Escalade de violence à Abidjan : L’armée de Ouattara a attaqué à Abidjan des soldats jusqu’ici alliée, le “commando invisible”, et des combattants favorables au président Laurent Gbagbo.

Ces combats, qui se déroulent dans plusieurs quartiers de la capitale économique de Côte d’Ivoire, sont les plus violents depuis la capture de Laurent Gbagbo le 11 avril dernier par les forces loyales au président élu Alassane Ouattara.
“Depuis quelques minutes, nos positions à Abobo et Ayaman sont attaquées par des éléments des FRCI (Forces républicaines de Côte d’Ivoire) qui nous accusent d’aider les miliciens pro-Gbagbo à Yopougon”, a déclaré Ibrahim Coulibaly, le chef du “commando invisible”.
Cette milice, forte de 5.000 combattants, a combattu aux côtés des FRCI, constituées principalement d’anciens rebelles nordistes des Forces nouvelles, actives pendant la guerre civile de 2002, pour renverser Laurent Gbagbo.Ibrahim Coulibaly a assuré mardi le camp du président Ouattara de la loyauté de ses troupes et démenti que ses forces se soient brouillées avec d’autres combattants.
Publicités