LA RADIOACTIVITÉ PASSE MAINTENANT AU-DESSUS DE NOS TÊTES

LA RADIOACTIVITÉ PASSE MAINTENANT AU-DESSUS DE NOS TÊTES

Du blog Conscience du peuple
22 mars 2011
* Le présent blog est opéré à partir du Québec.  Je n’ai toujours pas reçu l’iode de potassium et cette situtation n’est pas habituelle…
Voici deux sites où vous trouverez des graphiques qui modélisent l’arrivée du nuage radioactif au-dessus de tous les pays du monde.  J’imagine que les conditions atmosphériques peuvent changer l’orientation du nuage ainsi que sa vitesse de croisière. 

Le Québec est actuellement touché, selon ces données, et l’Europe devrait voir le nuage dès demain, le 23 mars. 
Est-ce que nous devons craindre cette radioactivité qui se disperse au-dessus de nos têtes?  Les autorités prétendent que les risques sont négligeables, tandis que certaines documentations prétendent que les retombées du « césium 137 » sont extrêmement dommageables pour la santé humaine.  Je vous invite donc à faire vos recherches et à consulter la définition en bas de page.
Météo France vient de lancer une application modélisant la dispersion du césium 137 rejeté dans l’atmosphère terrestre par les centrales de Fukushima au Japon (cliquez sur le « play » au bas du graphique):
Voici un autre site qui indique le transport atmosphérique du nuage radioactif, celui de l’Institut du climat de Norvège.  Je n’ai pas encore maitrisé l’outil.  Si quelqu’un peut nous éclairer dans la section des commentaires…
Définition du « césium 137 », lequel élément on retrouve dans le nuage radioactif.  Ça n’a rien de rassurant!
Toxicité
Le césium 137 est particulièrement toxique et écotoxique. Il affecte a priori tous les êtres vivants et d’autant plus qu’ils sont jeunes.
Sa toxicité est chimique, mais elle résulte surtout et probablement presque essentiellement de ses propriétés radiologiques [2].
Pour ce qui concerne les effets radiatifs et ionisants, on peut distinguer l’exposition externe, et l’exposition interne. Cette dernière est beaucoup plus dangereuse, car la toxicité du césium inhalé ou ingéré est fortement exacerbée par le fait que le césium 137 est un analogue du potassium ; Ceci fait qu’il est rapidement assimilé, dans n’importe quelle partie de l’organisme, d’où il ne sera éliminé qu’avec une demi-vie de 70 jours environ[3]. Dans un même environnement, l’enfant, qui a des besoins en potassium plus important que l’adulte, en absorbe et en fixe plus que ce dernier.
Cinétique dans l’organisme humain
Sur le long terme, la contamination se fait surtout par ingestion et absorption gastro-intestinale.  Le césium est ensuite transporté par le sanget tend à se fixer à la place de son analogue chimique, le potassium.
Effets
Les effets des faibles doses d’irradiation sont discutés, mais les effets avérés des « fortes » doses sont:
  • Perturbations du cycle veille-sommeil, sans troubles comportementaux important atteinte du système cardiovasculaire
  • troubles du métabolismes de la vitamine D, du cholestérol et des hormones stéroïdiennes, sans symptomatologie clinique
  • malformations congénitales et fœtales, risque accru de cancers de la thyroïde
  • D’autres effets, à plus long terme sont suspectés sur le cœur, la paroi de l’estomac.
Un risque accru de trisomie 21 est également suspectée.
Publicités