Lettre ouverte d’un Angolais au Président de l’Union Africaine. Pour une Conférence afin de débattre le problème du futur du continent africain.

Luanda, o6 Mai 2011

Son Excellence

Dr. Jean Ping

Président,

Union Africaine

Addis-Abeba

 

Objet: Conférence Panafricaine sur le Futur de l’Afrique

Excellence,

Le Monde est entrain de vivre des grands bouleversements qui ne peuvent laisser  indifférente aucune Nation.

En Afrique, nous assistons, impuissants, aux drames qui se vit en Cote d’Ivoire et en Libye, au moment où nous portons encore des lourds fardeaux et des séquelles des guerres et autres conflits qui ont ravagé l’Afrique les derniers 500 ans.

Plus récemment, et dans une Afrique déjà Indépendante, des conflits armés en Angola, Mozambique, Liberia, Erythrée, Sierra Leone, Rwanda, Burundi, Guinée Bissau, Congo Brazzaville, RDC, etc.…ont fait des millions de victimes africains;  privant ainsi l’Afrique des ressources vitales pour son développement.

Comme par ironie du sort, la Cote d’Ivoire et la Libye, deux pays qui avaient déjà fait des progrès remarquables vers le développement du continent et la prospérité des peuples respectifs; sont l’objet d’une destruction systématique et programmée aux conséquences imprévisibles pour l’avenir du continent africain.

Malgré les expériences vécues, aujourd’hui nul ne sait d’où viendront les prochains conflits et voire les génocides.

L’Afrique ne peut pas croiser les bras et attendre des nouvelles crises pour trouver des solutions car nous venons de le réapprendre que les solutions improvisées aux crises déjà installées ne sont pas efficaces.

Il nous faut donc anticiper la mise en place des stratégies de survie et de prévention des conflits, et d’un développement désiré de l’Afrique pour les Africains et par les Africains.

Eu égard à ce qui précède, une Conférence Panafricaine s’impose avec urgence pour débattre les problèmes liés au Futur de l’Afrique.

Il s’agit de mettre ensemble des Représentants des Gouvernements, des Institutions Académiques et de Recherche Scientifique, des Chefferies Traditionnelles, des Personnalités africaines dans les différents domaines du savoir, et la Société Civile Africaine, y compris la Diaspora pour débattre les thèmes suivants :

  1. L’Afrique d’Hier et d’Aujourd’hui : Etat des lieux des 500 ans de l’Afrique issue de la Conférence de Berlin.
  2. Les Grands Défis de l’Afrique de Demain
  3. La Problématique de Défense et Sécurité de l’Afrique
  4. Les Frontières africaines et la Libre Circulation des Biens et des Personnes
  5. Le Cadre Légal et Institutionnel de l’Afrique
  6. La Coopération Internationale et le développement de l’Afrique
  7. L’Afrique dans la Communauté Internationale.
  8. Les Mécanismes de Suivi et Evaluation des Conclusions et Recommandations
  9. La Constitution d’un Groupe de Suivi et Evaluation.

A la lumière des événements actuels en Afrique, et au moment où le nouvel Ambassadeur des USA à Luanda dans sa  première déclaration publique à la presse parle de  la visite du Président Barak Obama en Angola, et qu’une délégation militaire de la Frégate US Robert G. Bradley vient de séjourner en Angola du 29 au 31 Mars;  il n’y a pas meilleurs moments et pays d’accueil pour la tenue de cette Conférence.

D’une part, la Conférence permettra de lancer un message très fort de rappel aux USA et autres Partenaires, des Principes de Respect Mutuel, de Responsabilité Mutuelle et d’Intérêts Mutuels.

D’autre part, la Conférence sera l’occasion de réaffirmer la volonté des Africains de prendre eux-mêmes en charge leur destinée dans la Paix et la Solidarité, et dans une Communauté Internationale qui soit à l’écoute des aspirations les plus profondes des Africains et de l’Afrique.

Dans l’espoir que cette lettre méritera votre attention particulière et qu’une suite favorable lui sera réservée, veuillez accepter, Excellence, l’expression de mes sentiments les meilleurs. Haute Considération.

Dr. Oec. Ngingilu J. Daves

Email : joao_daves@yahoo.fr

Publicités