Messages en lignes
Vous savez tous que la Côte d’Ivoire, depuis l’arrivée de Dramane au pouvoir, est devenu un paradis carcéral. Toutes les prisons du territoire national ont été cassées et de leur sein sont sortis la majorité des soldats pro-Ouattara qui continuent de produire la désolation dans le pays.
Cet fait hautement préjudiciables hantent le secteur judiciaire. Les magistrats sommés de reprendre le chemin des tribunaux redoutent visiblement cette nouvelle coopération entre leur corps et les nouvelles « forces de l’ordre ». Mettez vous à la place d’un juge exerçant dans un palais « sécurisé » par des anciens quidams que lui-même avait condamné selon la loi.
Alors tout simplement nos juges n’ont pas porté de gants pour poser la question de leur sécurité aux hommes forts du pays.

Paroles fortes d’un Dioula à ses frères Dioula :
« Je parle à partir de faits vérifiables et non dans le vide pour accabler mes parents Dioula. Arrêtons de nous mentir dans ce pays, chers parents Dioula.
Actuellement les autres Ivoiriens font de la grande hypocrisie vis-à-vis de nous. Les autres Ivoiriens, nos frères, nous attendent au tournant. Tout le monde voit et tout le monde sait ce qui se passe. Mais pour le moment, comme les armes sont encore là, tout le monde se tait pour sauver sa peau. Les rebelles sont dans tout le pays, et nous savons bien en quel patois ou dialecte ils s’expriment : Moré et Dioula.
Nous savons bien quels sont leur patronymes, nous savons sur quel critère ethnique ils se basent pour faire les tueries.
Je crains pour mes parents Dioula, nous qui sommes le seul peuple à être présent nombreux dans les régions des autres, sans que eux ne soient aussi présents chez nous. Je crains donc que les autres groupes ethniques de ce pays ne fassent pas le distingo quand cette comédie de ouattara le mossi va finir.
Nos frères, les autres Ivoiriens sont meurtris. Ils souffrent de notre silence. Ils souffrent de nos oublis. Ils souffrent de nos complicités avérées ou passives. Le moment venu, je serai très étonné que les gens aient cette lucidité pour faire le tri entre le Dioula pro-rebelle et le Dioula qui est resté neutre ou anti-rebelle.
Malheureusement c’est bien dans ce sens que nous allons à toute vitesse. J’entends de plus en plus dans les discussions avec certaines personnes ces deux phrases qui traduisent le sentiment de déception de pas mal de nos frères Ivoiriens que nous avons trahi par notre complicité avec l’étranger :  »On ne peut pas attacher bagages avec Djoula » ou bien  »Djoula c’est Djoula mon frère ».
Frères Dioula, nous sommes d’abord Ivoiriens avant d’être Dioula car nous avons une nation commune avec les autres. Il est encore temps de nous ressaisir et parler à nos cœurs pour que cesse cette mascarade.
Tous, Dioula, sages, imams, chefs de familles, chefs de communautés, intellectuels, vieux, jeunes, étudiants, élèves, femmes etc. nous devons nous lever pour remplir notre devoir vis-à-vis de notre pays et de nos autres concitoyens. Nous devons tout faire pour arrêter de cautionner et participer au faux, à l’injuste, au mauvais.
Nous sommes pour la plus part Croyants, alors craignons la colère de Dieu plus que la colère de ceux qui nous poussent dans le mensonge. Amine »
Un Dioula qui ne veut plus avoir honte d’être Dioula

Savez vous pourquoi ado met des dioulas et autres(……….) à la majeur partie des postes clés du pays???
Eh bien, suivez mon analyse que voici :
Ado sait que la majorité absolue des Ivoiriens ne le reconnait pas comme président. Il sait que son pouvoir n’est pas légitime.
Ce monsieur sait aussi que le peuple ne le porte pas ds le coeur.
Alors que fait il ?
Il veut pousser les ivoiriens à se plaindre des « nominations » comme nous le voyons. C’est bien calculé,car ce n’est pas en vain qu’il n’y a que ce groupe ethnique ainsi que ceux (de l’autre côté) que je ne veux citer ici. Le but est de nous emmener à dénoncer cette politique et exiger une (égalité). Celà emmène à la reconnaissance de son pouvoir par tous et donc le légitimer,étant donné que tous s’y retrouveront. Ado n’est pas dupe,mais pas non plus intelligent. Il est juste cruel,malin et diabolique. Il attise notre appetit . Chers Ivoiriens, ne vous laissez pas avoir. S’en foutre de son gouvernement ainsi que de ses » nominations » aux postes strategiques du pays ,celà devrait être la conduite à tenir,car nous ne le reconnaissons pas.Ni lui,ni ses pantins comme lui que nous voyons.
Ignorer leurs actions, ne pas les reconnaitre comme étant nos cadres et les combattre jusqu’au bout. Etre radical à ce niveau devrait être notre action. Que tous ceux qui traitent avec eux soient ignorés et considérés comme……..
Refflechissons à comment faire tomber dao,comment le chasser,lui et sa rebellion sans oublier leurs alliés du pays!
Ne convoitons pas leurs plats puants ni prendre part à leur sorcelerie en plein jour! Souvenons nous que ces gens là, ont tué,éventré,vilolé,incendié des innocents . Ils ont pillé,nos familles,et villages!
Ne touchons pas à l’interdit comme eux!!!
Gspr – (Groupement de la sécurité présidentielle) : Lieutenant Colonel Vagondo Diomandé – Lonaci: Issiaka Fofana (DG) – SOTRA (Société des transports abidjanais): Bouaké Méité (DG) – CGFCC (Filière Café-Cacao): Massandjé Touré-Litse (DG) – …Douane…: colonel-major Issa Coulibaly (DG) – Trésor: Adama Koné (DG) – CNCE (Caisse Nationale des Caisses d`Epargne): Mamah Diabagaté (DG) – ACCT (Agent comptable central du Trésor public de Côte d’Ivoire): Kader Coulibaly – Port d`Abidjan : Sié Hien (DG) – Port de San Pedro: Hilaire Marcel Lamizana (DG) – Poste de Cote d`Ivoire: Konaté Mamadou (DG) (ancien DG de la poste de San Predro) …….. juste un aperçu ! Du pouvoir Mochi Drame Man. Cela c’est un début, lui au moins il a promis au dioula et il leur donne ce qui leur a promis. Quand aux femmes burkinabès ces parents elles sont en charge du nettoyage des rues. Plus de bété, baoulé, agni, gouro, wobè, dida, abron….Spécialité moossi pour les rues d’Abidjan.




Pour ceux qui pensent que la guerre en Cote d’Ivoire est ethnique je leur dit Ce n’est pas le cas. Soyons sur point. Nous voulons liberer la Cote d’Ivoire de la FRANCE et ses mandats qui tuent nos populations. Notre lutte doit etre simple. Remetez a La Cote d’Ivoire ce qui appartient a la Cote d’Ivoire. Notre economie ne doit pas supporter la France ou qui que se soit! Houphouet l’a dit et je le dot aussi  » La Cote d’Ivoire est riche de ressources  » et La France ne veut pas cesser de voler nos richesses! Jon seulement ca mais 


LA FRANCE TUENT LE PEUPLE IVOIRIEN CHAQUE JOUR!CÔTE D’IVOIRE/EPURATION ETHNIQUE: TOUS LES VILLAGES DE SASSANDRA PILLES ET INCENDIES PAR LES FRCI PRO-OUATTARA. DES CENTAINES DE CIVILS TUES. LES VILLAGES DE ADEBEM (25 CIVILS TUES) ET DROGO (VILLAGE DE DAMANA PICKAS) QUASIMENT RAYES DE LA CARTE.


Pitié où que vous soyez appelez la Croix Rouge , Medecins sans Frontières , le HCR et dites leur ce qui se passe . C’est atroce , il faut les inonder de coups de fil et de mail . Vite vite vite vite vite . Ne perdez pas une seconde .

Audition de Laurent Gbagbo 
Le procureur de la République d’Abidjan, Simplice Kouadio Koffi, s’est rendu le 7 mai 2011 dans le nord de la Côte d’Ivoire, à Korhogo, afin de rencontrer le président déchu du pays, Laurent Gbagbo, qui est actuellement assigné à résidence. « Laurent Gbagbo a été auditionné en présence de son médecin personnel », a affirmé M. Koffi à l’issue d’un entretien d’une heure avec M. Gbagbo, qui était entendu dans le cadre d’une enquête préliminaire portant sur des accusations d’exactions, de concussion et d’appels à la haine pesant contre lui. Cette audition, qui devait initialement avoir lieu mercredi, avait été reportée. Selon Marcel Ceccaldi, l’un des avocats français de M. Gbagbo à avoir été refoulés hier à leur arrivée à Abidjan, « si Laurent Gbagbo ne veut pas être entendu hors de la présence de ses avocats, il ne peut pas y avoir d’audition, selon la loi ivoirienne ». M. Koffi estime quant à lui que « la présence des avocats, si elle est souhaitable, n’est pas obligatoire ».

Des personnes actuellement à Abidjan rapportent que les forces armées de Monsieur Ouattara pénètrent désormais dans certains hôpitaux pour y effectuer des réglements de compte!

Une chose est claire en Côte d’Ivoire pour la paix : c’est le depart des troupes francaises de la Côte d’Ivoire parce que ADOLF et SAKZYTLER ne pourront jamais reconcilier les ivoiriens telment de massacre par leurs troupes et ca je le conseil vivement que ca ce fasse le plus tôt possible afin que l’ivoirien ne s’habitue pas a ça et que les francais n’aient pas à le regretter plus tard, a bon entendeur salut.
Les français vont regretter. Cela est certain. Toutes les autres fois vous avez échappé mais là là…
Le village Adébèm dan la sous-préfecture de Sassandra a été mis à feu et à sang,
 le village a été rayé de la carte de la Côte d’Ivoire seule la pharmacie a été épargnée


Le procureur de la République d’Abidjan a entendu dimanche pour la première fois, dans le cadre d’une enquête préliminaire, Simone Gbagbo, l’épouse du président déchu Laurent Gbagbo, à Odienné, dans le nord-est de la Côte d’Ivoire, où elle est assignée à résidence. Comme pour Laurent Gbagbo, entendu samedi à Korhogo (nord), où il se trouve en résidence surveillée, Mme Gbagbo a été auditionnée sans la présence de ses avocats français, refoulés vendredi à l’aéroport d’Abidjan, faute de visas en règle

L’humiliation continue pour le couple présidentiel après son arrestation par les forces spéciales françaises
A Odiéné,où elle est detenue illégalement, les hommes de Ouattara organise une activité très lucrative en se servant de Mme Simone GBAGBO. Elle a été transformée en objet d’art de musée qui renfloue les caisses des rebelles de Ouattara. Les rebelles de Ouattara font payer 200 FCFA aux femmes pour aller regarder la Première Dame Simone Gbagbo, à travers les fenêtres de sa résidence comme une bête de foire. Ce qui est révoltant dans cette histoire c’est que tout se déroule avec la complicité des soldats de l’ONUCI. D’ailleurs, après vérification, un responsable de la division des Droits de l’Homme de l’Onuci, a promis de faire arrêter ce commerce honteux.


La veuve de « IB » entame les démarches de récupération du corps de son mari
Mme Karidia Keita Coulibaly, la veuve du sergent « IB » vient juste d’arriver à Accra au Ghana d’où elle partira très prochainement à Abidjan pour reclamer aux autorités ivoiriennes, la dépouille mortelle de son mari.
Selon son avocat Me Philippe Missamou, «Mme Coulibaly, qui réside à Bruxelles, souhaite se voir remettre rapidement la dépouille de son époux pour lui assurer des funérailles et une sépulture dignes». «Comme elle dispose de la double nationalité, je vais demander au Consul de Belgique à Abidjan et à l’ONUCI (Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire) d’assurer sa sécurité pendant son séjour en Côte d’Ivoire» a-t-il ajouté avant de faire une mise au point en ces thèmes: «Je vais porter plainte pour assassinat et crimes contre l’humanité contre les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI). Nous ne croyons pas du tout à la version officielle qui prétend qu’IB est mort dans des combats. Pour nous, il a bien été assassiné» «Le pouvoir d’Alassane Ouattara a répondu à ma cliente qu’une autopsie du corps allait être pratiquée. Nous estimons que les autorités ont eu le temps de pratiquer cette autopsie, si telle était leur intention. A présent, il faut rendre la dépouille à la famille» concluait Me Philippe Missamou.
Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.