Côte d’Ivoire : « IB » attaqué par les Frci , menace

300px-Cimapflag

Brahim Coulibaly, chef du « commando invisible », le 19 avril 2011 à Abobo REUTERS/Finbarr O’Reilly

(AfriSCOOP) — Les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI) du président Alassane Ouattara ont attaqué mercredi soir les positions tenues par le commando invisible du général Ibrahim Coulibaly dit « IB » dans le quartier d`Abobo « PK-18 », ont indiqué des sources.
« Nos positions sont attaquées par les éléments du Frci, on ne sait pas pourquoi ils nous attaquent, On voudrait prendre toute la communauté internationale à témoin. », a indiqué Ibrahim Coulibaly à RFI.
« Qu’on ne dise pas demain que le Commando invisible a posé des actes anormaux dans le processus de réconciliation. J’ai parlé de paix dans ma conférence de presse, j’ai parlé d’unité totale de toutes les armées mais à notre grande surprise, nous sommes victimes d’une attaque. », s’insurge-t-il.
Le quartier d`Abobo avait été à partir de janvier l’épicentre de la crise post-électorale à Abidjan, avec des affrontements entre des insurgés et les forces armées loyales au président Laurent Gbagbo.
« Qu’ils aillent déloger d’abord les miliciens pro-Gbagbo à Yopougon, c’est ça la priorité, qu’ils aillent sécuriser Yopougon », martèle l`ancien sergent-chef, « père fondateur » – selon ses propres termes – de la rébellion de 2002 qui avait échoué à renverser M. Gbagbo.
Pour lui, les Frci n’ont pas besoin d’utiliser des armes lourdes comme des DCA,RPG7,12/7 contre lui pour lever des barrages à Abobo.
La réaction du gouvernement d’Alassane Ouattara ne s’est pas faite attendre. « Le Premier ministre Guillaume Soro a engagé une vaste opération de sécurisation pour ramener la capitale économique dans un état de sécurité acceptable et tolérable. », a déclaré le porte-parole du Premier ministre ministre de la défense, Syndou Méité.
Selon lui, « Ibrahim Coulibaly n’a pas à tenir des positions, si d’aventures, il tient des positions, elles sont illégales », a-t-il dit avant de préciser que « La guerre est terminé ». « Toutes les bandes armées qui existent encore sont considérées comme des poches de résistance qui troublent l’ordre public et seront traitées comme elles le méritent » », a-t-il expliqué dans un entretien accordé à RFI.
Le Commando invisible est une milice qui a combattu aux côtés des pro-Ouattara, fidèles à Alassane Ouattara, contre les Forces de défense et de sécurité (ex-Fds)restées fidèle au président Laurent Gbagbo. La nouvelle armée composée d’anciens rebelles, est dirigée par le Premier ministre et ministre de la Défense Guillaume Soro sur qui « IB » avait tenté de prendre le dessus à l’époque de la rébellion en 2002.
Plus tôt dans la journée, des combats avaient opposé des partisans de Laurent Gbagbo aux forces d’Alassane Ouattara dans le quartier de Yopougon, dans l’ouest d’Abidjan. Des habitants ont fait état de tirs d’armes lourdes.
Ces affrontements surviennent neuf jours après l’arrestation de l’ancien président Laurent Gbagbo dans le palais présidentiel d’Abidjan. Depuis, les Forces républicaines du nouveau président Alassane Ouattara peinent à prendre le de certains quartiers de la ville d’Abidjan où des forces pro-Gbagbo sont encore très actives.
Lire aussi :

(AfriSCOOP)
Côte d’Ivoire : « IB » à Ouattara : « Attends toi à une rébellion un jour si … » (vidéos)

Publicités