LES NOUVELLES DE YOPOUGON, APRÈS LES COMBATS.



Que se passe-t-il réellement à Yopougon après le retrait des forces resistantes de cette commune?
C’est la réponse à cette interrogation qui des journalistes du quotidien « linter » ont tenté de trouver une reponse en se proposant de se rendre eux-mêmes dans la plus grande commune de Côte d’Ivoire.

Voici leur constat:….

« Il est 8 heures 30 minutes, ce mercredi 11 mai 2011, lorsque le véhicule de transport commun communément appelée « Wôrô-wôrô », que nous empruntons pour vivre la réalité des faits, s’immobilise au quartier « Sable », l’entrée du premier pont de la commune de Yopougon. Cet endroit qui grouille habituellement de monde, est animé par les interpellations de quelques « balanceurs« , ces jeunes chargeurs des « gbaka« , véhicules de transport assurant la ligne Adjamé – Yopougon. En effet, depuis la dernière bataille (qui a opposé la coalition licorne-onuci-frci aux resistants), les exactions et exécutions sommaires sur fond de règlements de compte dans la commune, ainsi que les pillages de domicile et d’entreprises, seraient le quotidien des riverains. Malgré les interpellations, la fin du calvaire des habitants de la plus grande commune de Côte d’Ivoire n’est pas pour demain. Ils vivent dans la peur, pour ceux qui ont encore le courage de rester sur place. Une peur généralisée qui crée des suspicions parfois infondées. Certains habitants pointent le doigt accusateur sur les éléments des FRCI (forces pro-ouattra) à qui ils imputent les méfaits et tueries dans les quartiers; d’autres indexent directement les évadés de la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA), ou mieux, quelques miliciens qui seraient encore dans la commune pour saboter la mission des FRCI. Un tour du côté de la voie longeant le quartier « Gabriel Gare » non loin de la pharmacie « Siporex », nous offre les premières images des dégâts dans la commune. Aux deux extrémités de la voie, des dizaines de magasins, appartenant pour la plupart à des opérateurs économiques libanais ont été entièrement pillés et saccagés. Les impacts de balles sur les murs de ces bâtisses sont encore visibles, ce qui laisse comprendre que ce quartier a été le théâtre d’âpres combats (…).

Revenu pour faire l’état des lieux de son magasin d`électroménagers saccagé, M. Bah Drissa que nous approchons, exprime sa désolation face à cette situation. « Chaque fois qu’il y a des troubles, nous sommes les premières victimes. Les conséquences de ces pillages, c’est bien évidement les employés qui vont se retrouver à la rue », nous explique-t-il, lorsqu’un attroupement de personnes suspend momentanément notre conversation. Il s’agit d’un corps découvert derrière un immeuble du quartier. «C’est désormais notre quotidien. Il ne se passe pas de jour sans que nous ne découvrions des cadavres. On avait cru qu’avec la libération de Yopougon, la vie allait reprendre comme dans les autres communes d’Abidjan. Malheureusement, nous vivons quotidiennement dans la peur en nous demandant à qui le tour?», s`inquiète M. A. Bodouin, qui dénonce une épuration ethnique dans la commune. « Depuis une semaine, dans notre quartier, on dénombre près de 5 morts, tous issus de groupes ethniques de l’ouest de la Côte d’Ivoire. C’est à croire que les tueries sont ciblées et ne viseraient que des Bétés, Guéré, et même les Attiés, considérés de fait comme les suppôts de Laurent Gbagbo», poursuit-il. Une grave révélation, soutenue par Mme Bertille Y., mère de 3 enfants dont l’aîné de 28 ans est porté disparu depuis le dimanche 08 mai 2011. « Mon fils, sorti pour faire quelques emplettes, n’est plus revenu à la maison depuis le dimanche 08 mai. Nous avons appris par certaines personnes qui l’auraient aperçu, qu’il a été embarqué de force dans un véhicule estampillé FRCI. Toutes nos tentatives pour rencontrer mon fils sont restées vaines. Est-il mort ou fait prisonnier ? J’ai besoin de savoir « , a-t-elle plaidé, invitant les nouvelles autorités à parer au plus pressé pour sécuriser les populations sans distinction d`origine en mettant fin à toutes les exactions dans la commune.

Même son de cloche pour M. D. Gnakalé, un autre témoin, qui dit avoir perdu son neveu, pris pour cible par des éléments qu`il identifie comme étant des FRCI. Ceux-ci l’auraient pris pour un milicien. «Je suis venu récupérer le reste de mes affaires que j’ai gardé chez des amis. Après l’exécution de mon neveu et la menace qui plane à Yopougon, je quitte la commune pour ne plus jamais y revivre. C’est cela la réconciliation, l`exécution des pauvres innocents? C’est inadmissible», a-t-il asséné. Et d’ajouter : « J’ai été témoin de quatre exactions dans le quartier de Port-Bouët II. Des jeunes qui avaient été pris à la Sicogi, ont été froidement abattus sous mes yeux. Pareil pour une demoiselle qui a été également abattue à bout portant au même endroit, pour la simple raison qu’elle porte une perruque qui cachait son crâne rasé, et donc qui a été taxée de milicienne».

Sideci-Selmer-Koweit, etc. : Un champ de ruine

Si au quartier Millionnaire, on rencontre encore un peu de monde, ce n`est pas le cas pour les sous-quartiers Sideci, Selmer, Koweit, Niangon où nous avons poursuivi notre périple. Ces endroits, naguère bondés de monde et réputés pour leur animation, se sont sont vidés de leurs habitants. Il n`y règne plus qu`une ambiance de cimetière. Au deuxième jour de notre reportage, le jeudi 12 mai 2011, nous débutons notre périple à Yaosehi un quartier précaire réputé pro-Gbagbo. Selon les informations, qui circulaient çà et là, des cadavres joncheraient les ruelles de ce quartier précaire ainsi que ceux de ses voisins du même genre que sont Gbinta, Sodeci, etc.… Sur notre passage, pourtant, point de cadavre. Toutefois, l`on aperçoit des monticules de terre faisant office, certainement, de tombeaux de fortune où des corps de chanceux ont dû être enterrés. Car, les plus moins chanceux dans cette crise ont été soit incinérés soit ramassés par la Croix-Rouge. Au dire d’un sexagénaire que nous avons rencontré à quelques encablures de l’ex-maquis « Guantanamo » à Yaosehi, les exactions sommaires dans cette partie de la commune restent monnaie courante. Mais, notre interlocuteur se refuse à en dire plus sur l’identité de ceux qui commettent ces actes. Il se limite à cette phrase. «Qui sont les gardiens du temple? Demandez-leur!». Il nous laisse sur cette énigme pour continuer son chemin l`esprit ailleurs. Un chemin encore long si la situation évolue dans cette ambiance d`instabilité et d`insécurité.

Les activités au ralenti

Combien de temps encore la commune de Yopougon va-t-elle attendre pour retrouver son animation et son quotidien joyeux d’antan? Difficile de le dire. De fait, toutes les activités économiques dans la cité tournent, désormais au tiers. Même si le transport qui est un indicateur de regain de l’activité économique a repris dans certains endroits de la commune, la vie tourne au ralenti, car les autres opérateurs peinent à reprendre. Il s’agit notamment des agences de banques, de téléphonie mobile, de magasins, etc. Même la rue princesse, espace par excellence de la joie, vit au rythme de la situation nouvelle dans la cité. Plusieurs bars et maquis restent encore fermés, faute de clients ».

Source: L’inter.

Publicités