par Tinga Ouattara, samedi 30 avril 2011, 20:51

Un homme a raconté à SlateAfrique, sous couvert d’anonymat, avoir perdu un membre de sa famille, le 25 avril 2011: Thérèse Blabo, une militante en vue du Front populaire ivoirien (FPI) de Laurent Gbagbo, âgée d’une cinquantaine d’années et mère de deux enfants émigrés aux Etats-Unis, a été brûlée vive près de chez elle, aux 220 Logements, un quartier d’Adjamé.

La scène s’est produite sous les yeux d’une population qui aurait applaudi, selon les témoignages parvenus à cet homme. Un retraité raconte par ailleurs avoir perdu le 10 avril 2011 l’un de ses neveux, un étudiant en sciences économiques de 23 ans, sans activité politique, mais appartenant à l’ethnie bété (comme Laurent Gbagbo). Le jeune homme a été fauché à Yopougon alors qu’il cherchait à fuir le quartier.

«Ca tirait et il a pris une balle en route, raconte notre source. Beaucoup de parents partent à Dabou, une ville située à 50 km d’Abidjan. Les gens à Yopougon sont égorgés comme des moutons, parce qu’ils sont Bétés ou soupçonnés d’être des supporters du président sortant. C’est insupportable. Je ne dors pas, ça me rend malade. On continue à tuer les gens pour une histoire de politique alors que c’est fini! C’est fini! Tout se passe au nez et à la barbe de l’Onuci, qui doit protéger les civils.» indique le retraité.Partager

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.