ALLONS NOUS "AIDER" LA FRANCE A -COLONISER NOTRE AFRIQUE ?

ALLONS NOUS « AIDER » LA FRANCE A RÉ-COLONISER NOTRE AFRIQUE ? Ivoiriennes, Ivoiriens, frères Africains…Relevons la tête

Publié sur mon blog le 13.12.2010
ALLONS NOUS « AIDER » LA FRANCE A RÉ-COLONISER NOTRE AFRIQUE ? Ivoiriennes, Ivoiriens, frères Africains… Relevons la tête
Le Vendredi 26 novembre 2010 j’avais publié un article intitulé « Sympathisants, militants FPI et de la Majorité Présidentielle, au travail !!! »
Dans cet article qui appelait les sympathisants, militants FPI et de la Majorité Présidentielle, au travail pour la réélection de Laurent Gbagbo, je me suis permis de faire un clin d’oeil très avisé à la communauté internationale, et plus particulièrement à la France.

Aujourd’hui je me rends encore compte que je ne délirais pas… Vous en conviendrez avec moi en lisant ce paragraphe de cet article.
ALLONS NOUS « AIDER » LA FRANCE A RÉ-COLONISER NOTRE AFRIQUE ? Ivoiriennes, Ivoiriens, frères Africains… Relevons la tête.
[…]
Ce serait un trop grand gâchis pour cette Afrique dont rêvait Félix Houphouët Boigny, Patrice Lumumba, Ruben Um Nyobé, Amilcar Lopes Cabral, Sekou Ahmed Touré, Doudou Gueye, Daniel Ouezzin Coulibaly, Kwamé N’Krumah pour ne citer que ceux là.
Tous ces dignes fils d’Afrique rêvaient de liberté mais ils n’ont obtenu qu’un semblant d’indépendance politique. Il appartient donc à notre génération d’aller à la conquête de cette liberté et l’heure a sonné.
Patrice Emery Lumunba, dans une note adressée à ses enfants quelques heures seulement avant sa mort écrivait ceci : « Vous direz à mes enfants que je suis arrivé cinquante ans plus tôt ». Et cinquante ans plus tard, la lutte émancipatrice de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique a trouvé un leader en la personne de « Laurent Gbagbo ».
Comme dans toute lutte de ce genre, les adversités ne manqueront pas tant au plan national qu’international. On dressera des Africains contre leurs frères. Mais rien ne peut ébranler la détermination d’un peuple qui regarde dans la même direction, à recouvrer SA liberté. C’est une affaire de cœur et à cœur vaillant, rien n’est impossible.
La liberté précède le développement durable et ce ne sont pas les dragons de l’Asie du Sud-Est qui nous diront le contraire. Leur exemple es t édifiant d’autant plus qu’ils ont conquis leurs indépendances.
Laurent Gbagbo est le porte-étendard de cette lutte dans cette Afrique qui doit repartir sur de nouvelles bases. Et il n’est pas question que par  faute d’avoir été trop suffisant et laxiste, que par des querelles intestines, que par des problèmes d’égo surdimensionnés nous le conduisions vers l’échec. Un échec qui sera une grande victoire pour cette France réactionnaire et ses suppôts Ivoiriens.
Ils ont vite fait de qualifier Laurent Gbagbo de dangereux personnage, ennemi de la France donc ennemi des Ivoiriens et de leur bonheur qui serait inhérent à l’humeur de l’ancien colonisateur. Piètre rhétorique s’il en est.
Laurent Gbagbo est l’ennemi de la France ? Mais de quelle France est-il question ? S’il s’agit de cette diplomatie Française pour laquelle l’Ivoirien est un être taillable et corvéable à merci, de cette France qui aspire à une mainmise sur la vie politique et économique de notre pays, alors il n’y a pas que Gbagbo qui en soit l’ennemi mais bien plus, un parterre d’Ivoiriens dont moi. Nous réitérons à la France que nous sommes une nation souveraine et nous ne demandons qu’à être traité comme tel dans les rapports qui nous lient.
Nous sommes capables de décider de notre avenir politique et économique et nous n’attendons recevoir d’ordre de personne fut-il  le maitre Français d’hier.
Pour mieux assoir leur hégémonie sur notre pays, ils ont tenté de porter au pouvoir un de leurs affidés. Pour ce faire, ils ont décimés des familles innocentes et mis le pays tout entier à genoux. Mais pour la mémoire de nos morts de la guerre commencée le  19 Septembre 2002, nous avons le devoir moral de ne pas laisser le pouvoir échoir à nos bourreaux qui aujourd’hui s’évertuent au mépris de l’intelligence collective, à s’ériger en victimes.
Plus jamais l’imposture ne devrait avoir droit de citer dans notre pays.
[…]
La Côte d’Ivoire, l’Afrique et le monde nous observent. Nous n’avons pas droit à l’erreur.
Vive Laurent Gbagbo pour que revive la Côte d’Ivoire !!!

par Président Claudus Kouadio, mardi 12 avril 2011, 18:15

Publicités