Publicités
En meeting à Adjamé et Yopougon, Sidiki Konaté met en garde les autorités ghanéennes

En meeting à Adjamé et Yopougon, Sidiki Konaté met en garde les autorités ghanéennes

Sidiki Konaté n’est pas content de l’attitude des autorités ghanéennes. L’ancien ministre du Tourisme ne comprend que le Ghana , un pays ami, accepte que des pontes du FPI réfugiés sur son sol organisent des rencontres pour déstabiliser la Côte d’Ivoire. Ces derniers, selon lui, organisent des rencontres en ce sens. Aussi, n’a-t-il pas manqué d’interpeller les autorités ghanéennes. « Il ne faut pas que le Ghana serve de base arrière pour déstabiliser la Côte d’Ivoire. L’interpellation a été lancée hier à Adjamé. C’était à l’occasion d’une rencontre initiée entre deux associations de transports, le MON ADO transport et la Ligue autonome des opérations du transport en Côte d’Ivoire(LADOTRA). 


Cette rencontre s’inscrivait dans le cadre de la caravane de réconciliation initiée par le ministre Konaté. L’invité spécial de la rencontre a saisi l’occasion pour appeler les populations à ne pas se faire justice. « Il y a eu beaucoup d’atrocités, mais il ne vous revient pas de vous faire justice, comme l’a indiqué le Président de la République, a-t-il supplié. Ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire est d’une gravité, qui n’a été vu nulle part ailleurs. « Brûler des hommes, leur interdire de manger pour avoir voté un candidat, est regrettable », a fait remarquer Sidiki Konaté. Malgré ces blessures, il a invité les Ivoiriens à penser leur plaie et à s’unir pour la nouvelle Côte d’Ivoire. Toutefois, Sidiki Konaté a indiqué qu’il ne saurait avoir de réconciliation sans vérité. « Il faut que les responsabilités des uns et des autres soient situées. C’est à ce prix que la paix sera totale en Côte d’Ivoire », a-t-il poursuivi. En ce qui concerne le racket au sein des FRCI, Sidiki Konaté a indiqué que dès tout le pays sera sécurisé, toutes les brebis galeuses seront retirées des rangs des FRCI. Aux transporteurs, l’invité spécial a donné l’assurance qu’ils ne seront pas laissés pour compte. « Les transporteurs sont les premiers combattants du pays », a-t-il révélé. Le ministre Konaté a invité toutes les populations d’Adjamé qui ne seront pas à Yamoussoukro pour l’investiture, d’organiser des fêtes populaires ce samedi. Avant, Adama Fofana, président du comité d’organisation, situant le cadre de la rencontre, a indiqué qu’il s’inscrit dans le processus de réconciliation. Il a saisi l’occasion pour faire le bilan de la crise postélectorale au niveau des transporteurs. « Tous les secteurs de l’économie de notre pays ont été sinistrés à des degrés divers au cours de cette crise. Notre secteur l’a été davantage », a-t-il fait remarquer. C’est pourquoi, tout en se réjouissant de la mesure relative à l’annulation du paiement de la vignette 2011, il a demandé au Président de la République d’octroyer une aide aux transporteurs. Pour terminer, Adama Fofana a souhaité qu’il soit mis fin au racket qui plombe le secteur du transport. Avant Adjamé, le ministre Konaté était à Yopougon où il a prôné l’union et la paix . La réconciliation entre tous les enfants de la Côte d’Ivoire, 
c’est le cheval de bataille du ministre Sidiki Konaté. En effet, un meeting de réconciliation a été organisé dans cette commune qui a souffert des affres de la rébellion des partisans de l’ex-chef de l’Etat, Laurent Gbagbo. Accompagné d’une forte délégation de jeunes patriotes, entre autres Kima Emile, Koné Seydou et Elie Halassou qui se sont engagés à se mettre à la disposition des nouvelles autorités ivoiriennes, Sidiki Konaté a demandé aux populations d’éviter tout acte de vengeance. « Pas de vengeance personnelle. Je ne veux pas entendre dire qu’il y a eu un règlement de compte » a-t-il insisté. Toutefois, l’orateur a fustigé le comportement de certains cadres de l’ancien régime. 
Thiery Latt

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :