ANYAMA: DES PRETRES OTAGES DES REBELLES DE OUATTARA

samedi, 26 mars 2011


FDS-CI ALLANT AU FRONT.jpg
FDS (Forces de Défense et de Sécurité) de Côte d’Ivoire
La ville d’Anyama, à la lisière de la commune d’Abobo, a été hier le théâtre d’affrontements entre Fds et rebelles de Ouattara. 


Très tôt hier (vendredi 25 mars 2011, ndlr), les rebelles ont lancé une offensive sur le 3ème bataillon militaire. Avec pour objectif d’occuper ce camp, d’où ils lanceront certainement des attaques sur d’autres localités de la région. Les combats ont fait rage, a-t-on appris. Les rebelles, en grand nombre et avec un armement conséquent arrivent à prendre le dessus aux environs de midi. Ils pensent avoir définitivement le contrôle de la ville.
Un groupe de rebelles se dirigent vers le séminaire d’Anyama et prennent en otage, selon les témoignages recueillis, les prêtres qui se trouvaient sur les lieux. Selon ces rebelles, ces hommes de Dieu cacheraient des soldats de Laurent Gbagbo. Durant plusieurs heures, les rebelles de Ouattara vont faire voir des vertes et des pas mures aux religieux à qui ils reprochent plus tard d’être des pro-Gbagbo.
C’est plus tard, en milieu d’après midi, que les Fds qui s’étaient repliés de manière stratégique vont mener une contre-offensive fatale aux rebelles de Ouattara pour libérer le 3ème bataillon militaire d’Anyama. Et libérer par la même occasion les hommes de Dieu qui étaient depuis quelques heures, prisonniers des rebelles de Ouattara. Selon une source militaire, la contre-offensive des Fds a été fatale aux rebelles qui ont subi d’énormes pertes dans leur rang. Les hommes de Mangou en ont profité pour contrôler hier plusieurs endroits stratégiques, notamment le carrefour N’Dotré précédemment aux mains des rebelles de Ouattara.

Franck Toti

Publicités