"NOUS APPELONS LE CAMP OUATTARA À RESPECTER LA PLURALITÉ DES OPINIONS" (REPORTERS SANS FRONTIÈRES)



Plusieurs journalistes ivoiriens proches du président Laurent Gbagbo, sont actuellement traqués par des partisans d’Alassane Ouattara et ont dû entrer en clandestinité par crainte d’être victimes de règlements de comptes, a appris Reporters sans frontières auprès des intéressés et de plusieurs sources concordantes.

« Nous sommes très inquiets et mettons en garde les nouvelles autorités contre une situation qui pourrait leur échapper mais dont elles seraient tenues responsables. La volonté de certains partisans du nouveau Président de faire la chasse aux journalistes du camp adverse pour se venger est simplement inacceptable et indigne. Nous appelons le président Ouattara à demander publiquement à ses partisans de renoncer à cette volonté de vengeance et de respecter la pluralité des opinions », a déclaré Jean-François Julliard, secrétaire général de l’organisation.
Victimes d’une chasse à l’homme
Pendant les quatre mois de crise traversée par la Côte d’Ivoire, les journalistes ivoiriens, toutes tendances confondues, ont subi menaces, intimidations, et entraves à l’exercice de leur métier. Mais depuis une semaine, des partisans d’Alassane Ouattara ont lancé une véritable chasse à l’homme visant spécifiquement les journalistes pro-Gbagbo.
Selon les informations recueillies par Reporters sans frontières, une liste de huit journalistes « à abattre » circulerait actuellement dans Abidjan. Sont touchés des employés du quotidien d’Etat Fraternité Matin, plusieurs journalistes de la Radio-Télévision Ivoirienne (RTI), et plusieurs de la presse dite « bleue », notoirement pro-Gbagbo. Ces journalistes traqués ont préféré entrer dans la clandestinité. Certains membres du Conseil national de la presse (CNP), sont aussi visés.
Le gouvernement d’Alassane Ouattara entend emprisonner des journalistes
Le gouvernement d’Alassane Ouattara a annoncé son intention de poursuivre certains journalistes en justice pour leur rôle dans la défense des institutions et du pouvoir du président Gbagbo.
Alors que sous le règne du président Gbagbo aucun journaliste ne fut mis en prison pour déli de presse.
Reporters sans frontières s’interroge sur les critères qui permettront de déterminer qui doit être poursuivi.
Le monitoring des médias effectué par l’organisation pendant la campagne électorale d’octobre et novembre 2010, ainsi que l’observation minutieuse de la presse ivoirienne tout au long des quatre mois suivants, révèlent que presque tous les médias ont commis des dérapages. Le Conseil national de la presse encore présidé par Eugène Dié Kacou les avait d’ailleurs, à l’époque, tous sanctionnés, qu’il soient proches de Laurent Gbagbo ou d’Alassane Ouattara. Pendant la campagne électorale, Reporters sans frontières avait stigmatisé les dérives de Notre Voie (pro-Gbagbo) autant que celles que du Nouveau Réveil (pro-Bédié) ou du Patriote (pro-Ouattara). Nous ne tolérerons pas que tous les médias proches des nouvelles autorités échappent aux remises en cause et aux poursuites judiciaires.
« L’intention du gouvernement doit être uniquement guidée par une volonté de justice et ne doit pas aboutir à des règlements de comptes. S’il est effectivement nécessaire de sanctionner des personnes qui ont pu, à la RTI notamment, être coupables d’appels à la haine, il serait dangereux de procéder à une purge ayant toutes les apparences de la vengeance. Les nouvelles autorités doivent éviter de reproduire les travers observés dans le passé consistant à opprimer la presse d’opposition et à tolérer les écarts de la presse qui leur est favorable », a affirmé Reporters sans frontières.
Pas encore de retour en kiosques pour la presse « bleue ».
Le Patriote (pro-ouattara) a été le premier quotidien ivoirien à faire sa réapparition, en étant largement distribué dès le vendredi 15 avril 2011. Lundi 18 avril, plusieurs quotidiens avaient également fait leur retour dans les kiosques : le journal d’Etat Fraternité Matin, plusieurs journaux pro-Ouattara (Nord-Sud, Le Mandat, l’intelligent d’Abidjan), et enfin des titres plus ou moins indépendants, (L’Inter, soir-info).
En revanche, les sièges des quotidiens Notre Voie et Le Temps, fleurons de la presse « bleue », pro-Gbagbo, ont été attaqués et saccagés. Le matériel de production a été détruit. Les domiciles de certains journalistes de ces deux titres ont été visités. Idem pour le quotidien « le nouveau courrier ». Conséquence : toujours pas de retour en kiosques possible pour ces trois quotidiens.
Source: Telediaspora.net
Publicités