Libye : l’Otan admet que l’opposition serait infiltrée par Al-Qaïda

le 29 mars 2011 à 17h59, mis à jour le 29 mars 2011 à 18:09

Le commandant de l’Alliance atlantique en Europe explique que les services de renseignements font état de « signes » d’une présence du réseau terroriste parmi le Conseil national de transition.
Depuis le début de l’insurrection en Libye, Mouammar Kadhafi accuse Al-Qaïda et Oussama ben Laden. Il a ainsi affirmé à plusieurs reprises que le réseau terroriste manipule les insurgés. Ce mardi, James Stavridis, le commandant des forces de l’Otan en Europe, a en partie confirmé ces affirmations.

Lors d’une audition devant le Sénat américain, il a en effet expliqué que des informations du renseignement évoquaient les signes d’une présence d’Al Qaïda, voire du Hezbollah libanais, parmi l’opposition libyenne. Il a néanmoins tempéré en soulignant qu’il ne disposait pas « de détails suffisants » pour dire si cette présence était « significative ou non ».

James Stavridis a également expliqué que la coalition internationale continuait d’examiner de près la composition de la rébellion. Il a précisé que la direction du Conseil national de transition, en place àBenghazi et reconnu pour l’instant par la France et le Qatar, semblait être composée « d’hommes et de femmes responsables ».

Publicités