LETTRE OUVERTE A HILLARY CLINTON

Mercredi 13 avril 2011
 

25263-senateur-americain-1.jpg
Chère Madame la Secrétaire d’État,
http://frindethie.files.wordpress.com/2011/04/inhofe.jpg?resize=223%2C204Je vous écris à nouveau au sujet de mes sérieuses préoccupations sur le déroulement du second tour de scrutin pour l’élection présidentielle qui s’est déroulée en Côte d’Ivoire le 28 novembre 2010. Je vous écris pour vous informer qu’une nouvelle élection présidentielle devrait avoir lieu en Côte d’Ivoire. C’est la seule façon d’empêcher de nouvelles effusions de sang, arrêter une nouvelle guerre civile et assurer une élection véritablement libre et équitable.
Comme je l’ai dit dans ma lettre du 9 Février 2011, la Commission électorale indépendante (CEI) de la Côte d’Ivoire a annoncé les résultats du dépouillement du scrutin présidentiel et a déclaré Alassane Ouattara gagnant. En vertu de la Constitution de la Côte d ’Ivoire, cependant, c’est le Conseil constitutionnel de Côte d’Ivoire et non la Commission électorale, qui certifie et déclare le vainqueur de l’élection présidentielle.
En outre, la Commission électorale a annoncé le vote final presque 16 heures après l’heure prescrite par la Constitution pour signaler de tels résultats. Cette phase des élections la plus importante n’a pas été effectuée conformément à la constitution de ce pays.
Un deuxième aspect troublant de ce deuxième tour de scrutin est les allégations crédibles de fraudes électorales massives – pour un montant de plusieurs centaines de milliers de voix dans le décompte du nord de la Côte d’Ivoire. J’ai reçu des preuves de ces allégations et vous l’a envoyé dans ma lettre précédente, mais n’ont pas encore reçu de réponse.

Les éléments de preuves inclus permettent d’évaluer le nombre de circonscriptions où, lors du premier tour de scrutin, le Président Laurent Gbagbo a reçu plusieurs milliers de votes, mais au second tour, il n’aurait reçu aucune voix. Je trouve très troublant cet élément de preuve évidente de fraude à grande échelle.
Depuis les 57 jours écoulés depuis ma dernière lettre, j’ai parlé avec de nombreux fonctionnaires sur le terrain lors de l’élection présidentielle de l’an dernier. Cela inclut les dirigeants africains que j’ai rencontrés au cours de ma visite dans cette région le mois dernier. J’ai aussi obtenu de nouvelles preuves de fraude électorale massive dans les mains des rebelles au nord, précisément, une preuve (ci-jointe) est une copie d’un document officiel retourné par une région à la Commission électorale. Il montre que Ouattara devait recevoir un total de 149.599 voix à partir de cinq villes du Nord. Mais, lorsque le total est déclaré officiellement dans la colonne quantité, (colonne « Totaux ») Ouattara reçoit 244 .471 soit une différence de 94,873 votes !
J’ai été un voyageur assidu en Afrique lors des 15 dernières années. J’ai visité la Côte d’Ivoire neuf fois, la dernière étant en Juin 2010. Je suis probablement la personne la mieux renseignée sur l’Afrique au Sénat des États-Unis.
De tous les éléments que j’ai maintenant réunis, je suis convaincu qu’il est mathématiquement impossible pour le président Gbagbo d’avoir perdu l’élection de plusieurs centaines de milliers de voix. Et si un montant de fraude similaire existe dans les quatre autres régions du nord aux mains des rebelles, Laurent Gbagbo est en fait le vainqueur de l’élection présidentielle.
Les centaines de milliers de bulletins potentiellement frauduleux, combinées avec la méthode inconstitutionnelle par laquelle les votes ont été dépouillés et annoncés par la Commission Électorale Indépendante, m’amènent à conclure que l’élection n’était pas libre et équitable. Je conclus également que de nouvelles élections présidentielles devraient se tenir sous peine de sanctions internationales avec une supervision pour assurer une élection libre et équitable.
Je suis conscient que ma position est différente de celle de l’administration Obama qui a reconnu Alassane Ouattara comme le gagnant. Je demande, cependant, que vous changiez votre position à la lumière des témoignages que j’ai fournis, et que vous appeliez à de nouvelles élections.
Un tel changement ne serait pas considéré comme incohérent, mais comme une relecture plus rationnelle à la lumière de nouvelles preuves présentées. Il serait également cohérent avec notre engagement américain de principe voulant que la démocratie fonctionne mieux quand elle travaille pour tous et non pour quelques-uns.
Je recommande que la nouvelle élection soit supervisée par des organisations reconnues au niveau international comme l’Union africaine ou l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe. Je voudrais aussi suggérer que des organisations électorales U.S. expérimentées puissent s’impliquer, comme l’International Republican Institute, le National Democratic Institute et la Fondation internationale pour les systèmes électoraux.
Je suis convaincu que seule une nouvelle élection par le peuple de Côte d’Ivoire mettra fin à l’effusion de sang, pourra empêcher une autre guerre civile et garantir des élections libres et équitables.
James M. Inhofe, Sénateur des États-Unis d’Amérique
SOURCE – Sénat américain
Publicités