Source : L’Inter : Dernière Mise à jour : 26/04/2011 (Auteur : Y DOUMBIA )

Sauf changement, c`est aujourd`hui qu`Ibrahim Coulibaly alias IB, chef du commando invisible sera reçu au siège de l`Opération des Nations unies en Côte d`Ivoire (ONUCI) de l`hôtel Sebroko à Attécoubé, par des généraux des Forces républicaines de Côte d`Ivoire (FRCI). Il s`agit des généraux Philippe Mangou, Kassaraté Tiapé Édouard et Michel Gueu. Pour Anoblé Félix alias capitaine Aka Meyo, qui livrait l`information au cours d`une conférence de presse hier lundi 25 avril 2011 au Qg du commando invisible à Abobo PK 18, cette rencontre n`a pas de sens. D`autant plus qu`il n`y a aucun problème entre le commando invisible et le président de la République, Alassane Ouattara, a-t-il précisé. A ses yeux, la seule chose que demande le « Gal » IB, c`est une audience avec le chef d`État pour lui exposer les difficultés de ses troupes et voir comment les prendre en compte dans le processus de sortie de crise. Il a révélé qu`une rencontre entre Ouattara et IB était prévue pour hier, mais n`a pu se tenir pour des raisons qu`ils ne maîtrisent pas. En des termes voilés, Anoblé Félix, porte-parole d`IB, dénonce l`attitude du Premier ministre Guillaume Soro, qui, pense-t-il, les dénigre auprès du président Ouattara. D`ailleurs, il a protesté contre le communiqué lu le dimanche dernier sur les antennes de la télévision nationale par le porte-parole du ministre de la Défense, Alla Léon. Dans ce communiqué, Guillaume Soro indiquait qu`IB avait été convié à une rencontre avec lui, mais a brillé par son absence au motif qu`il devait d`abord prendre langue avec des tiers avant de se déplacer. Faux, rétorque le porte-parole d`IB, qui dit avoir appelé le capitaine Alla pour lui exprimer son indignation. « Nous avons été surpris hier d`entendre sur les antennes de TCI qu`on avait été invités par le Premier ministre Soro Kigbafory Guillaume et que nous nous sommes dérobés à cette invitation. J`ai moi-même joint le capitaine Alla pour lui demander de quoi il s`agissait, parce qu`on n`a jamais été convoqués. On ne sait pas de quoi il parle. Il m`a dit d`avoir une hauteur d`esprit. Je me suis un peu emporté parce que j`ai trouvé que c`était un peu injurieux. (…) on a fini par se comprendre. J`ai compris qu`il n`a fait que lire un papier qu`on lui a donné de lire. Je lui ai dit qu`un porte-parole, ce n`est pas de lire des papiers qu`on te donne, mais c`est de participer à la prise des décisions pour les porter au public », a longuement expliqué le « capitaine Aka Meyo ». Qui a raconté les obstacles qui ont empêché IB de rencontrer le président Ouattara. « Depuis quelques jours, nous sommes en contact avec l`une des personnalités du RHDP, en l`occurrence M Dembélé Babily qui a fait prendre plusieurs contacts avec certaines personnalités, notamment avec le président Henri Konan Bédié qui pour moi-même est un père avec qui plus ou moins nous avons échangé sur ce sujet. Et M Babily nous a informés hier que le président Alassane Ouattara devait nous recevoir dans l`après-midi. Nous avons été informés aux environs de 14h que le président devait nous recevoir à 16h. De PK 18 au Golf, il faut mettre au minimum 45 mn pour arriver. C`était un dimanche de Pâques, de nombreuses personnes dont moi-même n`étions pas à la base. Il était difficile pour le Gal de réunir un staff pour aller rencontrer le chef de l`Etat. Il a donc négocié pour voir si le rendez-vous pouvait être pour aujourd`hui », a-t-il soutenu, avant d`ajouter qu`un accord a été trouvé pour la rencontre entre Ouattara et IB, pour hier lundi à 11h. « Nous nous sommes fait fort de prévenir la presse parce que pour nous c`est un événement majeur. (…) A notre grande surprise, le rendez-vous qui devait avoir lieu à 11h a connu des péripéties surprenantes. Hier, le Col Jean-Luc de l`ONUCI était rentré en contact avec nous pour organiser l`escorte de la délégation qui devait se rendre au Golf. Ce matin, il était question qu`à 10h l`ONUCI vienne pour nous escorter jusqu`au Golf », a ajouté le porte-parole d`IB. A ses yeux, à l`heure indiquée, point d`escorte de l`ONUCI et en lieu et place d`une rencontre avec Alassane Ouattara, c`est une médiation que l`ONUCI a engagée entre eux et les généraux des FRCI. « Il y a de cela deux heures, M Babily nous a appelés pour nous dire qu`une rencontre sera organisée demain cette fois-ci à l`hôtel Sebroko, sous l`égide de l`ONUCI pour tenter une médiation pour résoudre un problème qui n`existe pas. (…) Théoriquement pour nous, il n`existe aucun problème. On va parler de quoi? Mais nous irons à ce rendez-vous. Aucun rendez-vous pour aller à la paix ne doit nous échapper », a-t-il fait savoir.

Y.DOUMBIA

© Copyright L’Inter

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.