Venez comprendre les raisons de la guerre contre la Côte d’Ivoire, la France seule la France est responsable, Ado est une marionette


A lire absolument  » les enjeu de la crise par COUIBALY MAMADOU
Extrait de discours du 21 avril 2007 au stade JESSE JACKSON
Vous savez, notre pays, la Côte d’Ivoire est un tout petit pays en Afrique avec 322 000 km2. Lorsque nous avons pris l’indépendance, l’ancienne puissance coloniale n’a pas jugé utile de nous considérer comme des hommes indépendants. Elle a considéré que nous étions des esclaves sur un territoire qu’elle a conquis en Afrique.
 Au moment de l’indépendance, de Gaulle nous a fait signer des papiers. Je vous invite à lire ces papiers. Dans ces papiers, il y a deux dispositions qu’il faut que vous rapportiez à vos amis à Bouaké.
La première disposition dit que le pouvoir que le chef de l’Etat français donne à Président africain, c’est juste un pouvoir de délégation, pour représenter sur le territoire africain, la volonté de celui qui gère l’Elysée à Paris. Nous avons appelé cela indépendance, parce que nous n’avions pas le choix. Il fallait quelque chose pour sortir du joug colonial. Nous avons pris la première solution qui s’est présentée. Mais en réalité, comment admettre qu’ici, pour construire la route Tingréla-Odienné, le Président soit obligé d’appeler d’abord, de Gaulle, Pompidou, Mitterrand, Chirac, pour demander son avis. Si le Président français dit non, ça ne se fait pas. S’il dit oui, ça se fera avec son nom que cette route portera, comme nous avons ici, le boulevard Giscard d’Estaing, le boulevard Mitterrand, le pont Général de Gaulle et je ne sais plus quelle autre avenue dans notre capitale.
La deuxième disposition de ces accords qui sont encore valables aujourd’hui, dit que dans ce pays, toutes les richesses que l’on peut trouver, que ce soit de l’or, du diamant, de l’uranium, quelle que soit la matière, c’est d’abord la propriété de l’armée française, donc du gouvernement français. Nous avons signé cela. Quand le Président Gbagbo était dans l’opposition, nous nous sommes engagés à rompre avec ce type de relation que nous avions avec la France. Quand il est arrivé au pouvoir, il a mis ce schéma en application.


Malheureusement, nous n’avons pas eu d’oreilles attentives à Paris. Nous avons tout fait, nous avons expliqué que nous ne cherchions pas à chasser les Français de la Côte d’ivoire. Mais nous cherchions simplement à être nous-mêmes, à nous gérer nous-mêmes, à élire notre Président nous-mêmes, à être propriétaires de nos matières, nous-mêmes et puis à acquérir notre dignité. Personne n’a voulu nous écouter. Quand la rébellion a éclaté, vous ne le saviez pas, ils sont venus nous voir une première fois. Ils nous ont dit :  » Si vous nous faites un petit cadeau, on vous débarrasse des rebelles tout de suite ». On leur a cédé le terminal à conteneurs, ils n’ont rien fait. Je ne sais ce qu’ils vous ont dit de l’autre côté, mais ils sont venus nous dire :  » Monsieur le Président, si vous nous renouvelez le contrat sur l’électricité, on vous appuie à l’ONU et vous verrez. Les résolutions qui vont sortir vous seront favorables. Nous avons suivi. Ils n’ont rien fait. D’ailleurs, quand ça été signé, le nouveau discours qu’ils ont cultivé à l’Onu, c’est une transition sans Gbagbo. Mais pendant que nous faisions cela, les bonshommes nous faisaient payer notre facture d’eau et d’électricité. L’argent (plusieurs milliards de francs) du budget de l’Etat que nous avons utilisé pour gérer cette crise, auraient pu nous permettre d’investir pour construire un nouveau barrage électrique, on ne l’a pas fait. Ça aurait pu nous permettre de construire de nouvelles turbines électriques, on ne l’a pas fait. Ça aurait pu nous permettre d’investir pour accéder à de nouvelles nappes phréatiques pour tirer de l’eau pour Abidjan et les villes. On ne l’a pas fait. Aujourd’hui, nous sommes dans le délestage, l’eau courant manque dans les quartiers d’Abidjan. La guerre ne nous arrange pas du tout ! Qu’on soit à Aboisso ou à Tingréla, à Touba ou à Bouna, elle ne nous arrange pas, elle ne nous a pas arrangés du tout. Mais pendant ce temps, eux on fait leur argent.
M. Konaté, nous avons un accord monétaire avec la France. Est-ce que vous savez que nos devises en dollar, en yen, en deutschemark, sont déposées au trésor public français. C’est cet argent qu’ils font fructifier, ils dépensent comme ils veulent et quand on a des problèmes, ils nous envoient quelques milliards que nous partageons entre pays francophones de cette zone monétaire. Ils présentent cela comme de l’aide, alors qu’en réalité, c’est notre sueur, déposée dans leur trésor, qu’ils détournent et nous font croire qu’ils nous aident. Pendant que vous, à Bouaké, et nous à Abidjan, nous sommes en train de nous chamailler, les bonshommes nous pompent notre fric, nous pompent notre dignité, richesse et en définitive, nous pompent notre vie entière. Nous restons tous appauvris, les jeunes ne vont pas à l’école, les enfants sont malades, les maternités manquent, les routes se dégradent, les hôpitaux sont dans de mauvais états, au Nord comme au Sud.
Monsieur le porte-parole, il faut transmettre aux populations de Bouaké et d’ailleurs, que notre problème à nous, n’était pas avec les populations de là-bas. Si vous avez écouté tous les discours de Blé Goudé, de Mme Gbagbo et tous les discours des jeunes patriotes, en aucun moment, ils n’ont insulté les populations de l’Ouest, de l’Est, du Centre. Bien au contraire, tous, nous avons montré l’agresseur de la main : Jacques Chirac, la France et le reste. Il faut donc être à l’aise ici. Ça dépendrait de moi, vous pourriez vous promener à Abidjan, sans garde ONUCI. Ce qui compte pour nous, c’est la prise de conscience collective que nous avons, qu’il est temps maintenant que nous arrêtions le gâchis. Il est temps que nous prenions notre pays, que nous le soignions et que nous le fassions avancer.
Digne Fils D Afrique
Publicités