact et les noms des personnes détenues par les force de Ouattara restent inconnus.

Le faisant notre objectif est avant tout d’appeler la communauté dite internationale à tout mettre en oeuvre pour qu’un accent particulier soit mis sur la nécessité d’évaluer les allégations de torture et autres traitements ou punitions cruels, inhumains ou dégradants dont les détenus seraient victimes.

Afrik 53 – Les News en Ligne – 24h / 24 – 7 / 7

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :