OUEST DE LA CÔTE D`IVOIRE: INFORMATIONSABSOLUMENT HORRIFIANTES(ONU)


Les informations que les enquêteurs de l`ONU sur les droits de l`homme envoient sur la situation dans l`ouest de la Côte d`Ivoire sont “absolument horrifiantes”, a déclaré vendredi à Genève le Haut commissaire aux droits de l`homme, Navi Pillay.

Les enquêteurs de l`ONU “découvrent de nouveaux corps tous les jours”, a indiqué Mme Pillay dans un communiqué, mentionnant en particulier le corps d`une femme portant un bébé attaché sur son dos,


“Les informations envoyées par l`équipe des enquêteurs de l`ONU sur les droits de l`homme en Côte d`Ivoire sont absolument horrifiantes”, a-t-elle dit.

“Au cours de la seule journée d`hier, ils ont trouvé 118 corps dans les trois villes de Duékoué, Bloléquin et Guiglo, dans l`ouest du pays”, a-t-elle précisé.

Selon elle, “la situation à Abidjan est également épouvantable et en raison des combats incessants et de l`extrême insécurité (qui règne dans la capitale), nous avons été incapables d`évaluer toute l`étendue des violations (des droits de l`homme) au cours des derniers jours”.

Rupert Colville, porte-parole de Mme Pillay, a déclaré à la presse que ces meurtres “semblent avoir eu au moins en partie un mobile ethnique”. Les assassinats semblent avoir été commis au cours des derniers jours de mars.

“Certaines des victimes semblent avoir été brûlées vives et certains corps jetés dans un puits”, a déclaré M. Colville.

Les agences humanitaires de l`ONU ont demandé vendredi l`ouverture de couloirs humanitaires en Côte d`Ivoire pour venir en aide aux populations qui fuient les violences.

“Il y a eu une escalade ces deux dernières semaines”, a relevé M. Colville, avertissant qu`il fallait être “prudent au moment d`assigner des responsabilités”.

Il a relevé que la confrontation entre le président internationalement reconnu Alassane Ouattara et le président sortant Laurent Gbagbo avait attisé les tensions ethniques dans la région.

Les nouvelles découvertes de corps interviennent après celle d`un charnier contenant près de 200 corps dans la ville de Duékoué.

Les combattants se réclamant d`Alassane Ouattara ont été accusés de crimes et de massacres de grande ampleur dans l`ouest au cours de leur rapide progression à partir du nord du pays, selon diverses agences humanitaires.

Source: Afp

Publicités