Si vous demandez aux soldats, mercenaires et dozos de Ouattara pourquoi ils s’adonnent ainsi aux rackets alors qu’ils avaient décrié cela sous le président Gbagbo, ils vous répondent qu’on leur a dit que leurs salaires se trouvent dans la rue. A la question de savoir « qui »? Ils vous répondent en choeur que « Ouattara dit qu’il n’a pas l’argent pour nous payer ». Est-ce vrai?

Ce qui est certain, la réalité sur le terrain le demontre.

Les choses ont commencé dans un premier temps avec les recettes de la SOTRA (Société de Transport Abidjanais). Chaque matin les soldats se rendaient dans les dépôts de la sotra pour prendre leur solde du jour. Les recettes journalières étaient complètement pillées.


Non contents de ce qu’ils percevaient et de leurs butins de vols et de pillages nocturnes, ils se sont mis à occuper tout le terrain abandonné par nos forces de défense et de sécurité.

Au plateau Dokui, dans certains secteurs, les habitants ont été invités à s’acquitter, par domicile et par semaine, de la somme de 1000 F.cfa.

Comme ils le disent eux-mêmes, « c’est pour votre sécurité ». Et si tu ne t’exécutes pas, tu seras desagréablement surpris de voir ta maison pillée dans les jours qui vont suivre.

Au « 2 plateau » dans le secteur d’Angré, c’est la somme de 3500 F.CFA par domicile et par semaine pour le même motif.

A yopougon dans les secteurs akadjoba, sideci les habitants ont été invités à contribuer.

C’est ainsi dans la plupart des communes du disctrict d’Abidjan. Ce n’est pas tout. 

Sur les grandes voix du pays, c’est plus criard. A chaque barrage, il faut payer 200 F.CFA si vous n’avez pas de baggages. Ces rackets ont fait monter les prix des marchandises sur le marché.

Pour nous rendre compte de ce que font souffrir à la population ivoirienne ces soldats et mercenaires de Ouattara, nous avons décidé de vérifier par nous-mêmes en effectuant un voyage sur l’axe abdjan-adzopé, aller-retour.

Nous avons dépensé la somme de 3200 F.CFA dans les rackets, hormis le prix du transport.

Soit 1200 F.CFA aller et la même somme au retour.

Le prix du transport Aller: Abidjan-Adzopé: de 1500F.CFA, est passé à 3000F.CFA

Retour: Adzopé- Abidjan: 3000 F. CFA

Les différents endroits où les rackets ont lieu:

Zone industrielle yopougon: Passagers: 200 F.CFA et les véhicules de transport 1000 F.CFA

N’Dotré: Passagers 200 F.CFA et les véhicules de transport 1000 F.CFA

Carrefour séminaire catholique: Passagers 200 F.CFA et les véhicules de transport 1000 F.CFA

Corridor anyama: Passagers 200 F.CFA et les véhicules de transport 1000 F.CFA

Carrefour Agboville: Passagers 200 F.CFA et les véhicules de transport 1000 F.CFA

Carrefour d’ AZaguié: Passagers 200 F.CFA et les véhicules de transport 1000 F.CFA

Yakassemê: Passagers 200 F.CFA et les véhicules de transport 1000 F.CFA

Agou: Passagers 200 F.CFA et les véhicules de transport 1000 F.CFA

Adzopé: Passagers 200 F.CFA et les véhicules de transport 1000 F.CFA

Ce qui fait un total de 9200 F.CFA qu’un simple passager dépense pour faire ce trajet. Alors que sous le régime du Président Gbagbo, c’était la somme de 3000 F.CFA (Aller -Retour).

Pour les transporteurs le prix à payer à plus que triplé.

Alors que Ouattara nous promettait la fin du racket dès qu’il prendra le pouvoir.

Par thruthway
Publicités

Laisser un commentaire