Liquidation de la Côte d’Ivoire par Ouattara – L’Opération a déjà débuté

Le temps-14/5/2011
Revoilà la privatisation de la Côte d’ivoire. Depuis la prise du pouvoir par la force, par Dramane Ouattara, c’est à une résurrection du système colonial qu’il est donné aux Ivoiriens de voir. Au niveau de l’Administration, un proche de Ouattara révèle ceci. « Désormais, l’administration sera assistée par des experts européens. ». Et d’ajouter sans soucier, que pour parvenir à un tel objectif, le Président Ouattara a fait appel à plus de mille fonctionnaires de nationalité française et américaine ayant pour mission d’évaluer les fonctionnaires Ivoiriens et qui seront payés par l’Etat de Côte d’Ivoire.


Donc payés sur le dos du contribuable ivoirien. D’autre part, ajoute notre source, chaque Directeur général des régies financières sera assisté par un Français. Ouattara lui-même donnera l’exemple. Car dira-t-il, « Nous savons que l’ancien Directeur général du Fonds monétaire international (FMI) Michel Camdessus a déjà été contacté pour assister Ouattara en tant que Conseiller spécial à la Présidence. C’est lui qui déterminera l’ordre du jour concernant les différents conseils de Ministres, en relation avec l’Elysée.

C’est encore lui qui approuvera si oui ou non, la Côte d’Ivoire doit contracter avec d’autres pays en matière d’exploitation des richesses naturelles du pays. Sur le plan militaire, c’est le retour sans condition du 43è BIMA. Une armée qui servira d’avant-garde à toutes velléités d’attaques extérieures ou internes ». En un mot comme en mille, c’est le retour au système colonial en côte d’Ivoire. Ce n’est pas tout, Ouattara entend rétablir ce qu’il qualifie abusivement d’injustice. Selon notre source, l’actuel Président par usurpation de la République de Côte d’Ivoire veut céder toutes les plantations agricoles des Ivoiriens aux Burkinabè ayant servi à un moment donné de leur vie dans ces champs. L’objectif étant de rendre la totalité du pouvoir agricole à ses parents burkinabè en vue de faciliter le développement de ce pays voisin.

L’on comprend maintenant aisément le Président Laurent Gbagbo lorsqu’il affirmait dans sa dernière interview, « S’il y a une chose que je ne supporte pas, c’est la soumission. Surtout quand elle engage la vie de tout un peuple. Mes convictions ne sont pas négociables. Tant pis si j’en paie le prix. Je n’accepterai jamais que mon pays soit soumis pour l’intérêt d’un autre peuple ou d’une autre Nation fut elle la France » Voilà ce que dit Laurent Gbagbo, véritable nationaliste contrairement à Ouattara qui ne se gène pas outre mesure de vendre le pays qu’il dit être le sien. Mais un jour viendra où tout ce drame cessera dans l’intérêt des ivoiriens, quels qu’ils soient.

Grékou Bayard
Publicités