mer, 25 mai 2011 – 9:03

Laurent Gbagbo aux côtés de Kofi Annan, Mary Robinson et Desmond Tutu, le 02 mai 2011 à Korhogo.

IvoireBusiness – Une information persistante, mais non confirmée ni par sa famille, ni par ses avocats qui n’ont d’ailleurs jamais pu le voir, fait état de la présence depuis plus

d’une semaine à Abidjan sur les bords de la lagune ébrié, du Président Gbagbo pour des soins.
Il ne serait donc plus à Korhogo et serait à Abidjan à l’hôpital Pisam de Cocody.
Info ou intox, cette information devient de plus en plus persistante au point que votre journal s’y est penché, car aujourd’hui rien ne doit être négligé. D’abord en contactant l’Onuci, laquelle n’a pas souhaité faire de commentaire.

Pour des proches du Président Gbagbo contactés, ce dernier n’est pas homme à tomber facilement malade. En 10 ans de pouvoir, il a rarement été alité. Ces derniers pensent que s’il se trouve à la Pisam, c’est parce qu’il a été torturé et a subi des sévices corporels à Korhogo, son lieu de résidence surveillée.
Contactée par IvoireBusiness, la Pisam n’a pas souhaité répondre, ne confirmant ni n’infirmant l’information.

Joue-t-on de dilatoire ou de subterfuge pour assassiner le Président Gbagbo car pourquoi ne serait-il plus à Korhogo ?
C’est la deuxième fois que de telles rumeurs circulent sur la vie et le lieu de détention du Président Gbagbo. La première fois, l’Onuci avait annoncé que Laurent Gbagbo avait tenté de se suicider, avant de se rétracter devant la levée de bouclier provoquée par cette information.
Korhogo serait-il devenu un lieu peu sûr depuis les récents combats entre factions rivales SORO-IB à Korhogo, Seguela et Mankono, ayant abouti à l’évasion spectaculaire du Général Dogbo Blé et du Commandant Dali?
Pourquoi ses avocats n’ont jamais pu le rencontrer pour préparer sereinement sa défense.
De quoi ont peur les FRCI de Ouattara chez qui on sent une montée de fébrilité ?
Toujours est-il que la pilule selon laquelle Gbagbo serait à la Pisam pour des soins est difficile à avaler. Le Commandant Fofié, ivre de colère après l’évasion du général Dogbo Blé, a-t-il voulu faire payer le Président ? Où l’a-t-il fait déplacer pour mieux assurer sa sécurité ?
Quel est le rôle exact de l’Onu dans la protection du Président Gbagbo.
Autant de questions qui pour l’instant restent sans réponse.
Nous y reviendrons.

Patrice Lecomte

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.