Le conflit ivoirien : la France tue à huis-clos à Abidjan

300px-Cimapflag

Oh! La Côte d’Ivoire, ce beau pays que des jaloux sont en train de détruire! C’est à cause de la liberté, son indépendance, sa souveraineté que la France est en train de tuer des milliers d’Ivoiriens ce vendredi 1er avril 2011 en Côte d’Ivoire. Les miliciens et les mercenaires de Ouattara armés jusqu’aux dents sont sous la direction de la France. La licorne et les mercenaires de l’ONUCi, sont également des forces de la France.

La France colonisatrice.
Eh oui! On tue, on assassine à huis clos en Côte d’Ivoire. Même lorsqu’on a des yeux fermés, il y’a au moins des oreilles ouvertes capables de vous guider et vous faire savoir que les indépendances acquises par les africains ne sont pas des gages du développement, si les occidentaux n’ont pas encore lâché leurs manières de considérer les Noirs d’Afrique comme leurs esclaves. L’élection présidentielle en Côte d’Ivoire est une affaire qui ne date qu’à la fête de l’année 2010. Or, justement, tout a été bien préparé depuis des années; quelques mois avant la mort d’Houphouët Boigny. Le scenario à la française a été cassé par l’arrivée de Laurent Gbagbo dont les français n’imaginaient aucunement en ayant l’idée de le voir au sommet de l’État. Il faut également compter sur l’avènement de Guei qui a paru comme un mal nécessaire clouant ainsi au pilori les intentions affichées d’Alassane Ouattara à cette époque-là.

L’on peut dire sans se tromper que le problème ivoirien, d’ailleurs comme celui d’autres pays d’Afrique, repose sur la nature de coopération basée sur la duperie comptable aux grandes puissances, particulièrement anglo-américano-françaises.

Pour des grands intellectuels en France, le tort est du côté des dirigeants Noirs d’Afrique pour avoir compris que les dirigeants occidentaux ne sont pas des partenaires économiques, mais ils ne sont que des bourreaux qui veulent par tous les moyens imposer des lignes politiques et économiques en Afrique par le jeux maffieux de la corruption pour des raisons d’intérêts économiques par rapports aux nombreuses matières premières que regorgent le sol et le sous-sol africain.Si le sol africain était aride, il n’y aurait pas tout cet acharnement.Si aujourd’hui la colonisation n’est pas perçue comme celle de 1800 à 1960, néanmoins, tout africain averti peut comprendre que les méthodes ont simplement changé la colonisation reste intacte.

Aujourd’hui, l’occident agi en rentrant en collusion avec l’ONU pour piller l’Afrique. Ceux qui résistent à ce nouveau colonialisme, sont vite attaqués dans tous les sens et de la manière impitoyable avec la complicité d’autres africains notamment, ceux à qui l’on promet une longévité au pouvoir et de l’aide financière ou en équipement du reste dérisoire. Le cas des pays pauvres du sahel où l’on voit des chefs d’État aller donner la mort à d’autres peuples riverains.Ce qui se passe en Côte d’Ivoire illustre bien ce phénomène.

Ouattara le docteur tout puissant de je ne sais quel type d’économie, longtemps collé à la semelle d’Houphouët, rêvait du pouvoir depuis 1990, car poussé par les même occidentaux, il a reçu de l’aide massive dans le seul but de livrer la Côte d’Ivoire aux prédateurs.Pour Soro Guillaume, quant à cet ancien séminariste qui a brûlé la bible et ses versets, en ayant commencé à tuer tout jeune, l’homme qui n’a jamais travaillé nulle part, est un cas qui fait réfléchir d’innombrables observateurs pour savoir comment un simple étudiant peut partir des amphithéâtres jusqu’à devenir premier ministre d’une grande nation comme la Côte d’Ivoire en atterrissant sur les épaules de deux présidents rivaux? C’est que pour les besoins pressants de leurs intérêts, certains dirigeants occidentaux n’ont pas de choix.

C’est même une manière de ridiculiser les pays où les dirigeants n’obéissent pas au diktat. C’est le cas de Laurent Gbagbo et la Côte d’Ivoire.Il faut dire que c’est une bonne manière de fouler du pied, la souveraineté d’un État comme la Côte d’Ivoire.Eh bien, c’est le colonisateur qui agit en maître devant ses esclaves que sont les africains. Quant à ceux qui sont nourris, traités, habillés et armée par la France avec l’argent des contribuables français, y compris avec de l’argent des matières premières volées en Afrique par les mêmes français, ces africains corrompus qu’on a dressés aux autres, oublient qu’ils sont des vrais esclaves devant d’autres esclaves qui luttent contre l’esclavagisme moderne, celui basé sur l’imposition des dirigeants par la France contre la volonté du peuple africain.La jeunesse jubilante. Oh! Qu’est ce qu’elle en sait.

Pourtant Laurent Gbagbo pouvait ne pas lutter pour la liberté! Mais il l’a fait à cause de cette jeunesse africaine dont certains ne comprennent pas encore que le pire arrivera au moment où certains jeunes auront 50 ans. Ils se rappelleront que Laurent Gbagbo ne luttait pas pour rien. C’est parce que l’occident vole, pille, assassine, oppose des africains non-intelligents. Pour Alassane Ouattara, près de 70 ans d’âge, puisqu’il lui manque un an pour atteindre cet âge, Ouattara s’est donné une bonne idée en se disant : «mais, à 70 ans, il faut que je presse les pas, les maîtres m’aident et je dois m’imposer par les armes aux pouvoir».Disons que c’est à l’âge de 61 ans qu’il a programmé sa rébellion en 2002 en provoquant une bouillie humaine. Mais il reste impuni car ses maîtres le protègent bien, puisque la rébellion qu’il a imposée à la Côte d’Ivoire est à l’avantage de la France de liberté, égalité, fraternité.

Gervais Mboumba, militant des droits de l’homme

Publicités